‘Masculinities’. Londres – [Arles] – Berlin

Masculinities: Liberation through Photography (Barbican Centre, Londres) août 2020

L’exposition Masculinities: Liberation through Photography devait être montrée aux Rencontres de la photographie d’Arles cet été 2020. Malheureusement pour le public français, elle finit le 23 août à Londres où elle est prolongée jusqu’au 23 août et ne traversera la Manche seulement pour être présentée à Berlin au Gropius Bau en octobre.

Vue de l’entrée de l’exposition ‘Masculinities: Liberation through Photography’ au Barbican Centre, Londres (photo personnelle. août 2020)

Embracing the idea of multiple ‘masculinities’ and rejecting the notion of a singular ‘ideal man’ […]1

Le grand public français non spécialiste aurait pu y découvrir un exemple d’exposition traitant peut-être de façon scolaire (ce que lui reproche certains critiques anglophones) mais au moins intelligemment des masculinités, du genre, de l’intervention du politique en photographie, des sexualités ou encore du queer. À  travers plus de 300 photographies et 50 artistes, les commissaires questionnent les masculinités au regard de la race, la classe, le genre, en faisant un véritable évènement intersectionnel. Ces sujets sont largement négligés par les grandes institutions publiques françaises, pour lesquelles faire des expositions monographiques sur les femmes artistes suffit. Les rares exceptions de ces dernières années sont à saluer notamment au Mucem et au MacVal2, elles sont aussi révélatrices d’idées récurrentes diffusées sur les études de genre en France dans le monde de l’art : ce champs de recherche ne s’appliquerait qu’aux collections des musées de société (non pas de beaux-arts) ou qu’au contemporain (surement pas aux périodes antérieures au XXe siècle). À Paris en 2013 au musée d’Orsay se tenait “Masculin / Masculin. L’homme nu dans l’art de 1800 à nos jours” en collaboration avec le Leopold Museum de Vienne qui était davantage une compilation iconographique d’hommes nus à travers les âges dans une présentation rythmée par des grands tirages de Pierre et Gilles qu’une réflexion sur la construction des masculinités ou de ses modalités de représentation3.

Vue de l’entrée de l’exposition ‘Masculinities: Liberation through Photography’ au Barbican Centre, Londres (photo personnelle. août 2020)

Au Barbican Centre aucun Pierre et Gilles, mais une véritable proposition avec un solide bagage théorique. Déjà en 2017, pour commémorer la dépénalisation de l’homosexualité masculine en 1967 en Angleterre et au Pays de Galles, plusieurs évènements avaient été organisés dans des grandes institutions dont l’exposition Queer British Art (1861-1967) à la Tate Britain de Londres. Dans son catalogue, une des commissaires, Clare Barlow, revenait sur le but de la manifestation en ces termes :

“Ultimately, it is up to you, the viewer, to decide whether or not the queer interpretations that the authors of this volume have proposed add to your appreciation or understanding of the works illustrated. […] Rather [the catalogue] is a step towards a conversation, presenting a number of objects that have been considered to hold queer meanings in a range of different ways by certain people at certain times.”4.

C’est cette adresse directe au public et le fait d’assumer – encourager – la pluralité des récits que je trouve particulièrement stimulants et que l’on peut retrouver dans l’exposition Masculinities du Barbican. La dimension politique est aussi présente : pour Queer British Art les bornes chronologiques étaient déterminées par deux textes de lois régissant officiellement l’homosexualité masculine outre Manche – à partir de 1861 la sodomie n’est plus passible de peine de mort – tandis que Masculinities: Liberation through Photography porte en sous-titre la notion d’émancipation. La charge politique n’est pas édulcorée et le pluriel employé dans les deux expositions – qui sont d’ailleurs des propositions avant tout – permet d’ouvrir la discussion, ce qui peut en effet terrifier certaines institutions culturelles porteuses d’un discours qui se veut monolithique (universel ?).

