Genre et histoire de l’art, quelques titres – vol. 1

Pour un sujet qui est censé être « à la mode » un paradoxe est cependant à noter : de nombreuses publications sortent chaque année sur les femmes artistes, pourtant très peu d’entre elles satisferont pleinement les étudiant.e.s en histoire de l’art qui souhaitent se pencher plus sérieusement sur les questions des études de genre et de l’histoire de l’art, que ce soit dans le cadre d’un travail de recherche ou par simple curiosité. Le risque de se retrouver noyé.e dans la masse d’ouvrages destinés à un public non spécialiste est bien réel, puisque le sujet du genre, des femmes artistes, de l’art féministe, sont peu, voire jamais, abordés dans les cours de licence en histoire de l’art, toutes formations confondues. Or, on constate que de plus en plus de masterant.e.s  s’intéressent à ces questions mais doivent se former seul.e.s à ces thématiques, parfois sans avoir les armes nécessaires pour entreprendre des recherches efficaces et aboutir à un travail solide et de qualité.

Romaine Brooks, « Una, Lady Troubridge », 1924, huile sur toile, Smithsonian American Art Museum, Gift of the artist, 1966.49.6 (c) Smithsonian

Cette série d’articles propose d’établir une liste de titres d’ouvrages et de ressources en ligne sur le genre et l’histoire de l’art. Elle est à destination d’abord des étudiant.e.s en histoire de l’art à un niveau licence/ début master. Cette liste est évidemment subjective, non-exhaustive et orientée vers l’art du XIXe siècle-début XXe siècle, à quelques exceptions près. L’un des intérêts de cette compilation est de pouvoir constater qu’il existe des ressources en français, accessibles, et qu’elles concernent les périodes antérieures aux années 1960 dans lesquelles on a tendance à amalgamer à la fois les études de genre, l’art féministe et femmes artistes, comme si l’histoire de l’art du XIXe ou XVIIIe siècle par exemple ne pouvaient être abordée via les études de genre. J’ai choisi des titres francophones, trouvables dans un grand nombre de bibliothèques1, qui m’ont particulièrement aidée quand j’étais en master 2 il y a cinq ans et que je consulte régulièrement dans le cadre de ma thèse encore aujourd’hui. Certains ont une méthodologie qui m’a marquée, d’autres ont fait émerger des corpus qui m’ont servis pour mes recherches. Des références de dictionnaires, de catalogues d’expositions en français ainsi qu’un ensemble d’articles et notices en ligne seront aussi ajoutés dans les prochains billets. Cette liste a aussi été complétée par les questions récurrentes et les échanges avec des étudiant.e.s dont j’ai pu avoir la charge depuis quelques années. Cet instrumentarium qui n’existerait pas sans leur curiosité et leur énergie leur est dédié, qu’ils et elles aient été croisé.e.s – en présentiel ou en ligne – à l’École du Louvre, à l’université de Nanterre, Poitiers, Paris 1, ou à PSL.

*

Les bases

Le premier titre est en réalité une « tricherie » puisqu’il a été écrit en anglais puis traduit en français. Il s’agit de l’ouvrage de Linda Nochlin (1931-2017), Femmes, art et pouvoir et autres essais, traduit en français par Oristelle Bonis en 19932 et publié aux éditions Jacqueline Chambon (Nîmes).

 

Linda Nochlin (1931-2017), « Femmes, art et pouvoir et autres essais », trad. Oristelle Bonis, Nîmes, Jacqueline Chambon, 1993

 

Publié pour la première fois en anglais en 1988, il est souvent le premier livre cité, perçu comme le plus emblématique de Linda Nochlin car il inclut son texte iconique, sans doute le plus mainstream, « Pourquoi n’a y-t-il pas eu de grands artistes femmes ? », d’abord publié en anglais ‘Why Have There Been No Great Women Artists?’ en 1971 dans ARTnews. Cet essai est, à mon sens, la meilleure porte d’entrée dans les études de genre appliquées à l’histoire de l’art. La pédagogie de Nochlin est efficace, elle prend le contre pied de la question type café du Commerce qui consiste à demander « où sont les femmes dans l’histoire de l’art? », si elles avaient été géniales on les auraient reconnues, non ? C’est le point de départ de l’historienne de l’art spécialiste du XIXe et de Courbet. Elle démonte alors le mythe du génie, du grand artiste, et finalement nous ne parlons plus de femmes artistes mais de construction de l’histoire de l’art et de politique. Elle évoque aussi ce « piège » dans lequel les féministes tombent, selon elle, trop facilement qui consiste à égrener les noms de certaines femmes artistes les plus célèbres sans remettre en cause l’écriture historiographique. Dans Femmes, art et pouvoir, Nochlin replace l’histoire de l’art dans ses enjeux du pouvoir, qu’ils transparaissent dans les images ou dans les modalités de la production artistique, via des études sur la figure de la nourrice chez Berthe Morisot, ou la femme déchue dans l’iconographie Préraphaélite, etc, à partir d’un corpus iconographique d’images faites par des hommes et femmes artistes. Pour une meilleure compréhension de son parcours et de son travail voir l’entretien qu’elle a donné à Anne Lafont et Todd Porterfield en 20153.

