Don’t Stop Believing. Le « monde d’après » [sic], les artistes femmes et les musées.

En 2020, se demander OÙ sont les femmes artistes est devenu un poncif, une formule dépassée : elles sont dans les réserves des musées. Peuvent-elles en sortir, dans le « monde d’après » [sic] ?

Amélie Beaury-Saurel, "Dans le bleu", 1894, pastel,  75 cm x 82 cm, Toulouse, musée des Augustins
Amélie Beaury-Saurel, « Dans le bleu », 1894, pastel, 75 cm x 82 cm, Toulouse, musée des Augustins

10 mai 2020. Demain les musées seront encore fermés au public, les expositions sont reportées, voire annulées, les incertitudes invitent à repenser les musées, leurs rôles, leurs possibilités. C’est en tout cas ce qu’indique un récent article du Monde dans lequel plusieurs voix proposent des pistes pour les musées beaux-arts :  se recentrer sur les collections, les réévaluer et porter sur elles un nouveau regard, préférer ce type de démarche à la course aux expositions blockbusters qui engendrent parfois de nombreux prêts venus de l’étranger. Certains ont déjà menés ces travaux, que ce soit via de régulières expositions dossiers1 ou dans les renouvellements récents des accrochages2, afin de susciter et cultiver l’intérêt des publics face à une offre toujours plus large et compétitive. 

De nombreuses réflexions ont déjà été enclenchées depuis plusieurs semaines pour préparer ce que beaucoup appellent le « monde d’après » [sic], un monde qui serait ou bien encore pire que celui dans lequel nous vivons, ou bien un peu meilleur. Quoiqu’il en soit la réalité échappe aux éléments de langage et il est à peu près certain que des habitudes vont changer sur le court terme, ce qui peut être une occasion pour en imaginer de nouvelles, pour le temps long, comme s’intéresser de plus près aux collections des musées beaux-arts. Elles sont riches et si l’on se surprend à rêver un peu – franchement – aux travaux qui peuvent être envisagés à partir de celles-ci, on pourrait presque penser aux artistes femmes. Elles y sont bien présentes dans les collections, même pour les périodes antérieures au XXe siècle, aux années 1960, ce que tout·e masterant·e ayant fait son mémoire de recherche sur une femme artiste du XIXe siècle peut confirmer. Ça n’est pas un secret, ni une découverte, peut-être une redécouverte, mais pas un scoop. Certaines artistes sont dans les collections depuis le XIXe siècle, à l’instar de Rosa Bonheur, Virginie Demont-Breton, Hélène Bertaux, et bien d’autres encore. Il serait erroné d’écrire qu’absolument tous les musées de France ont dans leurs réserves des œuvres de femmes artistes. Beaucoup en ont cependant. Puisqu’il faut passer par le nombre, il suffit de consulter la base Joconde et sa rubrique dédiée aux artistes femmes dont les œuvres ont été récolées dans les collections des musées français pour s’en assurer. Certes le recensement est inachevé, toutes les œuvres ne sont pas indiquées, toutes les photographies n’ont pas été versées, mais la longueur des listes alphabétiques donnent une idée du nombre important des artistes représentées, parfois par une seule et unique œuvre, dans d’autres cas par un fonds entier. De même, la base Arcade donne accès à des fiches individuelles d’artistes femmes offrant un aperçu des œuvres « acquises, commandées ou gérées par l’État et les collectivités territoriales, de 1800 à 1969 », qui font donc partie des collections actuelles. Des photographies sont même disponibles pour les Salons du XIXe siècle, et les liens renvoient aux dossiers des œuvre conservés aux Archives Nationales. En mars 2019, à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, le ministère de la culture a mis en ligne une exposition virtuelle intitulée « Les femmes artistes sortent de leurs réserves ». Elle fait état de la présence de ces artistes et de leurs œuvres dans les collections publiques françaises, via un parcours thématique et des pages biographiques synthétisant les informations mises à jour de la base Joconde ainsi qu’une courte bibliographie pour chacune.

Les œuvres sont là : l’exposition virtuelle pourrait devenir réelle, les artistes présentes dans les expositions temporaires pourraient s’inscrire dans un accrochage permanent afin de renouveler le regard sur les collections et en profiter pour faire découvrir à un public habitué ou nouveau des artistes inconnues issues de ses collections. Il est évident que montrer ces œuvres au public engendre des frais de conservation-restauration, et qu’exposer des artistes inconnues du grand public habitué aux artistes célèbres suscite des réticences comme la perspective du désintérêt pour l’inconnu(e). Pourtant en 2020, ce sujet n’est pas si nouveau : de nombreuses expositions, monographiques ou collectives, en France ont permis de montrer des œuvres de femmes artistes, et en dehors des musées des opérations de médiation et de visibilisation des artistes femmes sont régulièrement organisées3. De plus en plus, les productions de documentaires en ligne ou à la télévision, les publications d’articles scientifiques ou d’ouvrages destinés au grand public, sur les femmes artistes forment un terreau fertile pour les musées, qui pourraient aussi participer à cet engouement à partir de leurs collections.  

Les recherches sont en cours, certaines ont déjà abouti, les objets existent ainsi que les ressources4. En 2020, se demander OÙ sont les femmes artistes est devenu un poncif, une formule dépassée : elles sont dans les réserves. Cette question étant résolue, l’important est de savoir maintenant ce que le musée peut/veut faire de ces œuvres, de ces noms égrenés sous les hashtags #5WomenArtists, lors des journées du matrimoine, de la journée internationale des droits des femmes, du mois des artistes femmes, etc. Il est possible de construire quelque chose de pérenne et qui puisse toucher un large public, de proposer une histoire de l’art représentative de la richesse des collections publiques, d’une histoire du goût et de la multiplicité des récits. Les musées français ont aussi ce pouvoir d’être les lieux qui rendent visibles les jeunes recherches en lien avec les œuvres qu’ils conservent, ils ont l’occasion d’être porteurs de projets mettant en valeur la diversité et l’intérêt des artistes présentes dans leurs collections.

Cite this article as: Eva Belgherbi, "Don’t Stop Believing. Le « monde d’après » [sic], les artistes femmes et les musées.," in genre, histoire de l'art, musées et expositions, 10/05/2020, https://ghda.hypotheses.org/1061.

 

  1. Le Centre Pompidou avait proposé dans ses salles des présentations de documents sur la création du musée d’art moderne ou encore récemment un accrochage en lien avec les galeries du XXe siècle []
  2. À la rentrée 2019 les salles néo-impressionnistes du musée d’Orsay offraient un nouveau parcours de ses collections []
  3. Voir par exemple les Visites du 8 de l’association AWARE []
  4. Un billet du blog de la BnF propose une bibliographie récente sur les femmes artistes []

Auteur : Eva Belgherbi

Doctorante en histoire de l'art