En regardant Ergy Landau, une histoire de photos

Ergy Landau (1896-1967), du 22 septembre 2022 au 8 janvier 2023, Maison de la Photographie – Robert Doisneau, Gentilly.

Prolongée jusqu’au 26 février 2023, l’exposition Ergy Landau (1896 – 1967) est visible à la Maison de la Photographie – Robert Doisneau, à Gentilly. Elle est gratuite et propose de retracer la carrière de cette photographe hongroise. Le commissariat est assuré par Kathleen Grosset, Laurence Le Guen et David Martens1, avec la collaboration de l’Association des Amis d’Ergy Landau. Un fonds important de tirages originaux et d’archives personnelles de Landau a été récemment exhumé.

Ergy Landau, L’Art Vivant, 1933, n.p., (c) Gallica.

Il est intéressant de remarquer que ce sont des universitaires en littérature qui ont conçu cette exposition, non pas des historien·nes de l’art. Laurence Le Guen est docteure en littérature et présidente de l’Association des Amis d’Ergy Landau, David Martens est enseignant en littérature moderne et contemporaine à l’Université de Leuven et Kathleen Grosset, est notamment dépositaire du fonds Ergy Landau, et la fille de Raymond Grosset, qui a rouvert à la fin de la Seconde Guerre mondiale l’agence Rapho, avec l’aide d’Ergy Landau.

On ne reviendra pas sur le constat dressé par Abigail Solomon-Godeau dans son texte “Sous le prisme de l’identité sexuelle : un regard sur les femmes photographes” qui ouvre le catalogue de l’exposition Qui a peur des femmes photographes : “[…] la femme photographe n’a cessé d’inspirer les chercheurs […] De même, des institutions artistiques comme le Jeu de Paume ont manifesté leur intérêt pour les femmes photographes, qu’elles soient obscures comme Eva Besnyö ou Kati Horna, ou plus connues comme Florence Henri et Germaine Krull.2”. Encore récemment à Paris, une exposition sur la photographe Vivian Maier (1926-2009) s’est tenue au musée du Luxembourg, présentant Maier sous un angle qui n’a pas manqué de faire couler de l’encre, tant sur ses partis pris esthétiques (décisions des commissaires concernant les retirages et recadrages) que scientifiques (avec ce qu’induit une telle starification et le story telling de la “redécouverte” qui l’accompagne). Les monographies s’enchaînent – une lignée dans laquelle l’exposition Landau s’insère – mais une histoire collective des femmes photographes peine encore à s’écrire. En effet, des fonds – même ceux conservés dans des institutions – ne demandent qu’à être étudiés. En témoigne le travail d’Ennio Grazioli qui a réalisé son mémoire de master 2 à l’Université de Nanterre sous la direction d’Aurélie Petiot, sur Ilse Bing (1899-1998)3 qui remarque sur son carnet Hypothèses : “[ces photographes] considérées longtemps comme les grandes absentes de l’histoire de la photographie moderne, […] sont pourtant toutes au coeur des réseaux d’avant-garde parisiens4”. Une histoire de réseau que le musée Nicéphore Niepce avait tenté de retracer dès 1998 dans son exposition L’histoire de la photo : Les femmes photographes de la nouvelle vision en France 1920-1940 (dont le catalogue est dirigé par Christian Bouqueret), mais qui reste encore à faire – et surtout à être publiée.

Plaquette publicitaire annonçant l’ouverture du Studio Landau, 17 rue Lauriston, Paris, 1924 (c) Eva Belgherbi.
Erzesébet Landau, Landau Erzsi, Ergy Landau

C’est dans le cadre de sa thèse sur les ouvrages photographiques pour enfants5 que Laurence Le Guen a contacté Kathleen Grosset afin de consulter les archives qui ont été sauvées de l’appartement vidé à la hâte après la mort d’Ergy Landau en 19676. La photographe n’a jamais été mariée, ni n’a eu de descendance, sa mémoire et sa transmission ont été prises en charge par ses proches, amis photographes, quand cela a été possible. En 1988, le musée Nicéphore Niépce consacre une exposition à Ergy Landau, mais elle reste relativement peu familière du grand public. Les commissaires ne se sont pas contenté de constater que Ergy Landau n’était connue que d’une poignée de spécialistes, mais se sont aussi posé la question du “pourquoi ?”. Les raisons de “l’oubli” sont énumérés dans le catalogue, ainsi que leurs conséquences bien concrètes (faisant ainsi apparaitre  en creux les raisons pour lesquelles des femmes photographes accèdent à la notoriété, sont exposées, etc) :

