À tue-tête de Fernande Olivier. Poser les mots

“Nous avons choisi d’écrire deux textes distincts, assemblés en un seul article afin de compléter nos points de vue en fonction de nos intérêts respectifs. Nous avons visité ensemble l’exposition Fernande Olivier au musée de Montmartre à Paris1 et nos échanges dans les salles ont nourri nos réflexions individuelles. Les voici, en espérant qu’elles vous intéresseront”.
E. B. et A. D.

Fernande Olivier et Pablo Picasso, dans l’intimité du Bateau-Lavoir présentée au musée de Montmartre (jusqu’au 19 février 2023) n’est pas une exposition Picasso. Même si elle ouvre officiellement les festivités en commémoration des 50 ans de la mort de Pablo Picasso. Même si dans son titre elle porte le lourd (pica)sceau du peintre qui partage sa vie de 1904 à 1912.

Détail d’un fac-similé d’une contretype de Pablo Picasso, Portrait de Fernande Olivier, 1908.

Fernande Olivier est née en 1881, la même année que lui (elle décède en 1966). Elle commence sa carrière en devenant modèle dans les ateliers montmartrois. A la Suzanne Valadon (1865-1938), dont le musée conserve des œuvres présentées dans l’exposition, qui a d’abord posé avant de devenir peintre, et qui a habité les lieux. Elles se connaissent, et le rapprochement entre ces deux modèles devenues créatrices est évident : à Valadon la peinture; à Olivier l’écriture.

Ses mots sont au cœur de cette scénographie bavarde (tant mieux et les textes de salles sont pour la grande majorité bons) et rythmée par des phrases extraites des articles et ouvrages de Fernande Olivier. C’est une scéno qui peut d’abord déstabiliser. Déjà on nous assène de “Fernande” sans Olivier, une pratique à bannir pour sa familiarité même si un peu pardonnée par la récurrence de “Pablo” sans Picasso. Les citations sont parfois inscrites en lettres cursives, enfantines, mélange de typo chaotique – à même le mur couleur saumon qui rappelle l’affiche (une esquisse pour les Demoiselles d’Avignon) – mais elles valent d’être lues. Par exemple, Fernande Olivier écrit les nombreuses maltraitances qu’elle subit dans son enfance et adolescence, elle est violée puis mariée contre son gré à son violeur. L’exposition aborde sans détour ces épisodes tragiques via un accrochage de photos de l’artiste contemporaine Agnès Thurnauer sur le thème encore actuel des violence faites aux femmes. Plus tard, à Montmartre, Fernande Olivier travaille, même si Picasso veut l’en empêcher : elle donne des cours de dessins, et pose comme modèle, on la voit dans les œuvres de Picasso et dans celles d’autres artistes. Elle pose pour Van Dongen ou Ricard Canals qui expose Une loge à la tauromachie de 1904, un tableau qu’elle décrit :

“C’est clair, c’est gai, aimable, brutal et doux à la fois. J’aime ce tableau et le jeu de nos mains à Benedetta et à moi. Les siennes plus petites et d’un dessin plus gracieux, les miennes plus souples, plus personnelles, aux doigts retroussés, donnent de la vie à cette composition. C’est la première peinture pour laquelle je pose et où je me ‘plais’” (Fernande Olivier, Souvenir intimes, 1988).  

Ricard Canals, “Une loge à la tauromachie”, 1904, huile sur toile, 1,5 x 2,5 m, Hermanos Bertrand Barraquer, Barcelone (photo Eva Belgherbi). Fernande Olivier est à gauche de la composition.

Elle critique les tableaux et dessins qui la représentent, donne son avis, tout aussi légitime que celui des artistes. Avec minutie l’exposition instaure un dialogue qu’on a rarement l’habitude de voir dans les musées où la figure de l’artiste est toute puissante, au sommet de la hiérarchie entre celui (souvent “lui”) qui peint, et celle (souvent “elle”) qui est peinte. L’activité professionnelle de modèle n’est jamais mise de côté ici, elle ouvre et clôt l’exposition. On redonne par la même occasion une puissance d’agir à Fernande Olivier en reliant sa pensée aux objets qu’elle habite. Elle commente aussi les œuvres qu’elle voit. Ses écrits constituent en cela une véritable source (à prendre avec toutes les précautions nécessaires de l’historien·ne de l’art) pour appréhender l’art de cette époque. En effet, après la rupture, Fernande Olivier, à qui Picasso refuse de donner des conseils, réalise quelques toiles – on remarque au tout début le tableau Les Trois Vierges, vers 1935 – et elle écrit.

