Vanessa Bell (1879-1961) – À propos d’une exposition restée dans l’œil

C’était en 2017, c’était le printemps.

Vanessa Bell, Nude with poppies, 1916, huile sur toile, Swindon Museum and Art Gallery (c)

De l’autre côté de la Manche, Vanessa Bell (1879-1961) est d’abord connue comme membre du Bloomsbury Group1 et soeur de Virginia Woolf (1882-1941). Sa maison de Charleston, qu’elle partagea avec le peintre Duncan Grant, donne un aperçu de ses collaborations artistiques mais ne permet finalement pas d’appréhender l’art de Bell indépendamment qui se retrouve noyé dans l’enchevêtrement artistique et intellectuel du groupe. C’est ce constat qui a été le point de départ des commissaires de l’exposition « Vanessa Bell » présentée à la Dulwich Picture Gallery en 2017.

“But is it possible to isolate Bell from all that contextual noise, and confront her, purely and simply, as an artist? It is certainly challenging, but the astonishing discovery made early in this project – that there has been no major, full-scale museum exhibition with catalogue devoted solely to the work of Vanessa Bell – made it seem urgently overdue2

Le propos est clair ; il s’agit de reconsidérer la production artistique de Bell en la remettant au centre de l’attention, d’étudier ses sources et ses correspondances, sans concentrer toute l’attention sur ses relations intimes. L’exposition de Dulwich est d’ailleurs d’une sobriété reposante : le cercle familial, lorsqu’il est évoqué, n’obstrue pas sa carrière. L’accent est surtout mis sur son parcours artistique, tout en jetant des ponts avec son environnement, ce qui n’empêche pas d’envisager ses œuvres dans leur contexte et en dialogue avec celles du groupe dont l’artiste fait partie dès 19073.

Vanessa Bell, Landscape (verso), c. 1915, huile sur toile, fragment, 72 x 55 cm, Cheltenham Art Gallery & Museum The Wilson (c) (non-exposé)

Moins de dix salles pour Bell, cela peut sembler insuffisant pour l’ambition décrite plus haut. On est loin des grandes célébrations monographiques ; c’est tant mieux, c’est efficace. Le parcours qui s’articule majoritairement par genre (portraits, nature-morte, paysages, etc) échappe la monotonie grâce à la densité d’informations apportées par les textes de salle, complets et concis, reflet d’un véritable travail de recherche. Les œuvres présentées à Dulwich sont pour la plupart réalisées dans les années 1910 à 1930. Très peu datent d’après les années 1920-30 : quelques vues, souvenirs de ses voyages, construites en empâtements de couches de couleurs lumineuses et de rares natures mortes des années 1940 et 1950, assagies dans leur composition et exécution. L’exposition montre son évolution artistique avant la Seconde Guerre mondiale et l’essoufflement du Bloomsbury Group. Cependant, la diversité des œuvres constitue un échantillon représentatif de la variété des supports utilisés par Vanessa Bell lors de ses années d’expérimentations et d’affirmation d’un style propre dans l’Angleterre du début du XXe siècle.

Vanessa Bell, Tents and Figures, 1913, folding screen, distemper on paper mounted on canvas, painted softwood frame, H: 2m, Londres, V&A (c)

Vanessa Bell a fait ses classes à la Royal Academy de Londres où elle est l’élève de John Singer Sargent de 1901 à 1904, puis la Slade School en 1904, date à laquelle elle emménage avec sa famille à Bloomsbury4. Elle s’oppose à un certain art anglais, alors encore en faveur dans les années 1900, et qu’elle juge sévèrement :

“[…] still under a Victorian cloud either conscientiously painting effects of light, or trying to be poets or neo-Pre-Raphaelites […] I thought Steer, Tonks, Furse etc. had merit – Steer certainly had – even then – but it seemed to me they’d nothing better than they had done […] those painters who should have been just entering on their most interesting periods were already dead as painters5”. 

