En regardant le film sur l’Union des Femmes Peintres et Sculpteurs (UFPS) réalisé par Catherine Gonnard et Anne-Marie Gourier (2007)

Samedi soir dans le cadre du colloque organisé par Les Jaseuses intitulé « Constellations créatrices : héritages et réseaux féminins / queer » (dont la troisième et dernière partie se déroulera samedi 6 février en ligne, accompagnée par l’expo “Retracer notre ciel” de l’Atelier Corps, genre et arts), les participant.e.s ont eu l’occasion de visionner le film de Catherine Gonnard et Anne-Marie Gourier sur l’Union des Femmes Peintres et Sculpteurs (UFPS) (2007) grâce à la mise à disposition du lien par Nicole Fernandez Ferrer du Centre Simone de Beauvoir.

Hélène Bertaux travaillant au modèle de la fontaine Herbet, photographiée par Étienne Carjat en 1864, Paris, Bibliothèque nationale de France (source Wikipédia)

Il faut absolument le voir.

Le résumé sur le site du Centre Simone de Beauvoir décrit ce qu’était l’UFPS, sa longévité et les enjeux de ses expositions :

“L’Union des femmes peintres et sculpteurs, fondée en 1881 par la sculptrice Mme Bertaux, a été la première organisation d’artistes femmes en France. D’une longévité rare, elle disparaît en 1995. Féministe dans ses premières années, l’union lutte pour une reconnaissance des artistes femmes par les institutions et surtout pour l’entrée des femmes à l’école des Beaux arts. Dès 1882, elles organisent un salon qui aura lieu tous les ans, commenté par toute la presse au fil du temps, l’Etat y achète régulièrement des œuvres. Les archives, de l’union ayant été dispersée et ayant disparue, nous avons décidé d’interviewer entre 2005 et 2006 les dernières organisatrices du salon. Nous avons choisi de les rencontrer quand cela était possible dans leur atelier pour les retrouver dans l’intimité de leur travail, et montrer la diversité des artistes qui y participaient. (Anne-Marie Gourier et Catherine Gonnard)”

Grâce à la générosité des trois intervenantes, nous avons pu discuter de ce film, objet hybride qui compile des entretiens d’artistes – parmi elles Doune Tissot, Simone Lacour, Christiane de Casteras, et Andrée Marquet, Geneviève Zondervan, Monique Lefevre, Juliana Chakravorty -, laissant apparaître un réseau de personnalités et leur rapport au collectif.

La scène d’ouverture est un montage de plusieurs documents en train d’être feuilletés, on reconnait des photographies de la sculptrice Hélène Bertaux (1835-1909) – Mme Léon Bertaux – fondatrice de l’UFPS en 1881 (en 1882 des expositions sont organisées, en non-mixité, d’abord sans jury afin de permettre à toutes de présenter leurs travaux1) et des pages de sa biographie, Une Page de l’histoire de l’art au XIXème siècle. Une conquête féministe. Mme Léon Bertaux par Edouard Lepage (1912). Cette histoire de l’Union est à replacer aussi dans une histoire plus globale des luttes des femmes, en effet celle-ci fait preuve d’une certaine pugnacité dans le combat pour l’entrée des femmes artistes à l’École des Beaux-arts2.

De nombreuses questions sont soulevées dans ce film qui donne la parole à des artistes qui ont rejoint l’UFPS dans l’entre-deux-guerres ou après la Seconde guerre mondiale. Celle des archives me semble l’une des plus urgentes : il n’y a en effet aucun fonds de l’UFPS conservé dans les institutions. Cela pose le problème de la conservation, de la transmission et de l’étude de ce groupe pourtant fondamental pour la connaissance de ces artistes, de l’histoire des expositions et des galeries du XXe siècle en France. Ce n’est pas faute d’avoir essayé : lors de l’accrochage Elles@centrepompidou en 2009 – où était présentée une affiche de l’UFPS – une première tentative avait été faite, mais le Centre Pompidou n’a pas donné suite. Pourtant les objets, les catalogues, les archives privées sont là.

Ces documents ne demandent qu’à être institutionnalisés afin de mettre à disposition des chercheurs et chercheuses cette histoire riche de l’UFPS qu’on retrouve peu évoquée dans les ouvrages d’histoire du féminisme et d’histoire de l’art alors même que sa longévité (elle existe jusqu’en 1995) donne en creux une vue d’ensemble du contexte du marché de l’art, des galeries, des expositions, sur le temps long. Et du féminisme aussi : le rapport à la mixité ou non, l’enjeu de l’année de la femme en 1975, les liens avec Dialogue Féminie dans les années 19703. Il y a aussi eu les reproches de certaines membres dans les années 1970 face à un féminisme qu’elles jugeaient trop timoré, ce qui donna lieu à des scissions et des séparations, comme le rappelle Christiane de Casteras, présidente de l’UFPS puis fondatrice de Dialogue.

“Ça me faisait chier !”

C’est ce que répond Simone Lacour lorsque Catherine Gonnard lui demande ce que ça faisait d’exposer avec un groupe de femmes artistes. En plus du ton, sans langue de bois, et d’un regard à la fois aiguisé et tendre sur ces moments passés au sein du collectif, ces témoignages révèlent les réseaux des artistes qui circulaient dans l’UFPS. Cette fluidité des rapports – certaines faisaient partie de groupes mixtes comme Jeune Peinture et Figuration Critique comme Monique Lefévre, secrétaire générale de l’UFPS – fait état des liens qui se tissaient aussi en dehors. Ainsi l’UFPS n’est pas une structure monolithique étanche, au contraire, elle semble constituer un réseau parmi d’autres dans les parcours de ces artistes qui étaient aussi présentes dans les groupes de leur époque. C’est véritablement cette superposition de strates qui se fait entendre dans ces entretiens, davantage qu’une histoire linéaire et purement descriptive de l’Union.

