3#billet d’humeur – concrete

 

Marie Laurencin, “Les Biches”, 1923, huile sur toile, 73 x 92 cm, Paris, musée de l’Orangerie (c)

L’argent – le métal – c’est aussi la couleur de la concrete. C’est gris. Ça ressemblerait à ce camaïeu de gris associé au rose, au vert et au bleu des Biches de Marie Laurencin.

En octobre 2020, au musée de l’Orangerie, un “focus collection” était consacré aux Biches de Marie Laurencin. Des vitrines avec des documents d’archives et des photographies racontaient la genèse de ses décors exécutés pour les Biches, le ballet de Serge de Diaghilev, présenté en 1924. Une lettre adressée à Francis Poulenc – en charge de la partition – était reproduite sur un pan du mur gris de la salle du musée :

“Mon cher Francis

il paraît que les Biches

émeuvent

Riches

de Monte-Carle.

Tu serais gentil de t’informer auprès du Patron où sont mes dessins. Surtout celui travaillé du rideau, et une aquarelle encadrée et les robes. Il était convenu qu’on me les rendait.

Je serais contente aussi d’être payée.

Enfin voilà.

Je suis ravie du succès. Je n’y suis pour rien.

Ta musique y était.

Cette chorégraphie me hante

et le canapé !

Au revoir Francis

Je t’embrasse.”

Marie Laurencin, 1924

Les riches de Monte-Carle ont été conquis, mais Marie Laurencin demande son argent, poliment presque. C’est un fil que j’ai remonté1 jusqu’à Camille Claudel dont la correspondance tourne explicitement autour de ce thème. Lorsqu’elle réclame des impayés auprès de commanditaires, sollicite l’aide de sa famille. Des remarques aussi très symptomatiques d’une certaine lassitude :

“J’en ai assez de souffler sur la sculpture en attendant les billets de mille francs qui se font de plus en plus réfractaires2

*

Le dix-neuvième siècle. Avoir de l’argent si on veut se former à l’art, dans ses académies libres où les femmes payent plus cher. La peintre américaine Abigail May Alcott Nieriker, soeur de Louisa May Alcott, autrice des Quatre Filles du docteur March, publie un guide de voyage Studying art abroad, and how to do it cheaply en 1879, dans lequel elle compare les frais d’inscription en détaillant des forfaits journaliers au trimestre, à l’année. Dans le cas d’une inscription pour un mois seulement, une journée à l’académie Julian les femmes paient 100fr., les hommes la moitié. Un tel écart est justifié par les stéréotypes de genre de l’époque qui se concrétisent dans le porte-monnaie. Par le soupçon du dilettantisme qui plane au-dessus des femmes qui passent aux yeux de beaucoup pour des amatrices : si elles s’inscrivent c’est qu’elles n’ont pas besoin de travailler et qu’elles bénéficient donc de ressources pour occuper leur temps libre, en bonnes bourgeoises, en barbouillant quelques toiles.

*

New Kind of Concrete Cracks Much Less Than the Regular Stuff

2020. On nous a demandé des choses con-crètes. La cale, le jambon, le fromage. Robinson.

Concrete. Le CNRTL donne des définitions assez poétiques de Concrète. “I.− Vieilli. [En parlant d’une substance, de la matière] Qui est solide par suite de précipitation, sublimation, fixation (cf. concrétion A). Un acide, un sel concret”. En anglais “concrete” ça veut dire “béton”.

Concrètement. En 2019, je me souviens qu’une personne fraichement devenue docteur m’avait dit qu’elle allait me donner “un bon conseil pour [ma] carrière”, celui de “ne jamais parler d’argent”. Doctorante non contractuelle, je passe mon temps à penser à/parler d’/demander de l’argent.

Cite this article as: Eva Belgherbi, "3#billet d’humeur – concrete", publié sur un carnet genre et histoire de l'art, le 05/04/2021, consulté le [date de consultation], URL https://ghda.hypotheses.org/1487.

 

  1. Ceci grâce aux réflexions que nous menons au sein des Jaseuses. Nous nous sommes rendu·e·s compte que les artistes et les autrices sur lesquelles nous travaillons parlent toutes d’argent à un moment. []
  2. Camille Claudel à Gustave Geffroy, s. d. [4 avril 1905 ?], dans Camille Claudel, Correspondance, édition d’Anne Rivière et Bruno Gaudichon, 3e édition revue et augmentée, Paris, Gallimard, 2014 []

Auteur/autrice : Eva Belgherbi

Doctorante en histoire de l'art