Ces trois peintres évoqués par Vanessa Bell sont des artistes anglais influencés par l’impressionnisme français, mais qui représentent, selon elle, la vieille garde. Son entourage aussi commence à être lassé et cherche de nouveaux modèles, de nouvelles formes d’expression, inspirées de celles déjà amorcées en France. C’est aussi à cette époque que le critique d’art Roger Fry (1866-1934), dont Vanessa Bell est alors proche, organise l’exposition Manet and the Post-Impressionists en 1910, aux Grafton Galleries, à Londres6. Y sont visibles les œuvres d’Edouard Manet, Paul Cézanne, André Derain, Othon Freize, Henri Matisse, Pablo Picasso, c’est un shot de modernité pour Bell. Lors de la seconde exposition de 1912-1913, l’accrochage est arrangé par Roger Fry, Vanessa Bell et Quentin Bell. Les œuvres sont réparties en trois groupes : aux artistes de la première exposition s’ajoutent les Russes et les Anglais7. Vanessa Bell y expose quatre œuvres et confronte son travail à celui des avant-gardes continentales.

Vanessa Bell, Still Life on Corner of a Mantelpiece 1914, huile sur toile, 45 x 55 cm, Tate, Purchased 1969 (c)

Elle aime les œuvres de Derain et Picasso qu’elle rencontre à Paris lors de ses nombreux voyages en France, et elle visite l’atelier de de Matisse avec Duncan Grant en 19148. De Picasso, elle retient les techniques du papier collé et du collage qu’elle utilise dans Still life (c.1914, University of Leeds Art Collection). Ce tableau est représentatif des expérimentations de Vanessa Bell tendant vers l’abstraction9, au même titre que Abstract Composition (1914, collection of Ivor Braka).

Vanessa Bell, Abstract Painting, c.1914, huile sur toile, 44 x 38 cm, Tate, Purchased 1974 (c)

Elle abandonne rapidement ces recherches mais garde le goût pour la forme pure et géométrique. On le retrouve dans les modèles qu’elle réalise pour l’entreprise Omega Workshops, au sein de laquelle elle collabore avec Roger Fry et Duncan Grant. Des patrons pour des textiles sont ainsi exposés à Dulwich, attribués à Grant et Bell, comme c’est souvent le cas pour les arts décoratifs réalisés en couple10. L’influence des tableaux du Matisse des années 1910 est évidente dans la peinture de Vanessa Bell dès 1913 avec Design for a Folding Screen : Adam and Eve (1913-14, Courtauld Gallery). Le recours au cerne noir combiné à une débauche de couleurs souvent sourdes, parfois éclatantes, appliquées à coups de grands traits empressés, est visible notamment dans ses portraits. Ceux de Virginia Woolf (plus particulièrement celui de 1912, conservé à la Monk’s House) sont les plus représentatifs de cette technique.

L’écrivaine est forcément évoquée dans l’exposition de la Dulwich Gallery, mais sans prendre toute la place. Woolf et Bell se regardaient l’une et l’autre. À propos de The Waves et d’une de ses peintures (détruite), Bell écrit :

“If I could only do what I want to […] it would have some sort of analogous meaning to what you’ve done [because] to me, painting a floor covered with toys and keeping them all in relation to each other and the figures and the space of the floor and the light on it means something of the same sort that you seem to me to mean11”.

Virginia Woolf, quant à elle, vingt ans plus tôt donnait son avis sur la toile A Conversation :

“You are into the bargain, a satirist, a a conveyer of impressions about human life : a short story writer of great wit and able to bring off a situation in a way that rouses my envy. I wonder if I could write the Three Women in prose..12.”

Vanessa Bell, Conversation, 1913–1916, huile sur toile, 86.6 x 81 cm, Londres, The Courtauld Gallery, bequeathed by Roger Eliot Fry, 1935 (c)

Les deux sœurs sont proches et discutent de leurs travaux respectifs, en témoigne leur correspondance13. Une admiration commune nourrit leurs rapport et ce lien s’appréhende aussi dans les objets : Bell a illustré, dans un style très synthétique, les couvertures des ouvrages de sa sœur, édités par Léonard Woolf et Virginia Woolf à la Hogarth Press.

Couvertures des livres de Virginia Woolf, entre 1922 et 1941, reproduites dans le catalogue de l’exposition, p. 98-99. photo personnelle.

L’exposition se finissait sur une salle dédiée aux photographies de Patti Smith, en une sorte d’hommage à la pratique de la photographie de Vanessa Bell qui a pris de nombreux clichés de sa famille et de ses amis du Bloomsbury Group. Ces documents venaient clore cette exposition faussement monographique qui retraçait en creux une histoire de l’art anglaise sans étouffer Vanessa Bell, en laissant la possibilité au public d’apprendre à connaitre ses œuvres.

