Dior, Judy Chicago et Linda Nochlin

Retour sur l’installation The Female Divine de Judy Chicago pour le défilé Dior au musée Rodin, Paris, accessible au public du 21 au 26 janvier 2020.

Vue extérieure de “The Female Divine” de Judy Chicago, jardin du musée Rodin, Paris, 21 janvier 2020 (c) Eva Belgherbi

Connue pour The Dinner Party, 1974-1979, exposé au Brooklyn Museum, l’artiste Judy Chicago a créé l’installation The Female Divine pour abriter le défilé Dior qui a eu lieu le 20 janvier 2020 dans le jardin du musée Rodin à Paris. 

Une timide communication sur le site internet du musée Rodin nous informe que l’installation est accessible gratuitement au public, mais aucun lien n’est fait avec sa propre programmation du moment. L’installation de Judy Chicago est complètement indépendante du musée, et c’est bien Dior qui en est à l’initiative. L’exposition Barbara Hepworth qui se tenait alors au musée du 5 novembre 2019 au 22 mars 2020, en collaboration avec la Tate St Ives où se trouve l’ancien atelier de la sculptrice – à peu près toutes les œuvres viennent du Royaume-Uni, la France n’ayant aucune sculpture d’Hepworth dans ses collections publiques -, n’oriente d’ailleurs pas son propos sur la question du genre. Elle s’attèle davantage à faire découvrir à un public français peu familier de la sculpture britannique des années 1950 et 1970 une sculptrice particulièrement connue outre Manche. Et c’est en cela une bonne exposition, clefs en main, avec une sage muséographie, beaucoup de documents d’archives et des films projetés. Hepworth avait fait l’objet d’une exposition au musée des Beaux-arts de Nancy en 2006 dont le commissariat était assuré par Blandine Chavanne et constituait la première retrospective de l’artiste en France. Le cas d’Hepworth nous rappelle qu’un art fait par une femme n’est pas nécessairement féministe, celle-ci refusait qu’on féminise sculptor pour sculptress et se tenait à l’écart des milieux militants sans pour autant être insensible aux stéréotypes de genre entourant sa profession1. Elle semble alors en totale opposition avec l’œuvre de Judy Chicago qui se revendique d’un art féministe théorisé dans les années 1970 et qui se trouve à quelques mètres. 

Vue de l’intérieur de “The Female Divine” de Judy Chicago pour le défilé Dior, musée Rodin, Paris, janvier 2020, (c) Eva Belgherbi

La structure gonflable de The Female Divine de Judy Chicago rappelle l’œuvre de Niki de Saint Phalle Hon/Her exposée en 1966 au Moderna Museet de Stockholm, une proximité d’idée et formelle qui a été relevée sur les réseaux sociaux. Chicago explique dans un entretien au journal Le Monde qu’elle a eu l’idée de cette œuvre “dans les années 1970” mais que les “gens n’auraient pas compris”. Dans cette installation elle développe l’idée d’une divinité féminine universelle, dont l’antre est le ventre ou l’utérus d’une femme, évoquant “le rôle fondamental des déesses dans l’Antiquité et les différentes cultures du monde”. C’est avant tout une commande de la maison Dior pour servir d’écrin décoratif à son défilé de mode. Le vide laissé par le catwalk a été ensuite comblé par une longue table dressée, où ont été placés vaisselle et bouquets de fleurs, l’ensemble donnant une sorte d’ersatz du Dinner Party de 1974, dont l’intérêt majeur était ces assiettes portant les noms d’illustres femmes de l’Histoire2, ici remplacés par des spirales et des pétales.    

Vue intérieure de Judy Chicago, “The Female Divine”, musée Rodin, Paris, 2020, détail des assiettes (c) Eva Belgherbi

Des bannières brodées ont été réalisées par des jeunes femmes en Inde, à la Chanakya School of Crafts, une association caritative dont le partenariat avec Dior reste obscur, ainsi que leurs salaires3. Ces broderies portent des messages censés enclencher une réflexion autour de la thématique essentialiste “Et si les femmes dirigeaient le monde ?” dont les questions types “Should Men and Women Be More Equal ?”, “Would God Be Female ?”, ou “Y aurait-il de la violence ?” sont en total décalage avec leur temps4. Les interrogations naïves “utopistes” se font le reflet d’un féminisme sympathique, à des années lumières des mots percutants de Virginie Despentes écrits le mois suivant dans sa tribune “Désormais on se lève et on se barre”, sans doute plus représentatifs de l’urgence des luttes actuelles. 

