Genre et histoire de l’art, quelques titres – vol. 2

*Suite de la série de billets bibliographiques. Le vol. 1 est ici*

J’ai découvert assez tard dans mon cursus en histoire de l’art le texte de Nochlin de 1971, en première année de Master lors d’un cours d’historiographie. J’y ai véritablement adhéré et saisi toute la richesse de texte, l’année suivante quand j’en ai eu besoin pour mon mémoire. C’est vraiment là, en 2015 que j’ai lu « Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grands artistes femmes ».

 

Romaine Brooks, « Peter (A Young English Girl) », 1923-1924, oil on canvas, Smithsonian American Art Museum, Gift of the artist, 1970.70 (c)

Je suis aussi persuadée que quand on vient en histoire de l’art en licence on n’a pas forcément lu tout Butler ni déjà élaboré une pensée critique vis-à-vis de la pensée foucaldienne. Je trouverais dommage que certain.e.s étudiant.e.s en histoire de l’art s’auto-censurent et s’empêchent de se confronter aux études de genre en histoire de l’art sous prétexte de ne pas avoir assez de bagage théorique (ce qui s’acquiert par la lecture et les discussions) ou suffisamment de « légitimité » (ce qui n’a aucun sens en soi). Comme toute méthodologie c’est quelque chose qui s’apprend, s’exerce, etc.

*

Avant le XXe siècle

En 2016 parait Artistes femmes, la parenthèse enchantée, XVIIIe-XIXe siècle (CNRS Éditions) de Séverine Sofio (CNRS – LEGS), diplômée de l’École du Louvre.

Le propos se développe entre 1750 et 1850. C’est un travail de sociologue, définitivement; il y a peu d’images (même si un cahier d’images figure au milieu du livre), des annexes avec des graphiques (« Évolution du taux de refus au Salon en fonction du sexe 1791-1818 » par exemple) et des tableaux (« Évolution de l’origine sociale des exposantes au Salon 1791-1848 ») qui condensent des recherches sur les vies d’artistes et leurs milieux sociaux. Un grand nombre de documents cités remettent en perspective la formation des artistes femmes ainsi que leurs rapports à l’Académie des Beaux-arts, en complexifiant les discours, ce qui peut aussi sembler au premier abord un peu aride pour un niveau licence mais c’est sans aucun doute l’ouvrage le plus sérieux que j’ai pu lire en français sur cette période. L’autrice montre le changement politique et la réflexion autour de la formation artistique, et à quel point les femmes sont aussi au cœur de ces débats. Les ateliers d’hommes artistes qui acceptaient des femmes comme celui de David ou les discours sur l’art sont aussi abordés, apportant une puissante densité qui change de l’apparente simplicité avec laquelle la fin du XVIIIe est souvent réduite1.

Séverine Sofio a aussi été conseillère scientifique sur le film « Portrait de la jeune fille en feu » (2019) de Céline Sciamma, voir ce billet précédent.

*

L’entrée des femmes à l’Ecole des beaux-arts: 1880-1923 de Marina Sauer est publié en 1991, (Paris, ENSBA), il reste à ce jour l’ouvrage de référence sur le sujet de l’entrée des femmes aux Beaux-arts en France. L’autrice a compilé les archives conserves aux Archives Nationales (Pierrefitte-sur-Seine) sur les débats de l’entrée des femmes à l’École des beaux-arts, certains documents sont reproduits en annexes. Cet ouvrage est court, accessible, et permet de saisir tous les enjeux politiques, dont les refus administratifs et les combats menés par Hélène Bertaux avec l’Union des femmes peintres et sculpteurs qui aboutissent à l’entrée officielle mais partielle en 1897 ainsi qu’à la victoire au Prix de Rome de sculpture de la sculptrice Lucienne Heuvelmans en 1911. Sauer est aussi spécialiste de la sculptrice allemande Clara Westhoff-Rilke et fait des comparaisons ponctuelles avec le système allemand.