  • Ergy Landau n’est pas “l’autrice d’une photographie devenue iconique, à laquelle son nom serait immédiatement associé7”. Contrairement à Dorothea Lange, Laure Albin-Guillot ou Germaine Krull.
  • “Elle n’a pas non plus été reportrice de guerre comme Lee Miller, Gerda Taro ou Margaret Bourke-White8”.
  • Elle n’a pas publié d’ouvrages de l’envergure du portfolio de Germaine Krull, Métal, qui connait un retentissement critique important à l’époque de sa publication en 1928 et lui donne son surnom9. Ergy Landau vend ses photos à la presse, mais a aussi publié des livres, notamment avec Hélène Natkin Comment photographier les enfants, qui porte surtout le nom de Natkin faisant passer le sien au second plan, et le sujet, technique, n’est pas forcément des plus valorisés.
  • Ergy Landau n’a pas eu de descendant·e qui aurait pu prendre en charge la transmission de sa mémoire.

Ce sont des raisons de “l’oubli” parmi tant d’autres, qui sont profondément liées aussi à l’historiographie de la photographie en France et de la mise en spectacularisation des carrières d’artistes femmes, qui doivent cocher plusieurs cases de l’ordre de “l’exceptionnalité” pour être retenues et valorisées. Des carrières et personnalités comme Ergy Landau s’inscrivent en rupture avec ce nouveau canon des fameuses “pionnières”, qui est une catégorie fabriquée de toutes pièces pour des besoins marketing de feminism washing que de nombreuses expositions d’artistes femmes tentent de vendre à un public jeune au détriment d’une rigueur scientifique.

Dans cette expo Landau, sobre et humble, il est au contraire question de montrer ses œuvres et son parcours, ancré dans son époque sans fracas ni coup d’éclat. Et c’est sans doute pour ces raisons qu’il est encore plus nécessaire de s’intéresser à Ergy Landau.

Vue de l’exposition Ergy Landau, octobre 2022 (c) Eva Belgherbi.
Ergy Landau, “Givre”, photo reproduite dans la Revue française de photographie et de cinématographie, 15 décembre 1938, (c) Gallica.
Ylla, Dumas, Landau sont dans leur studio

Les sources mobilisées dans l’exposition – comme les livres pour enfants, les magazines, et la presse – montrent la variété des supports dans lesquels Landau diffuse ses photographies. Sur ces questions, on renvoie notamment à l’exposition en ligne Ergy Landau à livres ouverts de 2018. Il y a aussi dans le parcours de la maison Robert Doisneau de nombreux focus sur les photos de nus, les portraits d’enfants et le voyage en Chine de Landau. Ce qui m’a particulièrement intéressée dans cet accrochage ce sont les amitiés d’Ergy Landau qui sont sous-entendues ou explicites.

C’est en creusant qu’on peut retracer, par exemple dans les revues, la présence de ce trio de photographes Nora Dumas, Ylla et Ergy Landau. Nora Dumas (1890-1979), née Nóra Telkes, est Hongroise, comme Ergy Landau, de six ans son aînée; c’est son assistante pendant un temps. Ylla (1911-1955), née Camilla Koffler, est Autrichienne, la plus jeune du trio et l’élève des deux autres.

Portrait d’Ergy Landau par Nora Dumas, s.d. (c) Eva Belgherbi.

Un texte de 1933 publié dans L’Art vivant raconte une visite au studio de photographie d’Ergy Landau dans le XVIe arrondissement à Paris :

“De l’escalier qui mène au laboratoire, voici que descend Nora Dumas, qui fut l’élève d’Ergy Landau, et qui est elle-même une chercheuse d’images. […] Ergy Landau, qui a bien soin d’éviter l’atmosphère de complot dans laquelle s’organise la pose, chez les photographes officiels, règle son éclairage, tourne autour de l’enfant, dont l’attention est absorbée par la farce que, derrière un guignol à sa manière, joue Nora Dumas. Dans la mobilité  des expressions, il y a l’espace d’un éclair où l’enfant apparaît conforme à l’idée qu’Ergy Landau s’est faite de sa nature. Il faut que le réflexe déclenchant l’objectif obéisse, avec une imperceptible avance, au regard qui choisit. […]. A ceux qui douteraient encore de la valeur d’art de la photographie, il suffirait de montrer, pour les convaincre de leur erreur, à quel point des artistes telles qu’Ergy Landau, Nora Dumas et leur jeune élève Ylla, qui travaillent souvent avec le même appareil, le même objectif, le même projecteur et parfois d’après le même modèle, parviennent à des œuvres différentes dans le style et dans l’esprit.10

Cet article décrit une pratique collective de la photographie et  renseigne sur la transmission des connaissances au sein du studio et de la fluidité de la répartition des taches de chacune, surtout entre Nora et Landau. Ylla devient la plus proche d’Ergy Landau, une proximité qui peut aussi s’observer dans leur pratique sérielle de la photographie. Juliette Lavie, docteure en histoire de l’art11, a publié en 2008 un article dédié au portrait d’enfants chez Ergy Landau et fait un parallèle entre ses photos et celles de son élève : “[a]insi, les têtes d’enfants photographiées en gros plan et selon divers angles de vue rappellent, par le cadrage, les clichés de végétaux et les photographies de Chiens et de Chats d’Ylla12”.