Fernande Olivier, “Fruits d’automne” (détails), vers 1935, huile sur toile, Archives LBF Association (photo Eva Belgherbi)

Elle écrit à fond. Elle a besoin d’argent et se fait remarquer par Paul Léautaud et la Société des Gens de lettres en 1933. Elle écrit surtout des articles sur Picasso, le cubisme, et ce qu’on appellera plus tard la grande aventure de l’art moderne. Et puis des livres qui nous accompagnent tout le long de l’expo : Picasso et ses amis, paru en 1933 qui revient sur les années du Bateau-Lavoir, son microcosme qu’elle a côtoyé au plus près, et Souvenirs intimes, publiés à titre posthume en 1988. Elle pose un regard acéré sur les peintres, les passages sur Juan Gris sont savoureux, et endosse ce rôle de grande témoin d’une époque qui a vu naître les légendes des artistes modernes de la première moitié du XXe siècle. Mais là non plus Fernande Olivier n’est pas passive, elle juge. Elle dresse sur le papier ses portraits d’artistes et la réception de leurs œuvres auprès des critiques, ses écrits se superposent à une histoire de l’art qui nous est souvent enseignée/présentée par le prisme des “grands hommes artistes”.

Suzanne Valadon, “Autoportrait”, 1927, huile sur toile, Ville de Sannois, dépôt au musée de Montmartre (photo Eva Belgherbi)

L’exposition se termine par un discours qui m’a semblé être une ouverture plus large sur le statut de modèle. A la fin, notre regard a déjà changé : dans les tableaux exposés, on s’amuse à reconnaître Fernande Olivier. Un accrochage malin montre l’autoportrait triomphant de Marie Laurencin de 19052, dominant deux portraits qu’elle réalise de deux autres protagonistes de l’art modernes : Apollinaire et Max Jacob aux petits crânes difformes. Elle a l’air de leur tenir tête et crâne un peu, une main sur la hanche, le regard de biais, supérieur. On finit sur un autoportrait coloré de Valadon à la mine austère. Son tableau Nu assis sur un canapé de 1916, dans lequel une modèle anonymisée par le titre, illustre une dernière citation de Fernande Olivier : 

“Je travaille tant, toute la journée, poser, poser sans cesse ! Quelle monotonie ! […] Pour bien poser, il faut oublier que l’on pose, penser à tout autre chose, ne pas sentir la lenteur du temps, mais oublier la vie, oublier qui l’on est.” (Fernande Olivier, Souvenir intimes, 1988)

Si l’on gratte la patine de Tête de Fernande, la sculpture de Picasso à laquelle Fernande Olivier prête ses traits, on découvre dans cette exposition bien plus qu’une réhabilitation (qui évite aussi la dérive de la sur-héroïsation d’une figure féminine). En atteste ce récent entretien avec la co-commissaire Nathalie Bondil (avec Saskia Ooms) sur France Culture. J’y vois une manière de se placer discrètement, un peu en sous-marin, dans le sillage de l’épisode que Julie Beauzac a consacré à Picasso dans son podcast Vénus s’épilait-elle la chatte ? qu’une grande partie du public aura déjà écouté en entrant dans l’exposition, j’en suis sûre. 50 ans après la mort du peintre, peut-être est-il souhaitable d’inviter le public à  regarder à la périphérie de Picasso, pour revivifier à la fois les regards sur son œuvre, qu’il revendique autobiographie, et pour surtout lever les yeux vers ses contemporaines. Parmi les femmes de son entourage, certaines valent sans doute la peine d’être vues/lues.

Eva Belgherbi

 

*

Fernande Olivier et Pablo Picasso dans l’intimité du Bateau-Lavoir

par Abel Delattre

Je confesse : cette exposition ne m’intéressait pas. C’est à cause du titre ; il laisse supposer une exposition encensant le Picasso des années du Bateau-Lavoir – d’autant plus que l’exposition s’inscrit dans le programme du cinquantenaire de la mort de l’artiste – avec un focus sur sa production inspirée par sa compagne et modèle, Fernande Olivier. Je suis heureux d’écrire que je me suis trompé.

