Genre et histoire de l’art, quelques titres – vol. 2

*Suite de la série de billets bibliographiques. Le vol. 1 est ici*

J’ai découvert assez tard dans mon cursus en histoire de l’art le texte de Nochlin de 1971, en première année de Master lors d’un cours d’historiographie. J’y ai véritablement adhéré et saisi toute la richesse de texte, l’année suivante quand j’en ai eu besoin pour mon mémoire. C’est vraiment là, en 2015 que j’ai lu « Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grands artistes femmes ».

 

Romaine Brooks, « Peter (A Young English Girl) », 1923-1924, oil on canvas, Smithsonian American Art Museum, Gift of the artist, 1970.70 (c)

Continuer la lecture de « Genre et histoire de l’art, quelques titres – vol. 2 »

Genre et histoire de l’art, quelques titres – vol. 1

Pour un sujet qui est censé être « à la mode » un paradoxe est cependant à noter : de nombreuses publications sortent chaque année sur les femmes artistes, pourtant très peu d’entre elles satisferont pleinement les étudiant.e.s en histoire de l’art qui souhaitent se pencher plus sérieusement sur les questions des études de genre et de l’histoire de l’art, que ce soit dans le cadre d’un travail de recherche ou par simple curiosité. Le risque de se retrouver noyé.e dans la masse d’ouvrages destiné à un public non spécialiste est bien réel, puisque le sujet du genre, des femmes artistes, de l’art féministe, sont peu, voire jamais, abordés dans les cours de licence en histoire de l’art, toutes formations confondues. Or, on constate que de plus en plus de masterant.e.s  s’intéressent à ces questions mais doivent se former seul.e.s à ces thématiques, parfois sans avoir les armes nécessaires pour entreprendre des recherches efficaces et aboutir à un travail solide et de qualité.

Romaine Brooks, « Una, Lady Troubridge », 1924, huile sur toile, Smithsonian American Art Museum, Gift of the artist, 1966.49.6 (c) Smithsonian

Continuer la lecture de « Genre et histoire de l’art, quelques titres – vol. 1 »

Dior, Judy Chicago et Linda Nochlin

Retour sur l’installation The Female Divine de Judy Chicago pour le défilé Dior au musée Rodin, Paris, accessible au public du 21 au 26 janvier 2020.

Vue extérieure de « The Female Divine » de Judy Chicago, jardin du musée Rodin, Paris, 21 janvier 2020 (c) Eva Belgherbi

Connue pour The Dinner Party, 1974-1979, exposé au Brooklyn Museum, l’artiste Judy Chicago a créé l’installation The Female Divine pour abriter le défilé Dior qui a eu lieu le 20 janvier 2020 dans le jardin du musée Rodin à Paris. 

Continuer la lecture de « Dior, Judy Chicago et Linda Nochlin »

Le label « Femme Artiste » – bingo

Je me souviens de l’exposition Paula Modersohn-Becker au musée d’art moderne de la ville de Paris en 2016 qui m’a fait découvrir cette artiste dont j’ignorais alors l’existence. J’avais lu les articles parus dans la presse qui employaient des éléments de langage que j’ai ensuite retrouvé dans beaucoup de papiers ou documentaires qui traitaient d’artistes bien différentes de Paula Modersohn-Becker et opéraient ainsi comme des générateurs automatiques de récits de femmes artistes.

Paula Modersohn-Becker, « Autoportrait aux camélias », 1907, huile sur toile, 62 × 31 cm, Essen, musée Folkwang (source wikipedia)

 

Continuer la lecture de « Le label « Femme Artiste » – bingo »

‘Masculinities’. Londres – [Arles] – Berlin

Masculinities: Liberation through Photography (Barbican Centre, Londres) août 2020

L’exposition Masculinities: Liberation through Photography devait être montrée aux Rencontres de la photographie d’Arles cet été 2020. Malheureusement pour le public français, elle finit le 23 août à Londres où elle est prolongée jusqu’au 23 août et ne traversera la Manche seulement pour être présentée à Berlin au Gropius Bau en octobre.

Vue de l’entrée de l’exposition ‘Masculinities: Liberation through Photography’ au Barbican Centre, Londres (photo personnelle. août 2020)

Continuer la lecture de « ‘Masculinities’. Londres – [Arles] – Berlin »

Kids, femmes et musées

Pourquoi et comment avec ce livre vos enfants 10 ans + en sauront davantage – et surtout mieux – que nous en 2020 sur les femmes artistes, les collectionneuses et les historiennes de l’art de la fin du XIXe siècle à nos jours.

