Tristes notices. En finir avec les notices de femmes artistes.

À un moment de notre vie de chercheuse et chercheur nous avons toutes et tous eu l’occasion de nous essayer à la rédaction de notices de quelques signes (2000 ou 3000). L’exercice, s’il peut se révéler riche dans l’effort de synthèse qui nous est demandé, restreint l’écriture à de multiples contraintes. À quoi bon les notices ? Nous faisons face à un jeu d’équilibriste, coincé.e.s entre une volonté de faire connaitre à un public a priori non spécialiste le sujet dont nous sommes a priori spécialiste.

Pourtant ce format est un tiraillement pour ses rédacteurs et rédactrices, il n’est pas satisfaisant, encore moins lorsqu’il concerne des biographies de femmes artistes.

Plaidoyer pour qu’en 2021 on en finisse avec les notices de femmes artistes.

Anna Atkins (1799-1871), Chondrus crispus, vers 1843-1853, cyanotype, Rijksmuseum (source Rijksmuseum)

[On peut légitimement s’interroger sur les problématiques méthodologiques que pose l’emploi de l’appellation « femmes artistes », devenue une sorte de label qui est utilisé, usé jusqu’à la lie, et passe, en France mais aussi ailleurs, pour être un substantif aux études de genre. Or il me semble, que l’on a déjà vu des monographies de femmes artistes qui ne soulèvent pas spécialement la question du genre, de même certains travaux utilisent les études de genre sans pour autant se focaliser exclusivement sur des carrières de femmes artistes].

On peut distinguer différents types de notices, en fonction de leurs formats et de leurs destinations. Il y a celles qui sont biographiques, qui sont parfois accompagnées d’une courte bibliographie et de notes de bas de page, d’autres sont consacrées à une œuvre en particulier – je pense notamment aux commandes de textes que font aux chercheurs et chercheuses les marchand.e.s d’art pour la réalisation de leur catalogue qui demande des recherches sur la provenance de l’objet, sur l’artiste, etc. Ce travail s’apparente à celui commandé par les musées à l’occasion d’une exposition, où l’expertise d’un chercheur indépendant ou d’une chercheuse indépendante est rémunérée1 dans le cadre d’une collaboration avec les établissements publics (musées, centres d’art, etc.). Ces notices sont souvent incluses dans un projet éditorial (par exemple un catalogue) et de recherche plus vaste sur les collections.

Il y a d’autres notices qui, elles, sont mises en ligne, gratuitement, en libre accès. Elle sont biographiques, concernent un.e seul.e artiste ou un courant, une période historique2 et sont destinées à être une première entrée pour des publics non spécialistes mais s’intéressant au sujet. Accessibles sur internet, ces notices sont parfois confiées à des jeunes chercheurs et chercheuses, ce qui représente un – petit – apport financier ponctuel (une centaine d’euros) et consiste parfois la première expérience de rédaction et de publication. Aussi surprenant que cela puisse paraître, il est compliqué, lent et fastidieux de rédiger un court texte, puisque c’est ce qu’on nous demande. Court et sans références, ce sont les consignes. Cela demande un travail considérable de documentation puis de réduction, de choix – que devons-nous mettre en valeur, quelles seront les parties sacrifiées ? – d’articulation des informations entre elles, sans parler du style d’écriture qui doit être agréable et fluide, dans la limite du possible : il s’agit de faire preuve d’une minutie d’orfèvre, de la dentelle intellectuelle.

Anna Atkins (1799-1871), Algue brune Dictyota dichotoma (source Wikipédia)

Le format notice est aussi révélateur d’une certaine façon de faire de l’histoire de l’art qui tend à privilégier les individualités – la ou le « grand artiste » – plutôt que le collectif. Bourrer le canon plutôt que de s’interroger sur la pertinence de l’existence de celui-ci (on renvoie ici aux textes de Nochlin sur le problème de ce type de mythe en histoire de l’art et ceux Pollock sur le canon, dont les publications remontent à des décennies mais ne semblent toujours pas intégrées aux méthodologies en France). Utiliser ce format court c’est partir de plusieurs a priori sur les femmes artistes et la recherche  : le « grand public » aurait peu de temps, il faut l’intéresser, faire en sorte que la lecture soit la plus rapide possible, ne pas lui demander trop d’efforts. Il faudrait donc décompléxifier et propager ainsi l’idée qu’il existerait si peu de documentation sur les femmes artistes que c’est pour ça qu’elles sont rarement visibles dans les musées.