Update : J’en profite aussi pour attirer l’attention sur le service Famous Women Dinner Set que Vanessa Bell et Duncan Grant réalisent pour Kenneth Clark en 1932. C’est une galerie de portraits de femmes célèbres, de Sapho à Greta Garbo, peints sur des assiettes, cette série est d’ailleurs souvent présentée comme un proto Dinner Party de Judy Chicago (1974-1979). Dans mon souvenir il n’était pas mentionné à l’exposition, mais c’est un service d’assiettes que j’aime bien et dont on avait perdu sa trace depuis des années. Suite à l’exposition de la Dulwich Picture Gallery en 2017, un particulier a contacté la galerie Piano Nobile de Londres pour l’informer qu’il était propriétaire de ce service qui a été ensuite exposé en 201814.

Cite this article as: Eva Belgherbi, "Vanessa Bell (1879-1961) – À propos d’une exposition restée dans l’œil", publié sur un carnet genre et histoire de l'art, le 06/05/2021, consulté le [date de consultation], URL https://ghda.hypotheses.org/1594.

 

 

  1. À propos de l’histoire complexe de ce groupe, voir les ressources proposées sur le site de la Tate. []
  2. Ian A.C. Dejardin, « Preface », cat. exp. Vanessa Bell, Sarah Milroy & Ian A.C. Dejardin (ed.), Londres, Philip Wilson Publishers, 2017, p. 19-22, p. 20. []
  3. Voir le catalogue d’exposition, The Art of Bloomsbury, Richard Stone (dir.), Londres, Tate Gallery Publishing Ltd, 1999. []
  4. Pour une biographie complète et succincte ainsi que la liste des expositions auxquelles elle a participé et une courte bibliographie, voir son entrée rédigée par Mary Ann Caws dans le Women Artists Dictionary dirigé par Delia Gaze (Londres ; Chicago (Ill.), Fitzroy Dearborn Publishers, 1997, p. 235-238). []
  5. Vanessa Bell, “Memories of Roger Fry”, cité dans le cat. exp. Vanessa Bell, Sarah Milroy & Ian A. C. Dejardin (ed.), Londres, Philip Wilson Publishers, 2017, p. 42-43 []
  6. James Beechey, “Defining Modernism : Roger Fry and Clive Bell in the 1920s”, The Art of Bloomsbury, Richard Stone (dir.), Londres, Tate Gallery Publishing Ltd, 1999, p.39-5 []
  7. À propos de la Second Exposition Post-Impressioniste, voir le billet de blog de Stephen J. Bury, “The Second Second Post-Impressionist Show, 1913”, en ligne. []
  8. Mary Ann Caws et Sarah Bird Wright, Bloomsbury and France: Art and Friends, Oxford, Oxford University Press, 2000, p. 155. []
  9. Grace Brockington, ‘Bell in Europe’, in Grace Brockington (ed.), In Focus: Abstract Painting c.1914 by Vanessa Bell, Tate Research Publication, 2017, en ligne. []
  10. C’est notamment le cas de Sophie-Taeuber et Jean Arp, voir la tapisserie Symétrie pathétique, 1916-1917, coton, 76 x 65 cm, Paris, Centre Pompidou. []
  11. Vanessa Bell à Virginia Woolf, 15 (?) octobre 1931, Selected Letter of Vanessa Bell, Regina Marler (ed.), New York, Pantheon, 1993, pp. 367-368, cité par Christopher Reed, « Domestic Modernism », dans cat. exp. Vanessa Bell, op. cit, p. 133-136, p.134. []
  12. Virginia Woolf à Vanessa Bell, 12 mai 1928, The Letters of Virginia Woolf, vol. 3, Nigel Nicholson and Joanne Trautmann, (eds), A Change of Perspective 1923-1928, Londres, Chatto & Windus, 1978, cite par Corin Sworn, « A Conversation », cat. exp. Vanessa Bell, op. cit., p. 170-172, p.172 []
  13. Des extraits sont à lire dans le dernier numéro de la revue littéraire Europe coordonné par Adèle Cassigneul, “Virginia Woolf – Jean-Paul Goux”, n° 1101-1102, janv./fév 2021. []
  14. Sur le parcours mouvementé du service voir le passionnant essai de Hana Leaper, “The Famous Women Dinner Service: A Critical Introduction and Catalogue”, British Art Studies, Issue 7, en ligne. []

Auteur/autrice : Eva Belgherbi

Doctorante en histoire de l'art