Françoise Pétrovitch, matières sensibles

“Françoise Pétrovitch. Derrière les paupières”, une exposition du 18 octobre 2022 au 29 janvier 2023, à la BnF, site François-Mitterrand.

Depuis les travaux de la salle Labrouste/salle Ovale sur le site Richelieu, j’ai pris mes quartiers de recherche-rédaction de thèse à la BnF François-Mitterrand, et je n’ai vu aucune des expositions qui étaient présentées cet été. Alors que je passe devant les espaces d’exposition presque tous les jours de la semaine. Manque de temps (sans aucun doute), manque d’intérêt (peut-être) ? J’avais entendu parler du travail de Françoise Pétrovitch (née en 1964) l’an dernier lorsque le Fonds Hélène & Édouard Leclerc a organisé une rétrospective de son travail à Landerneau, mais je ne l’ai pas vue. Ici à Paris, la BnF opère une mise en valeur de l’estampe contemporaine présente dans ses collections publiques. En effet, l’institution conserve depuis le début de la carrière de Françoise Pétrovitch ses oeuvres, via le dépôt légal qui concerne “des documents de toute nature édités, importés ou diffusés en France”. C’est donc l’occasion de se concentrer sur l’oeuvre sur papier, sans toile, ni installation. Il y a bien quelques céramiques pour rythmer l’accrochage et offrir une caisse de résonance aux dessins et estampes. C’est dans son choix d’oeuvres exposées – 75 estampes  (gravures, sérigraphies, lithographies) et 17 livres d’artiste, beaucoup appartenant à l’artiste, à la BnF ou à la galerie Semiose qui la représente – que cette exposition à la BnF trouve sa cohérence.

Françoise Pétrovitch, “Dans mes mains”, 2022, lavis d’encre sur papier, 240 × 320 cm, Galerie Semiose, Paris (c) Eva Belgherbi

J’ai suivi la visite presse1 précédant l’ouverture, j’ai donc pu assister à la présentation de l’exposition par Françoise Pétrovitch2 et la commissaire Cécile Pocheau-Lesteven, conservatrice en chef au département des Estampes et de la photographie à la BnF. Les dispositifs de médiation, les cartels, sont efficaces et permettent de comprendre l’intention de l’artiste, et c’est à mon avis, une bonne chose pour l’accessibilité au plus grand nombre (et donc pas qu’aux personnes qui auront eu la visite en présence de l’artiste et de la commissaire, en petit comité). On n’a pas besoin d’avoir des connaissances préalables sur le travail de Françoise Pétrovitch. On déambule facilement dans les espaces et le propos est limpide et à la fin il y a une salle où est projeté un petit film tourné dans son atelier, où se croisent ses collaborateur·ice·s, rappelant l’aspect collectif de tout travail d’artiste.

Vue de l’exposition “Françoise Pétrovitch. Derrière les paupières”, BnF, octobre 2022 (c) Eva Belgherbi

Les oeuvres de Françoise Pétrovitch sont inquiètes – sans en faire trop, la fameuse formule inquiétante étrangeté s‘applique bien à ce qui est exposé à la BnF. Elles touchent à l’imaginaire, l’hybride et le fragment aussi bien dans les thèmes abordés que dans les techniques employées : il y a un demi-mammouth planté là, de la glaçure qui déborde et qu’on aimerait lécher (mais ne pas toucher), des papiers découpés collés. C’est rondement exécuté, avec un soucis d’imperfection volontaire, ce qui les rend à mon avis particulièrement empathiques.

Françoise Pétrovitch, “Demi-mammouth”, 2020, grès émaillé, 43 x 33 x 26 cm, Kéramis, collection de l’artiste, (c) Eva Belgherbi
En creux de la main

Le répertoire iconographique se décline sur différents supports; je retiens le motif du gant qui nous accompagne de salle en salle. C’est un peu le gant voyageur et symboliste de la suite gravée de l’artiste allemand Max Klinger (1857-1920), Paraphrases sur la découverte d’un gant (1881). C’est le XIXe siècle qui parle, mais ça m’a de suite fait penser à cet objet étrange qui sera par la suite repris par les surréalistes, etc.

Françoise Pétrovitch, “Gant”, 2014, faillence émaillée, 4 x 22 x 14 cm Galerie Sémiose (c) Eva Belgherbi

Françoise Pétrovitch grave depuis ses 16 ans. Lors de la visite, elle compare à un miroir la plaque, cette surface qu’on doit violenter à la pointe d’acier ou à l’acide pour faire apparaitre la forme désirée. Elle avoue aussi apprécier le travail sur cuivre avec le ralentissement et la contrainte que le geste induit. La plaque n’en demeure pas moins un espace de liberté, qui accueille les images pensées en accord avec le temps long.

Françoise Pétrovitch, “Humide”, 1988, gravure taille-douce de la série Les Médaillons, 48 x 38 cm, Atelier René Tazé, collection de l’artiste (c) Eva Belgherbi (avec des méchants reflets).

Pour la série Rougir, amorcée en 2005 par l’éditeur Benoît Porcher, elle commence par dessiner3, puis elle grave la planche. Sans avoir recours à un procédé d’agrandissement. Le résultat consiste en une série de 70 sérigraphies en rouge, au trait épais. Datées entre 2005 et 2015, le travail s’est fait au fur et à mesure des résidences artistiques, en fonction des budgets dont elle disposait, un aspect déterminant sa production et à propos duquel elle est transparente.

