Stéréotypes de la femme artiste à l’écran (XVIIIe-XIXe siècles)

Extrait de la bande-annonce du film “Portrait de la jeune fille en feu”, réalisé par Céline Sciamma, 2019.

Dans une grande majorité des cas les films véhiculent une image de la “Femme Artiste” qui suit davantage les codes du drame fictif que l’actualité de la recherche en histoire de l’art, c’est un fait, et ça n’est, à première vue, pas très grave. De plus, le storytelling n’est pas le monopole des artistes femmes, le goût pour le tragique ainsi qu’une fascination – parfois morbide – pour les “génies tourmentés” s’appliquent aussi aux artistes hommes comme Van Gogh, Manet, Rodin, entre autres, qui ont eu aussi droit à leur biopic1. Les personnages féminins, qui apparaissent de plus en plus à l’écran dans des drames en costumes d’époque, répondent à d’autres stéréotypes, indissociables de leurs condition de femmes artistes, qui vont jusqu’à déterminer la perception des véritables artistes femmes qui ont existé. Sans tomber dans une victimisation inutile, cette perception du public non spécialiste n’est malheureusement que très rarement contrebalancée par une offre scientifique beaucoup plus pointue, contrairement aux artistes hommes qui font largement l’objet de publications et expositions leur permettant, à eux, de se défaire des clichés qui les concernent.  

Fatigue des stéréotypes

En ce qui concerne les femmes artistes, ce sont surtout Camille Claudel (1864-1943), Berthe Morisot (1841-1895), et plus récemment Paula Modersohn-Becker (1876-1907) qui ont fait l’objet de films sur leur vie, et plus particulièrement leur vie sentimentale, supposée ou fantasmée2. Ces films participent à un imaginaire collectif qui renforce l’idée générale de femmes artistes émotionnelles, passionnées, ou folles, “au destin exceptionnel”. En ce qui concerne Camille Claudel, le film éponyme de Bruno Nuytten, d’après la biographie de Camille Claudel écrite par Reine-Marie Paris, sorti en 1988, a largement contribué à la redécouverte de la sculptrice auprès d’un public non spécialiste en histoire de l’art, d’autant plus que l’artiste était incarnée par Isabelle Adjani alors à l’apogée de sa carrière.  

Dans une moindre mesure, la peintre impressionniste Berthe Morisot a, elle aussi, eu son biopic sous la forme d’un téléfilm réalisé par Caroline Champetier en 2012, adapté du roman de Beth Archer Brombert, Manet, un rebelle en redingote. Ci-dessous un extrait d’une séance de pose, montrant les échanges imaginés entre Manet et la peintre/modèle (la bande-annonce est disponible ici).

L’action se concentre – on le voit dès les bandes-annonces – sur les rapports amoureux entretenus entre Claudel et Rodin, Morisot et Manet [sic], dans une ambiance dramatique, ce qui reste souvent le lot des biopics de femmes artistes qui y sont particulièrement sexualisées. On peut évidemment admettre que les spectateurs et spectatrices ont conscience de ce qu’ils ou elles regardent et savent à quoi s’en tenir : ces fictions n’ont pas la prétention d’être des documentaires ou de se faire le reflet des recherches en cours sur le sujet. On connait aussi le poids des images et des représentations dans la construction des stéréotypes. Pour Claudel et Morisot, les thèmes récurrents sont facilement identifiables et tournent principalement autour de leurs relations avec des personnages masculins. De l’amour destructeur au combat pour l’émancipation, traités parfois de façon disproportionnée, ces nombreux clichés façonnent l’image de la femme artiste, en insistant sur l’intime. Encore en 2016, dans le film allemand Paula, réalisé par Christian Schwochow, Camille Claudel apparait ivre, tenant des propos incohérents le temps d’une courte scène – dont on pourrait questionner l’intérêt -, interrompant une discussion entre la sculptrice Clara Westhoff et l’héroïne, la peintre Paula Modersohn-Becker3.

 

Le film de 2016 raconte la vie de Paula Modersohn Becker, “Paula” – le titre adoptant l’habituelle familiarité condescendante et infantilisante par laquelle les femmes artistes sont désignées (“Frida”, “Camille”, “Berthe”) – en une succession téléphonée de situations montrant la peintre allemande exaltée, révoltée, amoureuse passionnément, sexuellement libérée, puis frappée par le destin tragique, la mort tragique. Une narration similaire, avec des variantes comme l’enfermement à la place de la mort précoce, peut finalement être retrouvée dans la grande majorité des biopics de femmes artistes, où Claudel, Morisot et Modersohn-Becker deviennent les paragons de la “Femme Artiste” au travers des personnages suivant le même arc narratif relativement limité4.

***

“Je voulais montrer une peintre au travail, donc je n’ai fait que ça”

Céline Sciamma à propos de son film Portrait de la jeune fille en feu (2019)5.

