Visite au Louvre de la salle Elisabeth Vigée-Lebrun (2019)

Salle 933 

La notion d’universel, censée lisser les différences afin d’atteindre le général, envisagé au masculin, est souvent garant du scientifique et de sérieux. Lorsqu’il s’agit des femmes et de leurs créations plastiques ou littéraires, il est fréquent de rapprocher leurs productions de l’intime, de l’intériorité, du singulier, qui menacerait par son aspect présupposé “minoritaire”, voire “communautaire”, le mythe de l’universalité. Le masculin l’emporte, on le voit dans la grammaire française, aussi dans la façon d’écrire l’histoire de l’art1 et de présenter un discours qui se veut scientifique, où les femmes, souvent réduites à la femme, représentent une rupture, une exception, et se retrouvent dans l’anecdote ou les notes de bas de page dans certains récits.  

Elisabeth Vigée-Lebrun, “Souvenirs”, Paris, Charpentier, 1869, t. 1.

Continuer la lecture de « Visite au Louvre de la salle Elisabeth Vigée-Lebrun (2019) »

  1. Voir à ce sujet Anne Creissels, Giovanna Zapperi, « Questions d’identité sexuée : l’histoire refoulée de l’art », Histoire de l’art, 2008, 63, p. 155-162; M. Fend, M. Hyde, A. Lafont, « Introduction — Rendre à Cléopâtre… : art, genre et historiographie », dans M. Fend, M. Hyde, A. Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux, Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Essais, Dijon/Paris, Presses du réel/INHA (« Actes de colloques »), 2012. []

Louvre : le genre à l’épreuve du projet universel

L’objectif de ce parcours était de montrer et rendre accessible une histoire de l’art qui tient compte de l’histoire sociale, des représentations et des constructions de genre, via des œuvres (de femmes artistes et hommes artistes). À Londres, des parcours dans les collections permanentes de la Tate Britain, qui peuvent se faire avec un médiateur ou une médiatrice ou seul·e grâce à un plan distribué gratuitement à l’entrée des salles, proposent de nouvelles clefs de lecture des oeuvres comme le parcours Queer Walk Through British Art, qui couvre une période chronologie large du XVIIe au XXe siècle.  De même, des visites de trente minutes autour des oeuvres de femmes artistes du musée sont proposées gratuitement aux visiteurs et visiteuses deux fois par semaines, avec des thèmes renouvelés tous les quatre mois, jusqu’en décembre 2019. 

Continuer la lecture de « Louvre : le genre à l’épreuve du projet universel »

Genre, femmes artistes et collections permanentes de cinq musées parisiens

Au printemps 2018, j’ai eu l’opportunité de proposer un cycle de visites sur le genre au musée pour des auditeurs et auditrices libres de l’institution parisienne dans laquelle je suis inscrite en doctorat. J’avais envie de lier mes pratiques de recherche académique aux musées qui me sont familiers et de confronter l’aspect plus théorique de mon travail aux collections, aux objets. Ce cycle de cours devant les œuvres a été accueilli avec enthousiasme, son aspect inédit dans la programmation le rendant attrayant à plusieurs niveaux. L’enjeu était d’aborder les accrochages des collections permanentes des institutions via le genre, d’imaginer une sorte de laboratoire pour chaque séance, en fonction des œuvres analysées, pour rafraichir un regard et engager, parfois, des discussions avec les participant.e.s. L’idée était relativement simple puisqu’il s’agissait d’arpenter les salles en s’intéressant au discours muséographique et de repérer les problématiques de genre qui pouvaient éventuellement s’offrir aux visiteurs et visiteuses. 

Continuer la lecture de « Genre, femmes artistes et collections permanentes de cinq musées parisiens »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search