Le label « Femme Artiste » – bingo

Je me souviens de l’exposition Paula Modersohn-Becker au musée d’art moderne de la ville de Paris en 2016 qui m’a fait découvrir cette artiste dont j’ignorais alors l’existence. J’avais lu les articles parus dans la presse qui employaient des éléments de langage que j’ai ensuite retrouvé dans beaucoup de papiers ou documentaires qui traitaient d’artistes bien différentes de Paula Modersohn-Becker et opéraient ainsi comme des générateurs automatiques de récits de femmes artistes.

Paula Modersohn-Becker, « Autoportrait aux camélias », 1907, huile sur toile, 62 × 31 cm, Essen, musée Folkwang (source wikipedia)

 

Ainsi j’aimerais amorcer un début de réflexion qui demande à être creusé dans des prochains billets ou ailleurs, à propos des expositions de femmes artistes de ces quelques dernières années : je suis souvent enthousiaste quant à la découverte de nouveaux corpus d’œuvres de femmes artistes, je prends plaisir à voir leurs œuvres rassemblées et leur carrière présentée au public, mais je m’interroge sur le discours qui accompagne certaines de ces expositions ainsi que l’aspect évènementiel qu’elle revêtent. Si l’on ne retient que le concept de purplewashing, la question peut légitimement se poser pour l’étiquette « femmes artistes » qui a pris une signification par extension et abusivement « féministe ». Une confusion sur laquelle la communication des institutions joue pour attirer le public en pariant à son tour sur un thème perçu et dit « à la mode ». Un raccourci facile qui semble pourtant être repris dès qu’une femme artiste est exposée dans les galeries des musées. On en est arrivé à un point où montrer des femmes artistes dans le cadre d’une exposition, en général monographique, devient un geste « féministe »1. Dans les dossiers de presse, l’habituel attirail des éléments de langage est mobilisé et s’applique de façon systématique à toutes les femmes artistes qui semblent facilement interchangeables – qu’il s’agisse de Paula Modersohn-Becker, Berthe Morisot ou Dora Maar – puisqu’il est toujours question de

La Femme Artiste « exceptionnelle », « figure de l’avant-garde »/ »créant contre les conventions sociales de son temps »,

« injustement méconnue »

et « trop souvent réduite au statut de muse, dans l’ombre de [insérer le nom d’un grand-artiste-homme de préférence son mari/amant] »

elle a connu les « plus grands artistes de son temps [insérer les noms des dits-grands-artistes-hommes] »

et est à présent « redécouverte »/ « sortie de l’oubli »

dans cette « première exposition en France qui lui est enfin consacrée au musée [insérer le nom d’un grand musée parisien], la replaçant à sa juste valeur dans l’histoire de l’art ».

Ce refrain fonctionne pour à peu près toutes les périodes même si je ne m’intéresse surtout qu’au long XIXe siècle et au début du XXe siècle, sans pour autant nous interroger sur notre façon de faire, exposer ou transmettre l’histoire de l’art.

Une chose est certaine : en ne satisfaisant que d’une simple et éphémère opération de communication, on risque de ne trouver qu’une coquille vide si un véritable travail de fond et financé – faire appel et payer les chercheur.e.s qui travaillent sur ces artistes/problématiques, mettre en place de véritable projets de recherche financés sur les collections du musées, former des médiateurs et médiatrices pour faire intervenir ces réflexions sur le genre dans les parcours muséographiques, repenser des accrochages et les cartels, etc – n’est pas sérieusement engagé.

Cite this article as: Eva Belgherbi, "Le label « Femme Artiste » – bingo", publié sur un carnet genre et histoire de l'art, le 31/08/2020, consulté le [date de consultation], URL https://ghda.hypotheses.org/1199.

 

 

  1. Ça n’est cependant pas systématique, dans certains cas comme on peut le voir pour l’exposition Barbara Hepworth au musée Rodin ou Anna-Eva Bergman au musée des Beaux-arts de Caen en 2019 []

Auteur/autrice : Eva Belgherbi

Doctorante en histoire de l'art