*

Créatrices en 1900 : femmes artistes en France dans les milieux symbolistes est un livre de Charlotte Foucher Zarmanian (CNRS – LEGS) publié en 2015 (Mare & Martin).

C’est l’ouvrage que j’utilise le plus en français pour mes recherches de thèse. J’y admire la méthodologie, le travail de recherche et l’écriture, c’est l’une des lectures les plus stimulantes et solides que j’ai eu ces dernières années. Analysant l’image, le discours, le stéréotype, ainsi que les conditions de création des femmes artistes, l’autrice réinvestit le symbolisme par les études de genre et donne aussi à voir des œuvres – dont la majeure partie est particulièrement méconnue – grâce à une iconographie riche et généreuse. Il me semble que tout.e dix-neuvièmiste devrait avoir lu ce livre dès la licence.

*

En français on peut aussi signaler l’ouvrage d’Alexia Creusen sur les Femmes artistes en Belgique (l’Harmattan, 2007).

Quelques numéros de revues

Dans un article paru en 2018 dans le revue Histoire de l’art j’ai fait une courte synthèse d’articles publiés dans des revues francophones depuis les dix dernières années2, voici quelques titres :

« Genre, féminisme et valeur de l’art », Cahiers du Genre, 2007/2 (n° 43) dont l’introduction par Séverine Sofio, Perin Emel Yavuz, et Pascale Molinier expose la réflexion autour de la « valeur » dans les études de genre en histoire de l’art.

Le numéro consacré au « Genre et histoire de l’art » de la revue Perspective, 2007/4, contient entre autres articles intéressants l’éditorial d’Élisabeth Lebovici « Pour une histoire de l’art paradoxale », ainsi qu’un état de la recherche dans d’autres pays – Allemagne, Italie, États-Unis – que la France dont le cas est traité par Anne Creissels et Giovanna Zapperi dans leur article « Histoire de l’art en France et gender studies : un mariage contre nature ? »3.

Le n°63 de la revue Histoire de l’art en 2008 est dédié aux aux « Femmes à l’œuvre », il contient un article méthodologique d’Anne Creissels et Giovanna Zapperi, « Questions d’identité sexuée : l’histoire refoulée de l’art » qui consiste une parfaite introduction aux problématiques de genre en histoire de l’art, et dont on relève encore la pertinence plus de dix ans après sa première publication. Le numéro n’est pas disponible en ligne mais se trouve en bibliothèque.

Enfin, un numéro spécial « Musées au prisme du genre » de la revue Culture & Musées (30/2017) offre des pistes de réflexions dans le domaine de la muséologie et des expositions – des musées de société plus particulièrement. Dirigé par Charlotte Foucher Zarmanian et Arnaud Bertinet, dont l’éditorial est à lire, le numéro est riche d’analyses de chercheurs et chercheuses dont les travaux sont en cours, la question des musées des femmes par exemple, ainsi que des comptes-rendus d’ouvrages.

*À suivre*

Cite this article as: Eva Belgherbi, "Genre et histoire de l’art, quelques titres – vol. 2", publié sur un carnet genre et histoire de l'art, le 15/09/2020, consulté le [date de consultation], URL https://ghda.hypotheses.org/1260.

 

 

  1. Voir aussi Magali Nachtergael et Anne Larue, Histoire de l’Art d’un nouveau genre, Paris, M. Milo, 2014. Plus particulièrement le texte de Magali Nachtergael sur les femmes artistes au Louvre []
  2. Eva Belgherbi, « Des gender studies aux études de genre, 2008-2018 » Revue Histoire de l’art, n° 83, février 2018, en ligne []
  3. Le cas français était aussi discuté en 2005 dans l’article de Géraldine Gourbe et Charlotte Prévot, « Art et féminisme, un no man’s land français ? », L’Homme & la Société, 2005/4 (n° 158), p. 131-144, en ligne []

Auteur/autrice : Eva Belgherbi

Doctorante en histoire de l'art