On ne semble même plus remettre en perspective ce poncif réducteur de la bête citation pop « Où sont les femmes artistes ? », alors même que Linda Nochlin nous mettait en garde dès 1971 contre les pièges de la question – de comptoir – du même acabit « Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grands artistes femmes ? » :

Extrait de Linda Nochlin, « Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grands artistes femmes ? », dans son recueil d’essais « Femmes, art et pouvoir et autres essais« , trad. O. Bonis, Nîmes, J. Chambon, 1993, p. 204.

On aboutit alors à une histoire de l’art instagrammable, twittable, en quelque sorte. Je fais moi-même défiler sur mon écran les contenus qui apparaissent dans mon fil d’actualité : #OTD (#OnThisDay), une image d’une œuvre d’une artiste femme, quelques informations factuelles. De la communication (#5WomenArtists), et une déflagration pour le 8 mars, date de la journée internationale des droits des femmes. De l’histoire de l’art prête à être consommée et digérée instantanément, souvent destinée à donner bonne conscience aux institutions sous prétexte de « visibilisation »3. Celles-ci contribuent pourtant à invisibiliser ces mêmes artistes femmes le reste de l’année et hors réseaux sociaux, en privilégiant des accrochages de « grands génies » par exemple. Moi-même je me perds dans cette marée de name dropping. Le lieu de conservation des oeuvres est rarement mentionné, les sources jamais évoquées, ce qui donne parfois lieu à des choses qui peuvent s’apparenter à du pillage intellectuel dans les threads reprenant des contenus publiés sur internet, dont ces fameuses notices4 sans citer leurs auteur.e.s.

2021 : de meilleures notices ou rien.

Si nous voulons que les études de genre en histoire de l’art soient débarrassées de quelques clichés habituels en France et que les travaux sur les artistes femmes puissent être autre chose qu’une simple énumération de biographies, il faut adopter une démarche scientifique. Celle-ci ne peut se dispenser d’un appareil de notes de bas de page, ni de bibliographie. C’est aussi un moyen de contrer d’abord le pillage intellectuel et le plagiat, auquel sont confrontées les jeunes chercheuses qui n’ont pas encore publié dans des revues scientifiques. Surtout, il s’agit de tracer les informations afin de ne pas revenir sans cesse au point de départ. La recherche ne peut avancer, sans la citation des sources de première main ou des travaux de celles et ceux qui nous ont précédé.  Si la notice peut être utile c’est en faisant la synthèse d’informations qui permettra ensuite à d’autres chercheurs et chercheuses de les citer et construire un travail inédit à partir de ces sources répertoriées. Cela permettrait, par exemple, d’éviter de donner aux masterant.e.s en histoire de l’art qui s’intéressent aux études de genre des sujets déjà traités par d’autres – je pense évidemment aux doctorant.e.s mais aussi aux chercheurs et chercheuses qui ont déjà cerné ces sujets il y a des années mais dont les textes ne sont peu enseignés dans les cursus universitaires en licence.

 

Anna Atkins (1799-1871), Chylocladia ovalis, Anna Atkins, c. 1843 – c. 1853, ( source Rijksmuseum)

 

Il faut intégrer aux normes éditoriales les notes de bas de page.

Et de la bibliographie.

Ça n’est pas aller contre la médiation, ni contre un public non-spécialiste, ça n’est pas du gaspillage de signes, ni de la perte de temps.