*

Catherine Gonnard et Élisabeth Lebovici publient en 2007 chez Hazan (Paris) Femmes artistes, artistes femmes : Paris, de 1880 à nos jours. On est loin de l’inconsistance de la succession des fiches biographiques de femmes artistes, de l’égrenage des grands noms justement dénoncé par Nochlin. C’est un livre qui continue de m’accompagner dans mes recherches actuelles et vers lequel je reviens régulièrement tant il est pertinent dans le fond comme dans la forme4. L’angle choisi est celui de la géographie, Paris, et de montrer les liens qui se font, qui s’organisent entre femmes artistes, mais pas que, dans la capitale de la fin du XIXe siècle à nos jours.

Il me semble que c’est un des premiers ouvrages en français – peut-être le premier – à prendre sans détours à bras-le-corps les questions qui sont encore maintenant de véritables enjeux épistémologiques, toujours en débat : est-ce que l’on doit dire « artistes femmes » ou « femmes artistes » ? Est-ce qu’ajouter « femme » à « artiste » n’est pas réducteur ? Est-ce au contraire nécessaire ? Rien n’est fixé – dans leur titre les autrices ne tranchent pas et laissent le « / » – en revanche de nombreuses pistes sont ouvertes, compte tenu de la large chronologie qui est traitée ici. Ainsi les chapitres dédiés à l’entre-deux-guerres à pour ma part été une découverte majeure. J’ai vraiment apprécié l’honnêteté intellectuelle et la transparence des autrices quant à leur objet d’étude : ici on ne se fabrique pas des héroïnes, on ne se raconte pas de jolies histoires pour faire des modèles à suivre. Le fait colonial est traité, de même que les luttes collectives et les dynamiques de groupes d’artistes. Ce qui n’empêche pas de faire des focus sur des personnalités, puisque tout est à faire en même temps : à la fois une approche biographique pour certaines figures inconnues, et une approche collective, en lien avec le politique et le social. À la fin de l’ouvrage d’ailleurs on retrouve une bibliographie pour chaque artiste mentionnée, et dans le texte on peut lire des courts extraits d’entretiens avec des artistes contemporaines, ajoutant à la complexité de la définition de « artiste femme/femme artiste », à la fois collective et individuelle. C’est à mon sens un approche et une méthodologie à suivre, tant elle est féconde et stimulante pour le lecteur ou la lectrice. La découpe des chapitres, chronologique et thématique rend l’ensemble facile à suivre, et laisse, encore une fois, la liberté au lecteur ou la lectrice d’approfondir ou non des parcours de femmes artistes, de se plonger dans l’appareil de notes, ou de ne se contenter du texte, richement illustré par des reproductions d’œuvres mais aussi de documents d’archives.

*

Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) comportent un premier volume d’anthologie de textes sources, accompagnés de textes introductifs et d’appareils de notes, dirigé par Anne Lafont avec la collaboration de Charlotte Foucher et Amandine Gorse, et un second volume contenant les actes de colloque « Historiennes et Critiques d’art à l’époque de Juliette Récamier » (INHA – musée des Beaux-Arts de Lyon, 2009) puis augmentés d’autres contributions5 sont dirigés par Mechthild Fend, Melissa Hyde et Anne Lafont. Ils sont publiés aux Presses du réel en 2012, et disponibles en ligne – anthologie et essais.

Cette somme résulte d’un programme de recherche de l’INHA et du séminaire  « Qu’est-ce que les études de genre font à l’histoire de l’art ? » de 2014 (évoqué dans ce précédent billet). Le constat du très faible nombre d’historiennes de l’art dans le Dictionnaire des historiens de l’art mis en ligne par l’INHA a consisté le point de départ de ces réflexions, comme l’expliquent Mechthild Fend, Melissa Hyde et Anne Lafont dans leur texte d’introduction « Rendre à Cléopâtre… : art, genre et historiographie » :

« L’ambition prosopographique du Dictionnaire – quatre cents historiens de l’art actifs en France au XIXe siècle – est à ce titre instructive, car, sur cette masse critique significative, seules deux femmes font l’objet d’une notice : Jane Magre-Dieulafoy, qui la partage d’ailleurs avec son mari Marcel Dieulafoy, tous deux versés dans l’étude de l’architecture perse ; et la Britannique Emilia Dilke, historienne et féministe qui travailla sur l’art français du XVIe au XIXe siècle »6

Sans se limiter à faire émerger des historiennes de l’art, les deux volumes viennent aussi questionner la notion même de « historien.ne de l’art » et de la complexité du concept de regard des femmes sur l’histoire de l’art. La transmission aussi du savoir par ces médiatrices est aussi abordé – je pense notamment à l’essai d’Anne L. Schroder sur Madame de Genlis7 et l’éducation artistique des filles et les femmes peintres. Le cas des femmes critiques d’art accusées de bas-bleuisme est étudié par Charlotte Foucher, montrant les divers stéréotypes, de la « professeuse » à « l’hystéro-mystique », entre lesquels doivent naviguer ces autrices sous la monarchie de Juillet. L’anthologie s’articule autour des textes écrits par des femmes artistes – Vigée-LeBrun – ou des femmes de lettres -Germaine de Staël – ou encore des voyageuses comme Anna Plumptre et Maria Cosway faisant état d’une circulation des femmes, des idées, des connaissances, dans l’espace européen entre 1750 et 1850. Ces textes ont été pour certains traduits en français, et ils sont tous introduits par des chercheuses et illustrés par des reproductions d’œuvres vues et mentionnées par les médiatrices lorsqu’il a été possible de les identifier.