Vue de l’exposition Françoise Pétrovitch, “Derrière les paupières”, octobre 2022, de dos le demi-mammouth et dans le fond à droite quelques sérigraphies de la série Rougir (c) Eva Belgherbi
Travail

Cette dimension très “vie matérielle” se retrouve chez Françoise Pétrovitch dans d’autres projets, dans les livres notamment qui est l’objet du travail, que ce soit par ses collaborations avec des lycéen·ne·s (Je suis petit de forme rectangulaire, 2008), ou des livres d’artistes (Cahier d’entrainement à l’écriture, 1995). Elle s’intéresse aussi au travail des autres. L’ouvrage J’ai travaillé mon comptant, de 2005, compile 100 témoignages de personnes retraitées interrogées par Françoise Pétrovitch, en présence d’une tierce personne, sur leur rapport à leur emploi. Elle a par la suite accompagné ces textes de 100 dessins, un pour chaque, sans pour autant qu’ils illustrent les propos recueillis, pour créer un échange au creux des pages. Elle choisit le dessin plutôt que la photo, et se met en réponse par rapport aux paroles écoutées, pour fixer cette mémoire en évitant un potentiel voyeurisme.

Ondes

Françoise Pétrovitch est aussi enseignante à l’école Estienne, une activité qui transparait dans la scénographie. Il y a en effet quelque chose de très pédagogique dans ce coin aménagé pour que les publics consultent les classeurs de Radio Pétrovitch ainsi que France Inter. On voit, on touche, on écoute; c’est un espace de discussion aussi, si l’on est assez *vieille/vieux* (c’est mon cas!) pour se souvenir des années 2000-2002, on reconnait des actualités (le sous-marin russe, Poutine, les attentats, etc) ainsi que les voix et jingles de France Inter de ces années-là.

Vue de l’exposition Françoise Pétrovitch, “Derrière les paupières”, BnF, octobre 2022, vue de l’espace dédié à Radio Pétrovitch (c) Eva Belgherbi

“Le projet Radio Pétrovitch que j’ai mené de 2000 à 2002 est venu du désir de me confronter à cette question du temps. J’ai enregistré la première information que j’entendais à la radio le matin sur France Inter. Je l’enregistrais et réalisais un petit dessin. Dans la journée je faisais un autre dessin qui représentait un moment de ma vie, comme un journal intime. Avec la mise en vis-à-vis des deux images se créait un diptyque qui n’avait de commun que le fait d’être produit par la même personne. J’ai tenu cela pendant deux ans, ainsi le projet se constitue de 1 462 dessins qui correspondent à ces deux années d’écoute. Il s’agit d’un travail sur l’archive, sur la mémoire, une mémoire dessinée”4

On peut s’asseoir et feuilleter les classeurs, où se mêlent donc l’actualité du monde et l’intime, un bout de brève le matin à la radio, scrupuleusement noté, accompagné d’un dessin qui fait office d’archive personnelle.

*

Grâce à la générosité et richesse des dispositifs de médiation on passe derrière les paupières (ou on les coupe, c’est comme on veut) pour saisir l’univers d’une artiste dont l’oeuvre exposée contamine de sensible les espaces de la BnF et son architecture institutionnalisante.

Pour aller plus loin :

Mercredi 9 novembre 2022
18 h 30 – 20 h 00 – Entrée libre
BnF, site François Mitterrand – Petit auditorium
Table ronde en présence de Françoise Pétrovitch, Michel Nuridsany, écrivain et critique d’art et Cécile Pocheau-Lesteven, conservatrice chargée des collections d’estampes contemporaines (BnF) et commissaire de l’exposition Françoise Pétrovitch. Derrière les paupières.

 

  1. En échange d’un billet sur ce carnet – non-rémunéré. Je remercie chaleureusement Céline Ngi, chargée de contenus réseaux sociaux pour la BnF, pour l’invitation. []
  2. À propos de Françoise Pétrovitch : “Aux côtés du dessin, de la sculpture, de la céramique et de la peinture, l’estampe constitue un espace de recherche essentiel dans la pratique de l’artiste. Reconnue pour sa maîtrise de toutes les ressources des procédés d’impression, elle a été invitée, dans le cadre de la commande publique, à créer des gravures chez des imprimeurs de renom, pour la Chalcographie du Louvre, le Centre national des arts plastiques ou encore le MAC/VAL. Françoise Pétrovitch, qui enseigne la gravure à l’école Estienne de Paris, a été lauréate en 2021 du Prix de dessin de la Fondation d’art contemporain Daniel & Florence Guerlain. Elle a récemment été exposée en Suisse, aux États-Unis et en Chine” [source : dossier de presse] []
  3. Le dessin chez Françoise Pétrovitch est crucial, elle a fait numériser pour l’exposition des carnets à elle qu’on voit sur un écran au fond de la pièce. []
  4. Propos recueillis par Sylvie Lisiecki, à retrouver dans Chroniques, le magazine gratuit de la BnF, n°95 de septembre/décembre 2022 []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Eva Belgherbi (29 octobre 2022). Françoise Pétrovitch, matières sensibles. un carnet genre et histoire de l'art. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p1nn


Auteur/autrice : Eva Belgherbi

Doctorante en histoire de l'art

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search