Grosses ficelles et pédagogie

Le parti pris d’une instabilité des concepts abordés dans Masculinities: Liberation through Photography est décrit par Alona Pardo la commissaire pour le Barbican Centre dans une vidéo de présentation de l’exposition :

“It is not entirely clear what we mean by masculinity. Shadowy definitions are infused with kind of media friendly narratives of pop psychology and common sense […] [The show] paints a picture of how masculinity has been variously experienced, performed, coded and socially constructed through the medium of photography and film from the 1960s through the present day.”

L’exposition est découpée en chapitres – Disrupting the Archetype, Male Order: Power, Patriarchy and Space, Too Close to Home: Family and Fatherhood, Queer Masculinity, Reclaiming the Black Body, (et last but not least) Women on Men: Reversing the Male Gaze. C’est aux producteur.rice.s d’images que revient la charge de venir troubler et questionner plus ou moins explicitement, les stéréotypes et les normes à la masculinité, rendant ainsi une diversité d’interprétations et de représentations. La masculinité n’est pas le synonyme de “L’homme”5 et l’exposition l’explique à l’aide d’outils pédagogiques, de grands panneaux et cartels détaillés, définitivement destinés à un grand public non-spécialiste. On citera à ce titre sur le site du Barbican Centre le glossaire de CN Lester qui éclaire des concepts aussi vastes que “Critical race theory”, “Gender roles”, ou “Homosociality”, autant de courtes définitions qu’il aurait été intéressant à voir traduites pour le public arlésien.

Vue de l’exposition ‘Masculinities: Liberation through Photography’ qui se déploie sur deux niveaux. Au premier étage au fond, la projection du film d’Isaac Julien, “Looking for Langston” (1989) au Barbican Centre, Londres (photo personnelle. août 2020)

Certes, l’exposition déploie son discours à grands renforts de citations de Simone de Beauvoir, James Baldwin et Laura Mulvey, des personnalités qui seront peut-être considérés comme des “tartes à la crème” théoriques. Bien sûr on retrouve la série de 1976, Christopher Street Pier, de Peter Hujar dont les photographies entrent en écho avec celles prises en Inde par Sunil Gupta. Il s’agit en fait d’une exposition à envisager dans sa dimension historique, ce qui ne la rend pas moins intéressante. Les 44 minutes du film d’Isaac Julien, Looking for Langston (1989) ont été une véritable découverte en ce qui me concerne6 et j’espère qu’il sera possible de le projeter quand même en France comme ça a été le cas à la Tate Britain l’an dernier.

La partie réservée au female gaze clôt l’exposition et on aurait pu en attendre davantage. #MeToo apparait dans l’argument de l’exposition et dans le glossaire, mais rien n’y fait vraiment référence directement. Les photographies exposées datent des années 1970 à 1990, et le renvoi au contemporain s’opère dans la persistance des sociétés patriarcales dans lesquelles les femmes sont des proies potentielles. Ce qui est montré ici c’est surtout à quel point ses mécanismes de domination sont constants depuis au moins les années 1960 – ça ne surprendra d’ailleurs personne. Le manspreading était déjà présenté dans les positions documentées par la série Let’s Take Back Our Space: ‘Female’ and ‘Male’ Body Language as a Result of Patriarcal Structures (Leg and Foot Positions) de Marianne Wex (1977), ainsi que le harcèlement de rue, sur lequel Laurie Anderson tente de reprendre le pouvoir en photographiant ses harceleurs pour Fully Automated Nikon (Object/Objectivation/Objectivity) en 1973. Réunies dans la même salle qu’Annette Messager qui à leurs côté apparait un peu en décalage, Wex et Anderson reflètent un monde – le nôtre – qui laisse peu d’espace à ce qui ne répond pas à l’androcentrisme dominant. On a plaisir à revoir les photographies de Catherine Opie et Ana Mendieta, même si l’on peut se demander si montrer Mendieta se coller les poils de barbe de son ami sur le visage suffit à déconstruire les stéréotypes de genre contre lesquels l’exposition entend lutter. La réflexion de Catherine Opie menée dans Being and Having (1991) aurait pu être le point de départ d’une plus importante discussion des termes “butch”, “dyke. On aurait aussi pu ouvrir sur les représentations des lesbiennes dans cette émancipation militante des années 1970, autant d’incursions qui auraient été bienvenues dans une exposition qui fait appel à Beauvoir sans citer Monique Wittig pourtant pertinente pour ce contexte.