Le nom de Picasso se perd parmi d’autres, connus et inconnus. Tous sont réunis au Musée Montmartre autour de Fernande Olivier et de ses souvenirs mis à l’écrit :

“J’ai vécu avec eux, plus près d’eux que n’importe qui, puisque “chez Picasso” c’était aussi chez eux (…). J’ai vécu de leur existence, je les ai vu vivre, penser, souffrir, espérer et surtout travailler ; vivant, pensant, souffrant, espérant avec eux. Je peux donc, sans craindre de voir mal interpréter mes souvenirs, montrer leur vie secrète et laborieuse3.”

Fernande Olivier, “Autoportrait”, s.d. (dessin au crayon sur papier)

Ses mots sont le squelette de l’exposition. En partant de Fernande Olivier et de ses mémoires (Picasso et ses amis (1933) et Souvenirs intimes (1988)), c’est un autre regard que nous portons sur le Bateau-Lavoir comme lieu et époque, sur ses occupant·es, sur les réflexions artistiques qui s’y développent, mais aussi sur ce début de siècle dans son ensemble. Dès le premier cartel, nous lisons : “Fernande Olivier (1881-1966) “naît” en 1900 : elle a 19 ans et vient d’ensevelir son vrai nom – Amélie Lang – et avec lui, un des chapitres les plus noirs de sa vie.” Violée (le mot est répété plusieurs fois), elle est forcée à se taire ou à épouser son agresseur ; elle l’épouse, puis s’enfuit. L’exposition ne manque pas de souligner l’importance d’un tel témoignage : “Silence des femmes au XIXe siècle, leurs mémoires privées et orales ont souvent disparu. C’est pourquoi les Souvenirs intimes de Fernande, tirés de son journal, apportent un rare témoignage sur la condition féminine4.”

Fernande Olivier a longtemps été réduite au rôle de “muse” et de “simple modèle”. Sa vie avant Picasso était quasiment inconnue jusqu’à maintenant, tout comme sa vie après son départ en 1912. Olivier Widmaier-Picasso par exemple, petit-fils de l’artiste, a écrit que “Fernande sort définitivement de [l]a vie amoureuse [de Picasso]” et qu’“il n’entendra plus parler d’elle jusqu’au début des années trente, à la publication de ses souvenirs [Picasso et ses amis en 1933]5”. Il ajoute que “[j]amais cependant il n’oublia l’aide que Fernande lui a apportée aux moments difficiles” et qu’“il l’a aidée à son tour, quand elle s’est retrouvée quasiment à la rue, dans les années cinquante”6. Une version de l’histoire que remet en doute l’exposition : en 1957, “[a]culée par la maladie, l’âge et la précarité, [Fernande Olivier] songe à publier son journal. Alerté par Marcelle Braque, Picasso lui versera un million par an jusqu’à sa mort. Elle le remercie mais ne le reverra jamais7.” Pierre Cabanne écrit très peu sur elle dans Le Siècle de Picasso ; elle est “sa maîtresse8”, “une femelle désirable qui attire les regards et aiguillonne les sens9” ou encore, pour reprendre les mots de Daniel-Henri Kahnweiler, “une très belle femme10”.

L’exposition corrige tous ces dires de manière très simple : en donnant la parole à Fernande Olivier. “Quelques écrivains,” écrit Olivier en 1933, “dans leurs livres sur Picasso, m’ont présentée sous le nom de la “Belle Fernande”, ce qui m’a donné la mesure de leur appréciation. Je n’avais donc représenté pour eux qu’une valeur toute physique. Au fait, qu’auraient-ils pu savoir de moi11 ?”

Un autre extrait : “Je deviens curieuse, j’analyse, avide de beauté, enthousiaste, je rêve un peu moins et je me suis mise à dessiner et bientôt je peindrai, je le veux12.” L’exposition ouvre sur quelques rares peintures et dessins de sa main avant de nous amener sur son travail comme modèle professionnel (“Si les gens savaient ce qu’est la vie d’un modèle sérieux, on serait moins méprisant pour elle.”). Tout cela en suivant très simplement ses souvenirs, mis en mots et laissés à la postérité.