Il y a aussi quelque chose de fort qui resort de ces entretiens : la proximité de ces artistes qui se connaissent, font entrer des amies à l’UFPS, s’engueulent, se rapprochent, et rient ensemble : “on rigolait bien” glisse Simone Lacour. Les artistes évoquent aussi les contradictions du groupe, les dissonances, les questions récurrentes, “comment faire pour attirer du public ?”, “est-ce qu’on est un salon ringard ?”.

“Très peu le mettait dans leurs CV”

Doune Tissot revient sur cette ambivalence par rapport au collectif non-mixte : certaines passaient par cette étape – l’exposition permettait de fédérer des femmes d’appartenances politiques diverses et de situations sociales différentes – mais la réputation de l’organisation pouvait aussi susciter des réticences. Dire qu’on en était, le revendiquer, n’était pas si évident, dans les biographies on perd des fois ce lien avec l’Union – ce qui consiste une difficulté pour retracer aujourd’hui ces liens. L’UFPS a été taxée de salon de bourgeoises, d’amatrices, “elles étaient peu professionnelles”, etc., autant de stéréotypes qu’on retrouve dès le XIXe siècle. J’ai particulièrement été interpellée par le témoignage de Simone Lacour qui explique qu’en 1937 il y avait peu de femmes à l’École des Beaux-arts de Paris – il n’y a donc pas eu cette “invasion” tant redoutée par les artistes hommes élèves des Beaux-arts en 1897 – et que les jury se méfiaient des femmes jusqu’à refuser de leur attribuer des prix.

Bien sûr, certaines ont été attirées par le côté mondain que pouvaient avoir les expositions. Doune Tissot se souvient de moments où lorsqu’étaient demandées des photos pour les mettre dans le catalogue, certaines envoyaient des photographies de leurs visages plutôt que celles de leurs oeuvres. Simone Lacour souligne aussi qu’il y en avaient qui voulaient être accrochées avec leur mari. Ces expositions se sont aussi déroulées au Grand Palais, parfois à plus de 300 artistes, et l’État a aussi acquis des oeuvres de ces artistes à cette occasion. L’UFPS a aussi contribué avec ses catalogues – certains sont manquants à ce jour – à faire connaitre les oeuvres de ses membres, et dont les visuels deviennent à présent une source pour l’étude de ce groupe4.

Et il y a aussi les absentes. Marianne Fayol (1908-2003) et Nathalie Stern (1929-2007) sont les deux artistes évoquées par plusieurs intervenantes du film. Ces deux personnalités semblent avoir marqué les mémoires de celles qui les ont côtoyées, donnant ainsi aux spectateurs et spectatrices la possibilité d’avoir accès à cette mémoire collective, dont la pellicule perpétue leur souvenir. C’est aussi ça retracer des lignées : interroger ces porteuses de mémoire, quand il est encore temps – quelques unes des artistes qui apparaissent à l’écran sont maintenant décédées -, collecter les papiers personnels, les cartes, les catalogues, les objets, encourager les familles à les garder, reconstituer cette mémoire collective de ce groupe qui a irrigué plus d’un siècle de pratiques artistiques.

Un moment du film est particulièrement saisissant pour celles et ceux qui s’intéressent à la conservation : à un moment Simone Lacour montre les prix qu’elle a remporté, ainsi qu’une médaille en plâtre de l’UFPS, et propose à Catherine Gonnard de la prendre : “Je peux les donner, qu’est-ce que tu veux que j’en fasse ?”. L’urgence de la collecte et sa nécessité sont illustrées ici par cette passation de mains à mains, qu’il devient pressant d’organiser et d’institutionnaliser.

Cite this article as: Eva Belgherbi, "En regardant le film sur l’Union des Femmes Peintres et Sculpteurs (UFPS) réalisé par Catherine Gonnard et Anne-Marie Gourier (2007)", publié sur un carnet genre et histoire de l'art, le 01/02/2021, consulté le [date de consultation], URL https://ghda.hypotheses.org/1376.

 

  1. Voir Tamar Garb, Sisters of the Brush, Women’s Artistic Culture in Late Nineteenth-Century Paris, New Haven, Londres, Yale University Press, 1994 ; voir aussi Catherine Gonnard,  « La professionnalisation des artistes femmes à travers l’action de UFPS et de la FAM, 1881-1939 », dans Agnès A. Graceffa, Vivre de son art : histoire du statut de l’artiste XVe- XXIe siècle, Paris, Hermann, 2012, p. 121-138 []
  2. Voir Marina Sauer, L’entrée des femmes à l’École des beaux-arts, 1880-1923, Paris, ENSBA, 1991 []
  3. Voir notamment les travaux de Fabienne Dumont et le mémoire de Franny Tachon « Les trois premières manifestations du groupe Dialogue, ‘Des expositions de femmes, pour quoi faire ?’ » sous la direction de Michela Passini, Mémoire d’étude (1re année de 2e cycle) à l’École du Louvre, mai 2019 []
  4. Voir Sanchez Pierre, Dictionnaire de l’Union des femmes peintres et sculpteurs, Dijon, Éditions l’Échelle de Jacob, 2010. []

Auteur/autrice : Eva Belgherbi

Doctorante en histoire de l'art

Une réflexion sur « En regardant le film sur l’Union des Femmes Peintres et Sculpteurs (UFPS) réalisé par Catherine Gonnard et Anne-Marie Gourier (2007) »

Les commentaires sont fermés.