Cartes postales de l’exposition : Ana Mendieta, ‘Intitled (Facial Hair Transplants)’, 1972 et Sunil Gupta,’Untitled #22′ from the series Christopher Street, 1976 (photo personnelle. août 2020)

La revue de presse anglophone est plutôt positive, même si un article du New York Times la juge peu ambitieuse dans sa déconstruction des stéréotypes qu’elle présente, l’auteur affirme même qu’elle aurait pu être faite il y a 25 ans. Il sous-entend qu’elle serait un peu trop mainstream avec ses citations de Laura Mulvey -“which every art history student learns to trot out for the final exam paper on the male gaze”- et ses références attendues “familiar from any undergraduate syllabus”7. Je doute que tou.te.s les étudiant.e.s en histoire de l’art ayant suivit un cursus universitaire type licence en France ces vingt dernières années aient forcément une parfaite connaissance des théories et auteur.rice.s mentionné.e.s ici. D’où le véritable regret de ne pas voir l’exposition passer à Arles ou autre part en France cette année.

Masculinities: Liberation through Photography
Barbican Art Gallery, London, UK
[20 February – 17 May 2020] 13 July – 23 August 2020

 

Cite this article as: Eva Belgherbi, "‘Masculinities’. Londres – [Arles] – Berlin", publié sur un carnet genre et histoire de l'art, le 08/08/2020, consulté le [date de consultation], URL https://ghda.hypotheses.org/1096.

 

  1. Exhibition Guide: Masculinities Liberation through Photography, en ligne []
  2. Le Mucem “Au bazar du genre Féminin – Masculin en Méditerranée” en 2013 et le MacVal,  “Chercher le garçon” en 2015 proposaient des pistes de réflexion sur le genre et plus particulièrement la masculinité []
  3. Deux articles particulièrement édifiants sur l’occasion manquée d’aborder l’homosexualité au musée et d’utiliser les études de genre en histoire de l’art pour les périodes antérieures au XXe siècle : Bernard Hasquenoph, “Homo Musée, de l’homosexualité au musée”, Louvre pour tou.te.s, 28 janvier 2014 et Simone Korff-Sausse, “Les hommes de l’automne, ‘ Masculin/Masculin’, Musée d’Orsay. 2013 “, Champ psy, 2014/1 (n° 65). []
  4. Clare Barlow, “Introduction”, cat. ex. Queer British Art (1861-1967), London, Tate Publishing, 2017, p. 11-17, p. 12 []
  5. Comme l’indique les chercheurs et chercheuses travaillant sur le genre, dont Reawyn Connell, depuis au moins les années 1970. Elle explique bien que cela induit de s’intéresser aux hommes comme aux femmes : “To speak of masculinities is to speak about gender relations. Masculinities are not equivalent to men; they concern the position of men in a gender order. They can be defined as the patterns of practice by which people (both men and women, though predominantly men) engage that position. There is abundant evidence that masculinities are multiple, with internal complexities and even contradictions; also that masculinities change in history, and that women have a considerable role in making them, in interaction with boys and me”, voir son site ici []
  6. En 2017 une exposition à la Victoria Miro Gallery est consacrée au film de Julien, des extraits sont visibles en ligne. Pour approfondir le sujet voir Claudine Raynaud “Postscript Looking for Langston: Dream, Desire,Deferral”, Sexualités américaines : Regards théoriques, réponses institutionnelles, Tours, Presses universitaires François Rabelais, 1997 [en ligne] []
  7. Jason Farago, ‘Striking a Pose for What It Means to Be a Man’, New York Times, 12 mars 2020, en ligne []

Auteur/autrice : Eva Belgherbi

Doctorante en histoire de l'art