L’exception la plus éclatante dans ce corpus de films mettant en scène des femmes artistes est Portrait de la Jeune fille en feu, réalisé par Céline Sciamma, sorti en 2019. En rupture avec les habituels stéréotypes, le film qui se déroule au XVIIIe siècle donne à voir une relation amoureuse lesbienne – entre une peintre Marianne (Noémie Merlant) et celle dont elle est censée faire le portrait Héloïse (Adèle Haenel) –  ainsi que le travail d’une peintre au tournant du XVIIIe siècle, offrant une alternative salvatrice aux représentations standardisées des femmes artistes décrites plus haut. La création et la condition de femme peintre est montrée de bout en bout : depuis la scène d’ouverture où l’on voit Marianne diriger un cours de dessin et posant au milieu de ses élèves – des jeunes filles -, jusqu’à la scène du Salon, où sont exposés ses tableaux, lorsqu’elle découvre par hasard le portrait de son amante Héloïse quelques années plus tard. C’est, à mon sens, un film qui propose autre chose qu’une énième adaption d’une biographie fictive en costume d’époque. C’est un film d’histoire de l’art, éclairé par la recherche actuelle sur les femmes artistes qui tend à dépasser le biographique et qui s’attèle à produire une histoire de l’art sociale, peut-être plus complexe. Les transactions entre la peintre Marianne et la mère commanditaire (Valeria Golino) sont montrées, le rapport au nu dans la formation des femmes peintres et l’apprentissage du métier auprès du père sont mentionnés, la fonction du portrait – destiné au futur époux d’Héloïse qui refuse ce mariage – est explicite et découle d’abord d’un accord commercial, non pas d’un élan passionnel. La construction du personnage de Marianne  est composée de plusieurs peintres femmes de la fin du XVIIIe siècle, dont la peintre Marie-Gabrielle Capet6, comme l’explique ici Céline Sciamma. La réalisatrice évoque aussi l’ouvrage de la sociologue Séverine Sofio, Artistes femmes. La parenthèse enchantée, XVIIIe-XIXe siècles (Paris, Editions du CNRS, coll. « Culture et Société », 2016) dans ses références7, faisant état d’un véritable travail de déconstruction des clichés de la femme artiste, et réinvestissant totalement au passage le rapport modèle/artiste.

Marie-Gabrielle Capet, Tableau représentant feue Mme Vincent ( élève de son mari), 1808, huile sur toile, 69 x 83,5 cm, Neue Pinakothek de Munich.

Fallait-il que les hommes soient absents, supprimés, de la narration pour enfin arriver à un film intelligent, fin, bien documenté sans pour autant desservir le désir amoureux entre la peintre et sa modèle ? Fallait-il aussi qu’il s’agisse d’une peintre fictive, inconnue, pour enfin évacuer le ridicule biographique et éviter aux spectateurs et spectatrices les énièmes poncifs, clichés, niaiseries de la femme artiste à l’écran ? 

 

Cite this article as: Eva Belgherbi, "Stéréotypes de la femme artiste à l’écran (XVIIIe-XIXe siècles)", publié sur un carnet genre et histoire de l'art, le 09/01/2020, consulté le [date de consultation], URL https://ghda.hypotheses.org/575.

 

 

  1. Voir Steven Jacobs, Framing Pictures: Film and the Visual Arts, Edimbourg, Edinburgh University Press, 2011, “Appendix to Chapter 2, Artist Biopics”, pp. 180-182. []
  2. Signalons aussi le film franco-belge Séraphine (2008) réalisé par Martin Provost, mettant en scène la vie de la peintre Séraphine Louis (1864-1942) incarnée par Yolande Moreau []
  3. Paula Modersohn-Becker a son musée monographique à Brême et a fait l’objet d’une exposition parisienne au musée d’art moderne de la Ville de Paris en 2016 []
  4. Même pour des périodes postérieures, les représentations de femmes artistes à l’écran sont souvent caricaturales, et restent sous l’emprise d’un imaginaire encore très centré sur l’intrigue amoureuse hétéronormée, aux dépends des personnages féminins, dont les arcs narratifs les limitent à être des amantes, des inspiratrices, des figures exaltées, souvent sans épaisseur psychologique. La récente série allemande Bauhaus, un temps nouveau, réalisée par Lars Kraume et diffusée sur Arte en septembre 2019 relate le quotidien de l’école à Weimar. Le fil conducteur est la relation supposée entre le directeur du Bauhaus, Walter Gropius et l’une des élèves, Dörte Helm, sous-entendant la nécessité d’avoir d’abord une intrigue amoureuse entre artistes pour justifier la présence des femmes dans ces récits. []
  5. Écouter l’entretien radiophonique sur France Inter, dimanche 22 septembre 2019 Céline Sciamma :”Le cinéma est fait pour récréer de la mémoire vivante” []
  6. Pour plus d’informations sur Marie-Gabrielle Capet (1761-1818) voir Anne Lafont, “Liberté, égalité, sororité”, dans Arts & Sociétés, lettre n°44 du séminaire de Laurence Bertrand Dorléac, Sciences Po []
  7. L’intervention de Séverine Sofio, à partir de 14’30 []

Auteur/autrice : Eva Belgherbi

Doctorante en histoire de l'art

Une réflexion sur « Stéréotypes de la femme artiste à l’écran (XVIIIe-XIXe siècles) »

Les commentaires sont fermés.