Van Dongen, “Van Dongen, Fernande, Picasso, Apollinaire et Max Jacob réunis aux Enfants de la Butte rue des Trois frères”, 1949, lithographie.

Les historiens de l’art n’ont jusqu’à maintenant considéré les écrits de Fernande Olivier que comme un témoignage de première main de l’œuvre et de la vie de Picasso. Pourtant ces écrits sont d’une grande richesse. “L’intérêt de la publication posthume des Souvenirs intimes – Écrits pour Picasso,” écrit Nathalie Bondil dans le catalogue de l’exposition, “est qu’elle parle en son nom, sujet plus qu’objet. Elle n’est plus seulement le témoin des avant-gardes mais l’actrice de sa propre vie. Elle n’est plus chosifiée comme muse ou modèle de… par tous les exégètes13.” Les souvenirs écrits de Fernande Olivier s’inscrivent dans une réflexion plus large sur les écrits de conjointes d’artistes hommes. La première à qui nous pouvons comparer Fernande Olivier est Françoise Gilot, sa “descendante” dans la lignée des conjointes de Picasso, qui elle aussi s’est tournée vers l’écriture pour reprendre son agence (her agency, en anglais) – et dont les écrits, eux aussi, ont longtemps été considérés par les historiens de l’art comme un témoignage de l’œuvre et la vie de Picasso. Chose étrange, en 1965, le nom de Fernande Olivier figure dans la liste des personnes contre la publication du livre de Françoise Gilot, Vivre avec Picasso. Est-ce parce que Fernande Olivier est encore dépendante financièrement de Picasso ?

L’exposition de ces écrits (ici ceux de  Fernande Olivier, précédemment ceux de Françoise Gilot au Musée Estrine) ouvre de nouvelles pistes de réflexions que nous espérons seront creusées dans de futurs travaux. Ces mémoires, écrites par des conjointes, modèles et/ou artistes, sont riches, mais ont jusqu’à maintenant rarement été étudiées pour elles-mêmes. Rendre à leurs autrices leurs rôles d’actrices et leur reconnaître une activité, plutôt que de les cantonner dans le rôle passif de témoin d’une époque ou d’un autre, nous permettrait de revisiter l’histoire jusqu’alors construire – soit de la voir depuis un autre point de vue (celui d’une marge), soit de la remettre partiellement ou intégralement en question.

Abel Delattre, à retrouver sur son carnet de recherches

  1. Le musée est privé, les tarifs pratiqués sont à l’image de ceux proposés par d’autres lieux parisiens tels que le musée du Luxembourg ou le musée Jacquemart André, par exemple. []
  2. Conservé au musée des Beaux-arts de Grenoble et déjà vu en 2021 à l’exposition Suzanne Valadon et ses contemporaines à Limoges et Bourg-en-Bresse []
  3. Fernande Olivier, Picasso et ses amis, 1933. Citation recopiée dans l’exposition. []
  4. Cartel de la section “De Fernande Olivier à Agnès Thurnauer. Mots à maux”. []
  5. Olivier Widmaier-Picasso, Picasso, portraits de famille, Paris, Éditions Ramsay, 2002, p.61-62. []
  6. Ibidem, p.62 []
  7. Chronologie de Fernande Olivier figurant dans l’exposition et le dossier de presse. []
  8. Pierre Cabanne, Le Siècle de Picasso, Paris, Denoël, 1975, p.80 []
  9. Ibidem, p.159 []
  10. Kahnweiler à Cabanne dans Le Siècle de Picasso, op. cit., p.202. []
  11. Fernande Olivier, Picasso et ses amis, 1933. []
  12. Fernande Olivier, Souvenirs intimes, 1988. []
  13. Nathalie Bondil, “Fernande Olivier par Amélie Lang”, dans Fernande Olivier et Pablo Picasso : dans l’intimité du Bateau-Lavoir (cat. expo.), extrait publié dans le dossier de presse. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Eva Belgherbi (19 octobre 2022). À tue-tête de Fernande Olivier. Poser les mots. un carnet genre et histoire de l'art. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p1nm


Auteur/autrice : Eva Belgherbi

Doctorante en histoire de l'art

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search