Sans ces outils on passe à côté de références mais aussi on occulte toute une partie de l’histoire collective, de celle des structures (institutionnelles ou militants) et des rapports de genre qui s’y jouent en fonction des époques et des pays, les circulations des idées, des artistes, le rôle du politique. L’appareil de notes, loin d’être un caprice de spécialiste, c’est en réalité ce qui nous permet d’apporter de la nuance, de nous protéger aussi en tant qu’auteur.e.s  : elles indiquent où nous sommes allé.e.s chercher l’info, à quel moment du temps de la recherche nos textes ont été rédigés. Elles sont la mémoire d’une historiographie complexe qui s’étend depuis au moins le XIXe siècle5. Ôter les notes de bas de page c’est faire croire que rien n’a été fait sur les femmes artistes, depuis toujours. Et c’est faux.

Pour avoir des notes de bas de page et une bibliographie, il faut consulter Wikipédia. Grâce à ces outils il est possible d’indiquer les mémoires de M1 ou M2 – sachant qu’ils représentent une part importante dans la recherche sur ces sujets, je pense notamment aux biographies sur les femmes artistes dont les fonds ou les oeuvres sont conservés dans les musées et qui sont dans de nombreux cas, à ce jour, les seuls travaux existants. Les groupes de wikipédiennes qui rédigent des articles sur Wikipédia comme les AFF ou les sans pagEs mènent un travail bénévole remarquable en créant, référençant ou donnant la possibilité d’enrichir les pages des artistes femmes notamment6. C’est souvent la porte d’entrée des masterant.e.s vers la recherche, mais aussi la première source sérieuse – et utile – sur les artistes femmes. La présence de notes de bas de page et la bibliographie garantissent la fiabilité des informations publiées7. Le site du ministère de la culture en 2019 – « Les femmes artistes sortent de leurs réserves » – comporte des notices biographiques avec des liens qui renvoient aux ressources de première main disponibles en ligne, sur Gallica ou sur les bases du ministère comme PoP!. Ça n’est évidemment pas parfait mais ça a l’avantage de permettre à celles et ceux qui le souhaitent de continuer d’élargir le champs, de creuser. La notice remplit ici son rôle de première accroche, de porte d’entrée, elle est documentée et donc exploitable. Elle ne peut avoir d’autres prétentions que celle de la synthèse des recherches associées à ces artistes compte tenu de son format court.

Anna Atkins (1799–1871), Sargassum bacciferum, 1853, cyanotype (source Wikipédia)
Besoin de projets ambitieux.

Comment éviter de faire doublon sur des supports différents, comment bien recenser les information, comment sortir de la perpétuelle « redécouverte » ? Une piste pour contrer ce re-moulinage de sources et cette re-digestion/régurgitation des notices : publier des recueils à partir d’archives et de textes de première main, monter des projets qui rassembleraient des chercheurs et chercheuses spécialistes, réaliser des traductions de textes, financer et valoriser les jeunes chercheurs et chercheuses – en relayant leurs travaux et surtout en les référençant. Cela coûte de l’argent, beaucoup plus que d’organiser des colloques ou des journées d’études qui sont du travail gratuit [sic], mais cela me semble bien plus productif et témoignerait d’une véritable volonté de sortir d’un cercle vicieux et d’investir de nouvelles pistes méthodologiques. À la place des pansements censées « réparer des inégalités » et des « injustices », combler « un fossé », il s’agirait plutôt de mettre en place de véritables structures collectives et financées.

Parce que la « visibilisation » et la communication ne peuvent être les seuls prétextes à écrire sur les femmes artistes. Tourner en rond avec le discours de « femmes artistes trop/injustement méconnues », « oubliées », est préjudiciable et n’est pas conforme à la réalité de la recherche en cours en France. C’est un véritable affront à celles et ceux qui connaissent ces sujets depuis longtemps ou plus récemment. S’il fallait désigner des personnes encore plus « méconnues » que les femmes artistes dans ce processus ce serait sans doute les chercheurs et chercheuses, masterant.e.s, et historien.ne.s de l’art qui ont travaillé ou travaillent sur elles8.