Bannière brodée par les apprenties de l’ONG Chanakya School of Crafts, pour “The Female Divine” de Judy Chicago, pour le défilé Dior, musée Rodin, Paris, janvier 2020, (c) Eva Belgherbi

Dior, via sa directrice artistique Maria Grazia Chiuri, s’est déjà intéressé au potentiel de l’image de l’histoire de l’art féministe puisqu’en 2017 la maison de couture présentait un modèle de t-shirt portant le titre de l’essai de l’historienne de l’art Linda Nochlin (1931-2017) “Why Have There Been No Great Women Artists” publié dans ARTnews en 1971. Il est imprimé en lettre capitales sur un modèle de marinière présenté lors du défilé Dior fin septembre 2017, un mois avant la disparition de l’historienne donc. La démarche m’avait semblé illisible : est-ce que Nochlin avait pu vraiment valider le remploi de son titre iconique par une marque de luxe qui réduisait son titre à un vague slogan sur un vêtement coûtant plusieurs centaines d’euros ? Dans l’article éclairant d’ Emilia Petrarca,”The Story Behind Dior’s New Feminist Slogan” publié par The Cut le 27 septembre 2018, on apprend que Nochlin était au courant et avait donné son accord en échange d’une contre-partie intéressante :

“She had allowed Dior to include her essay (without personal monetary compensation) under a few conditions: One of which was that Dior had to support a group art show at the Monnaie de Paris titled “Women House,” which opens October 20”5

Des exemplaires imprimés de son essai étaient par ailleurs distribués lors du défilé et on a pu lire des extraits cités dans la presse mode. Toujours dans le même article, sa petite-fille Julia Trotta commente cette utilisation et explique le genre de compromis qui semble avoir été fait :

“‘It’s happening regardless of what we think,’ she wrote. ‘But I guess it’s better to try to take advantage of that interest and embrace all the questions and complications that come up in hopes to deepen and expand the feminist conversation. And then it’s up to us (feminists) to hold those brands accountable for the messages they project.'”

Il ne s’agit pas d’une collaboration à proprement parler : Trotta insiste bien sur la différence entre le “us (feminists)” en opposition au “they” de chez Dior. En effet, même si cela sert a priori l’image de Dior, il me semble que très peu de gens soient réellement dupés. Dans un papier daté du 27 septembre 2017 du Washington Post intitulé “Dior slaps a slogan on a T-shirt and tries to pass it off as feminism”, la journaliste Robin Givhan relève l’hypocrisie de la maison et le vide qui se dégage de ce type de récupération si elle n’est pas suivie d’une réelle réflexion :

“[…] Chiuri uses feminism as an overlay or a gloss. That isn’t to say that she doesn’t believe deeply in the issues raised by Nochlin or in the empowering words of Adichie. But she has reduced them to slogans and backdrop. Their meaning is not carried through in the garments themselves.”

Pour The Female Divine, l’échange de bons procédés entre Dior et l’artiste sert les deux parties : Judy Chicago apporte la caution art féministe historique qui tend à légitimer le purplewashing de la directrice artistique Maria Grazia Chiuri qui procure une certaine visibilité à Chicago dont la première rétrospective devait avoir au de Young Museum de mai à septembre 2020.

Panneau de présentation à l’entrée de “The Female Divine” par Judy Chicago pour le défilé Dior, musée Rodin, Paris, janvier 2020 (c) Eva Belgherbi

À la fin de la présentation du projet on peut lire “Judy Chicago tient à remercier Maria Grazia Chiuri et Dior de lui avoir offert, à elle et à son mari, le photographe Donald Woodman, la plus grande opportunité créative de sa vie”. Espérons que sa grande rétrospective au de Young Museum reportée à l’été 2021 montre une facette plus vive de la plasticienne qui ne s’est pas arrêtée de créer dans les années 1970 et apporte un contrepoint plus heureux que cette collaboration commerciale. 

Entrée de “The Female Divine”, par Judy Chicago pour le défilé Dior, musée Rodin, Paris, janvier 2020, (c) Eva Belgherbi

 

Cite this article as: Eva Belgherbi, "Dior, Judy Chicago et Linda Nochlin", publié sur un carnet genre et histoire de l'art, le 31/08/2020, consulté le [date de consultation], URL https://ghda.hypotheses.org/1005.

 

 

  1. Voir sur ces questions complexes Barbara Hepworth and Sophie Bowness, Barbara Hepworth, Writings and Conversations, Londres, Tate Publishing, 2015. []
  2. Une démarche largement inspirée du service Famous Women de Vanessa Bell et Duncan Grant pour l’historien de l’art Kenneth Clark en 1932, voir Hana Leaper, “The Famous Women Dinner Service: A Critical Introduction and Catalogue”, British Art Studies, Issue 7, 30 novembre 2017, en ligne []
  3. Voir cette excellente tribune sur le site collectif DOCUMENTATIONS, “Femmes Dior et d’argent : Judy, Maria et le féminisme exploité / exploitant”, DOCUMENTATIONS, publié le 26 janvier 2020, en ligne. []
  4. Voir Abbey Bender, “Judy Chicago’s Collaboration With Dior Is Beautiful, but Its Feminist Ambitions Are Questionable”, Hyperallergic, 23 janvier 2020, en ligne. []
  5. N’ayant pas vu cette exposition j’ignore si cet élément était mentionné quelque part dans l’exposition ou dans le catalogue []

Auteur/autrice : Eva Belgherbi

Doctorante en histoire de l'art