Aller/Retour Argument de Rouen 2018 – souvenirs

 

L’Argument de Rouen organisé par la Réunion des Musées Métropolitains Rouen-Normandie (RMM) et l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), soutenu par l’association AWARE et le Journal des Arts, et parrainé par le ministère de la Culture, s’est tenu le 10 octobre 2018 à l’Hôtel des Sociétés Savantes de Rouen. Il avait pour thème “Égalité femmes-hommes : où en sont les musées ?”.

Cet évènement public Égalité femmes-hommes : où en sont les musées ?1 mobilisait autour de cinq tables rondes d’une heure chacune, des universitaires, des professionnel·le·s des musées, des commissaires d’expositions et des artistes autour de thèmes très larges :

  • Genre et musée
  • Silences de l’histoire et visibilité des femmes : enjeu pour les institutions culturelles ?
  • Le genre dans le discours et la médiation des musées
  • Collections et acquisitions : vers un rééquilibrage ?
  • Le musée : lieu d’émancipation ?

Trois moments ont particulièrement retenu mon attention lors de cette journée très dense – peut-être trop puisque le débat avec le public n’a pas pu être engagé faute de temps. Tout d’abord, la Charte pour l’égalité femmes-hommes dans les pratiques muséales signée par la RMM2 nous a été présentée. Parmi la vingtaine de préconisations, concernant aussi bien les équipes des musées que les acquisitions d’oeuvres, les voeux pieux “Développer une politique d’acquisition et d’emprunts volontariste pour favoriser l’entrée d’œuvres et de travaux de femmes au sein des collections” et “Rétablir la contribution des femmes à l’histoire de la société, à travers les collections et les actions portées” seront particulièrement intéressants de suivre afin d’identifier les progressions et effets de cette charte dans les musées de Rouen sur le long terme. Le travail sur les stéréotypes de genre aussi comme découlant d’une construction sociale et les rapports de domination et inégalités dans l’accès à un enseignement artistique.

Un projet concernant le travail sur les collections du musée d’Orsay a été ensuite annoncé par Sabine Cazenave conservatrice en chef au musée d’Orsay3 en charge de la mise en oeuvre des recherches, d’accrochages, en collaboration avec Leïla Jarbouai, conservatrice du patrimoine au musée d’Orsay. L’annonce d’un vaste chantier de recherche sur les femmes artistes dont les oeuvres sont conservées pour la période 1848-1914, dont l’exposition Berthe Morisot (juin- septembre 2019) devait être le coup d’envoi, venait combler un certain manque pour la période antérieure au XXe siècle.

Enfin, l’intervention de Francis Morris directrice de la Tate Modern à Londres a été un moment particulièrement éclairant et stimulante. Une version française a été distribuée au public afin de suivre au mieux son intervention.

L’intervention de Francis Morris (de 4’40 à 38’54) à l’Argument de Rouen en ligne :

Cite this article as: Eva Belgherbi, "Aller/Retour Argument de Rouen 2018 – souvenirs", publié sur un carnet genre et histoire de l'art, le 03/11/2019, consulté le [date de consultation], URL https://ghda.hypotheses.org/104.

 

  1. Voir le programme à télécharger en ligne ici []
  2. La RMM semble à ce jour la seule signataire de cette charte soutenue par le ministère de la Culture et élaborée avec un cabinet Trezego qui “propose conseils et formations sur les questions d’égalité femmes-hommes”. []
  3. Sabine Cazenave a depuis le 1er novembre 2019 pris ses fonctions en tant que directrice et conservatrice en chef du Musée Basque et de l’histoire de Bayonne []

Auteur/autrice : Eva Belgherbi

Doctorante en histoire de l'art