Sophia Bennett and Manjit Thapp, The Bigger Picture, Women Who Changed the Art World, London, Tate Publishing, 2019.
Sophia Bennett and Manjit Thapp, ‘The Bigger Picture, Women Who Changed the Art World’, London, Tate Publishing, 2019 (photo personnelle. août 2020).

Repéré par hasard au rayon « enfants » de la boutique/librairie de la Tate Britain1 entre boîtes de crayons de couleurs et taille-crayons géants, The Bigger Picture, Women Who Changed the Art World2 est un livre de 112 pages destiné aux « 10 + » qui comporte des qualités indéniables, souvent absentes des publications au sujet similaire destinées au grand public « adulte ».

Continuer la lecture de « Kids, femmes et musées »

  1. Cet article n’a absolument pas pour ambition de faire la promotion publicitaire de ce livre. Il n’a pas non plus la naïveté de démontrer que le monde de l’art outre Manche serait fabuleux ou bien mieux que ce qui se fait en France, d’autant plus que l’institution londonienne fait face en ce moment même à d’importantes restrictions budgétaires et licencie de nombreuses personnes. Un appel à la grève a été publié pour la semaine du 17 août, voir ici, ici et cet article. []
  2. Sophia Bennett and Manjit Thapp, The Bigger Picture, Women Who Changed the Art World, London, Tate Publishing, 2019. []

Don’t Stop Believing. Le « monde d’après » [sic], les artistes femmes et les musées.

En 2020, se demander OÙ sont les femmes artistes est devenu un poncif, une formule dépassée : elles sont dans les réserves des musées. Peuvent-elles en sortir, dans le « monde d’après » [sic] ?

Amélie Beaury-Saurel, "Dans le bleu", 1894, pastel,  75 cm x 82 cm, Toulouse, musée des Augustins
Amélie Beaury-Saurel, « Dans le bleu », 1894, pastel, 75 cm x 82 cm, Toulouse, musée des Augustins

Continuer la lecture de « Don’t Stop Believing. Le « monde d’après » [sic], les artistes femmes et les musées. »

Ce carnet « Genre et histoire de l’art » soutient la grève

Opposé à la réforme des retraites et à la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) par solidarité avec tou.te.s les travailleur.se.s en lutte, ce carnet de recherche rejoint la mobilisation en cours dans l’enseignement supérieur et la recherche, ainsi que l’appel des travailleuses et travailleurs du numérique.

 

Eva Belgherbi, doctorante en histoire de l’art et administratrice de ce carnet « Genre et histoire de l’art » en désaccord avec les réformes en cours dans l’enseignement, du secondaire, et dans le supérieur.

Continuer la lecture de « Ce carnet « Genre et histoire de l’art » soutient la grève »

Stéréotypes de la femme artiste à l’écran (XVIIIe-XIXe siècles)

Extrait de la bande-annonce du film « Portrait de la jeune fille en feu », réalisé par Céline Sciamma, 2019.

Dans une grande majorité des cas les films véhiculent une image de la « Femme Artiste » qui suit davantage les codes du drame fictif que l’actualité de la recherche en histoire de l’art, c’est un fait, et ça n’est, à première vue, pas très grave. De plus, le storytelling n’est pas le monopole des artistes femmes, le goût pour le tragique ainsi qu’une fascination – parfois morbide – pour les « génies tourmentés » s’appliquent aussi aux artistes hommes comme Van Gogh, Manet, Rodin, entre autres, qui ont eu aussi droit à leur biopic1. Les personnages féminins, qui apparaissent de plus en plus à l’écran dans des drames en costumes d’époque, répondent à d’autres stéréotypes, indissociables de leurs condition de femmes artistes, qui vont jusqu’à déterminer la perception des véritables artistes femmes qui ont existé. Sans tomber dans une victimisation inutile, cette perception du public non spécialiste n’est malheureusement que très rarement contrebalancée par une offre scientifique beaucoup plus pointue, contrairement aux artistes hommes qui font largement l’objet de publications et expositions leur permettant, à eux, de se défaire des clichés qui les concernent.  

Continuer la lecture de « Stéréotypes de la femme artiste à l’écran (XVIIIe-XIXe siècles) »

  1. Voir Steven Jacobs, Framing Pictures: Film and the Visual Arts, Edimbourg, Edinburgh University Press, 2011, « Appendix to Chapter 2, Artist Biopics », pp. 180-182. []

À propos du parcours « Femmes, art et pouvoir », musée d’Orsay (juin-octobre 2019)

Les débats actuels sur les cartels suscités par l’exposition Francis Bacon du Centre Pompidou (11 septembre 2019 – 20 janvier 2020), ont révélé les divergences entre celles et ceux qui voient dans le parti pris de ne pas en mettre une manœuvre élitiste, conduisant à une mise à l’écart de certains publics qui n’ont à disposition que ces outils de médiation gratuite pour comprendre les œuvres ; et celles et ceux qui revendiquent un droit à la contemplation, devant les tableaux, dont les cimaises devraient être lavées de cette vaine littérature, entrave à la délectation esthétique et au plaisir de voir. 