**

Articles traduits

*Griselda Pollock, « Des canons et des guerres culturelles », Cahiers du Genre, 2007/2 (n° 43), p. 45-69, en ligne.

Ce texte écrit par Griselda Pollock, une des figures emblématiques de la recherche en histoire de l’art et des études de genre, a été traduit de l’anglais par Séverine Sofio et Perin Emel Yavuz. Il permet ainsi de mieux comprendre un des fondements de la pensée de Pollock, le canon en histoire de l’art, ce que lui fait ou non, les études de genre et l’histoire de l’art féministe, et comment ne pas en refaire un identique à celui qui est questionné – formé d’hommes artistes – pour les artistes femmes. Les ouvrages les plus célèbres de Pollock – dont Differencing the canon, feminist desire and the writing of art’s histories (1999) – n’étant à ce jour pas traduit en français. Une traduction semble être cependant prévue en français pour l’ouvrage qu’elle co-écrit avec Rozsika Parker, Old Mistresses: Women, Art and Ideology (1981).

*Mary D. Sheriff, « Pour l’histoire des femmes artistes : historiographie, politique et théorie », Perspective, 1 | 2017, p. 91-112, en ligne.

Traduit en français par Françoise Jaouën, ce texte de l’historienne de l’art dix-huitiémiste Mary D. Sheriff (1950-2016) est précédé d’un avertissement : « Ce texte, issu de la conférence « Individual Lives, Collective Histories: representing Women Artists in the Twenty-First Century », prononcée par Mary D. Sheriff le 3 mai 2012, à l’occasion du colloque « Imagining History: the Second Conference of the Canadian Women Artists History Initiative » (Montréal, Concordia University, 3-5 mai 2012), ainsi que sa bibliographie, ont été préparés et établis par la rédaction de Perspective en étroite collaboration avec Melissa Hyde, Keith Luria et Charlotte Foucher Zarmanian. Qu’ils en soient ici grandement remerciés, NdlR. ». Spécialiste, entre autres, de Vigée-LeBrun, Seriff retrace ici l’historiographie des femmes artistes, qu’elle fait remonter au moins au XIXe siècle, voire même avant, multipliant les références stimulante pour qui s’intéresse aussi aux liens entre féminismes et histoire de l’art avant les années 1960. Dans ce article généreux, elle revient sur des textes fondateurs des études de genre, celui de Scott par exemple, et leur caractère profondément interdisciplinaire. La bibliographie est une source en elle-même, et permet aux jeunes chercheur.e.s de s’appuyer sur des références solides, montrant que les études de genre ne sont pas le monopole des contemporanéistes.

*À suivre*

Cite this article as: Eva Belgherbi, "Genre et histoire de l’art, quelques titres – vol. 1", publié sur un carnet genre et histoire de l'art, le 14/09/2020, consulté le [date de consultation], URL https://ghda.hypotheses.org/1256.

 

 

  1. Et dont la plupart est disponible en libre accès au centre de documentation de l’association AWARE, à Paris []
  2. Certains livres de référence écrits par exemple par Linda Nochlin et Griselda Pollock ne sont pas encore traduits en français alors même qu’ils ont été publiés il y a plus de trente ans, sur ce problème de traduction qui concerne plus globalement les études de genre voir Anne Creissels et Giovanna Zapperi, « Histoire de l’art en France et gender studies : un mariage contre nature ? », Perspective, 4 | 2007, en ligne []
  3. Linda Nochlin, Anne Lafont et Todd Porterfield, « Entretien avec Linda Nochlin », Perspective, 1 | 2015, 63-76, en ligne []
  4. Voir cette recension de Frédérique Villemur, « Catherine Gonnard, Élisabeth Lebovici, Femmes/artistes, artistes femmes. Paris, de 1880 à nos jours », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, 29 | 2009, en ligne []
  5. Voir la note 1 de l’introduction des essais, Mechthild Fend, Melissa Hyde et Anne Lafont, « Introduction — Rendre à Cléopâtre… : art, genre et historiographie », Plumes et Pinceaux : Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Essais, Dijon, Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2012 [en ligne]. []
  6. Fend, Hyde, et Lafont, Ibid. []
  7. Les maquettes pédagogiques de Madame de Genlis vont par ailleurs faire l’objet d’une exposition au Musée des Arts et Métiers, à Paris à partir du 15 octobre 2020. []

Auteur/autrice : Eva Belgherbi

Doctorante en histoire de l'art