Sans les notes de bas de page, sans bibliographies, on passe surtout à côté des forces vives, des travaux de la jeune recherche en cours, qui se démène pour travailler – gratuitement et sans être publiée et *en temps de pandémie* – sur ces sujets dans le cadre de leur master, souvent à contre-courant d’un système universitaire encore réticent aux outils des études de genre, je pense notamment aux périodes antérieures à la seconde moitié du XXe siècle. Malgré l’existence de bases de données référençant les sujets – voir par exemple celle qui recense les mémoires et les thèses Travaux de recherche en histoire de l’art et archéologie (TRHAA) sur laquelle on peut s’inscrire et la plus connue qui répertorie les thèses en cours ou soutenues – je reste convaincue de l’utilité d’un répertoire des jeunes chercheuses et jeunes chercheurs dont les sujets emploient les études de genre ou réalisent à partir de corpus d’oeuvres produites par des femmes des mémoires de M1 et M2.

 

Cite this article as: Eva Belgherbi, "Tristes notices. En finir avec les notices de femmes artistes.", publié sur un carnet genre et histoire de l'art, le 03/02/2021, consulté le [date de consultation], URL https://ghda.hypotheses.org/1358.

 

  1. Dans certains cas les droits d’auteur.e sont soumis à des conditions abusives ; voir à ce propos cette lettre ouverte de Patricia Falguières à la direction du musée d’Orsay le 9 janvier 2020 qui illustrait un problème de la déconsidération du travail d’auteur.e déjà évoqué dans la tribune de Elisabeth Lebovici et Patricia Falguières dans le journal Libération publiée le 8 juillet 2019, en accès libre et gratuit ici []
  2. J’ai moi-même participé à ce système et rédigé une notice sur l’artiste roumaine Irène Codréano en 2018 pour le site de l’association AWARE – rémunérée, 2500 signes. J’ai aussi écrit en 2020 dans un cadre académique – non rémunéré, 8 000 signes – pour l’Encyclopédie d’histoire numérique de l’Europe (EHNE) un texte sur les formations, circulations, créations des sculptrices européennes au XIXe et XXe siècles. En 2020, j’ai décliné la proposition qui m’a été faite par l’association AWARE en collaboration avec le musée d’Orsay d’écrire trois notices biographiques de sculptrices présentes dans mon corpus de thèse (Jeanne Bardey, Geneviève Granger et Janet Scudder) – rémunérée, 2500 à 3500 signes. []
  3. Le pire restant les contenus agrémentant les posts d’œuvres d’artistes femmes d’une rhétorique de « l’inspiration », « l’empouvoirement » et autres mots vides de sens. []
  4. Rappelons que ça n’est pas parce que c’est sur internet, en accès libre, que les sources et ses auteur.e.s ne doivent pas être cités. Je pense qu’écrire un thread Twitter ne dispense pas de citer ses sources ni d’indiquer où l’on a pu trouvé l’information. []
  5. À nouveau nous renvoyons à Mary D. Sheriff, “Pour l’histoire des femmes artistes : historiographie, politique et théorie”, Perspective, 1 | 2017, p. 91-112. []
  6. Lors d’un stage au musée Bourdelle sur l’exposition Transmission/Transgression, maitres et élèves dans l’atelier d’Antoine Bourdelle j’ai eu la chance d’être formée à l’initiative du musée à la création de pages Wikipédia – sur des élèves sculptrices de Bourdelle. Ceci afin d’encourager celles et ceux qui ont des informations sur ces artistes puissent enrichir ces pages, que ce soit au niveau de la bibliographie ou du versement de photographies d’oeuvres que nous ne connaissions pas. Voir notamment Hedwig Woermann, Irène Codréano, ou encore Daria Gamsaragan []
  7. Ces associations organisent souvent des ateliers pour former à la création de page Wikipédia, des journées à guetter sur les réseaux sociaux ou sur leurs sites []
  8. Je renvoie ici à l’article éclairant « Berthe Morisot, dans ma chambre (Paris, musée d’Orsay) » du 3 juillet 2019 par Elisabeth Lebovici sur l’exposition de 2019 du musée d’Orsay sur Berthe Morisot où « Beaucoup de ce qu’on voit et de ce qui ravit, c’est à une historiographie féministe qu’on le doit. » À lire sur son blog []

Auteur/autrice : Eva Belgherbi

Doctorante en histoire de l'art