Continuer la lecture de « À propos du parcours « Femmes, art et pouvoir », musée d’Orsay (juin-octobre 2019) »

Visite au Louvre de la salle Elisabeth Vigée-Lebrun (2019)

Salle 933 

La notion d’universel, censée lisser les différences afin d’atteindre le général, envisagé au masculin, est souvent garant du scientifique et de sérieux. Lorsqu’il s’agit des femmes et de leurs créations plastiques ou littéraires, il est fréquent de rapprocher leurs productions de l’intime, de l’intériorité, du singulier, qui menacerait par son aspect présupposé « minoritaire », voire « communautaire », le mythe de l’universalité. Le masculin l’emporte, on le voit dans la grammaire française, aussi dans la façon d’écrire l’histoire de l’art1 et de présenter un discours qui se veut scientifique, où les femmes, souvent réduites à la femme, représentent une rupture, une exception, et se retrouvent dans l’anecdote ou les notes de bas de page dans certains récits.  

Elisabeth Vigée-Lebrun, « Souvenirs », Paris, Charpentier, 1869, t. 1.

Continuer la lecture de « Visite au Louvre de la salle Elisabeth Vigée-Lebrun (2019) »

  1. Voir à ce sujet Anne Creissels, Giovanna Zapperi, « Questions d’identité sexuée : l’histoire refoulée de l’art », Histoire de l’art, 2008, 63, p. 155-162; M. Fend, M. Hyde, A. Lafont, « Introduction — Rendre à Cléopâtre… : art, genre et historiographie », dans M. Fend, M. Hyde, A. Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux, Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Essais, Dijon/Paris, Presses du réel/INHA (« Actes de colloques »), 2012. []

Louvre : le genre à l’épreuve du projet universel

L’objectif de ce parcours était de montrer et rendre accessible une histoire de l’art qui tient compte de l’histoire sociale, des représentations et des constructions de genre, via des œuvres (de femmes artistes et hommes artistes). À Londres, des parcours dans les collections permanentes de la Tate Britain, qui peuvent se faire avec un médiateur ou une médiatrice ou seul·e grâce à un plan distribué gratuitement à l’entrée des salles, proposent de nouvelles clefs de lecture des oeuvres comme le parcours Queer Walk Through British Art, qui couvre une période chronologie large du XVIIe au XXe siècle.  De même, des visites de trente minutes autour des oeuvres de femmes artistes du musée sont proposées gratuitement aux visiteurs et visiteuses deux fois par semaines, avec des thèmes renouvelés tous les quatre mois, jusqu’en décembre 2019. 

Continuer la lecture de « Louvre : le genre à l’épreuve du projet universel »

Genre, femmes artistes et collections permanentes de cinq musées parisiens

Amorce (/)

Au printemps 2018, j’ai eu l’opportunité de proposer un cycle de visites sur le genre au musée pour des auditeurs et auditrices libres de l’institution parisienne dans laquelle je suis inscrite en doctorat. J’avais envie de lier mes pratiques de recherche académique aux musées qui me sont familiers et de confronter l’aspect plus théorique de mon travail aux collections, aux objets. Ce cycle de cours devant les œuvres a été accueilli avec enthousiasme, son aspect inédit dans la programmation le rendant attrayant à plusieurs niveaux. L’enjeu était d’aborder les accrochages des collections permanentes des institutions via le genre, d’imaginer une sorte de laboratoire pour chaque séance, en fonction des œuvres analysées, pour rafraichir un regard et engager, parfois, des discussions avec les participant.e.s. L’idée était relativement simple puisqu’il s’agissait d’arpenter les salles en s’intéressant au discours muséographique et de repérer les problématiques de genre qui pouvaient éventuellement s’offrir aux visiteurs et visiteuses. 

Continuer la lecture de « Genre, femmes artistes et collections permanentes de cinq musées parisiens »

À propos

Sujet de la thèse  « L’enseignement de la sculpture aux femmes,
en France et au Royaume-Uni, 1863-1914 »

Université de Poitiers – École du Louvre

Jan Toorop (1868 – 1928), « Knielende figuur met hamer en beitel », s. d., dessin, Amsterdam, Rijksmuseum


Sujets de recherche :

enseignement artistique, féminismes du XIXe siècle, sculpture, études de genre, histoire sociale de l’art, histoire de l’art transnationale, historiographie, muséologie et histoire des collections. 

Continuer la lecture de « À propos »