Répertoire de prises de vue d’Ergy Landau, 1923-1958, (c) Eva Belgherbi.

Sur le répertoire des prises de vue d’Ergy Landau, exposé dans une vitrine et documentant les années de travail qui s’étendent de 1923 à 1958, on peut lire : “Ylla à Vincennes / avec zèbre / avec chameaux / avec éléphant / […]“. Ylla s’est spécialisée dans la photographie d’animaux et pose pour Ergy Landau au zoo de Vincennes, appareil photo à la main, avec des animaux dans les années 1950. Sa carrière aux États-Unis où elle s’est installée depuis 1941, est florissante. Ylla et Landau sont restées particulièrement proches. Après la guerre, la vie d’Ergy Landau est précaire, elle a des problèmes de santé mais bénéficie du soutien d’Ylla qui lui écrit et qui lui envoie aussi des pellicules13. De cette période on dispose d’une riche correspondance qui se finit subitement par la mort d’Ylla, victime d’un accident en Inde en 1955.  Cet évènement bouleversa Landau, au point que les auteur·ices du catalogue de l’exposition ne manquent pas de le qualifier de “plaie que ses autres relations auront du mal à combler14”.

Photo Rapho, Ylla faisant la couverture de la revue Regards, novembre 1946, (c) Gallica.
Regards, novembre 1946, p. 8-9. (c) Gallica.

Ergy Landau à la Maison Robert Doisneau est une monographie sensible qui fait parfois l’économie de ses réseaux et sociabilité. Ces aspects sont pourtant abordés dans le catalogue de l’exposition et se déploient sur plus d’une centaine de pages, retraçant son parcours transnational, ses liens avec la communauté hongroise et autrichienne basée à Paris, et ses amitiés. Dans les salles, ce sont des éléments que l’on devine via ses portraits et les quelques cartels développés sur Ylla et Nora Dumas, mais ces liens auraient peut-être mérité d’être encore plus appuyés pour un public non-averti afin de saisir leur importance. Il s’agit bien d’une introduction à Ergy Landau qui a le mérite de lancer des pistes et de laisser entrevoir ce qu’il reste encore à chercher, dire et transmettre de son travail et de ses cercles. L’Association des Amis d’Ergy Landau est jeune puisqu’elle a été créée en 2020. Mais des projets pour promouvoir le nom de la photographe sont déjà sur les rails et prévoient la restauration de sa sépulture au cimetière de Bagneux, ainsi que la pose d’une plaque commémorative rue Scheffer, Paris XVIe, sur la façade de l’immeuble où elle avait son studio. De quoi au moins marquer de sa mémoire l’espace public, elle qui l’a si souvent arpenté,  Rolleiflex en mains, cherchant de nouvelles images.

Une seconde exposition “Paris dans l’objectif d’Ergy Landau” ouvre à la Mairie du XVIe arrondissement de Paris le 8 décembre 2022 (jusqu’au 8 janvier 2023).

 

  1. David Martens a eu la gentillesse de me faire parvenir le catalogue de l’exposition, je le remercie très sincèrement d’avoir attiré mon attention sur Ergy Landau. []
  2. Abigail Solomon-Godeau, “Sous le prisme de l’identité sexuelle : un regard sur les femmes photographes”, cat. exp., Qui a peur des femmes photographes, Paris, Hazan/musée d’Orsay/musée de l’Orangerie, 2015, pp. 15-25, p. 15. []
  3. Ennio Grazioli, “Ilse Bing en historienne de l’art et critique de la photographie : le mouvement et la temporalité au cœur de la redéfinition des histoires de la photographie (1930-1990)”, j’avais eu le plaisir de lui poser des questions sur ses travaux dans le numéro 2 de ma newsletter morose morisot du 12 mai 2021 []
  4. Ennio Grazioli, “Qui a encore peur des femmes photographes ?”, publié sur son carnet Hypothèses, La chambre noire, La photographie moderne au prisme du genre, 18 février 2022, en ligne. []
  5. Laurence Le Guen, “Littératures pour la Jeunesse et photographie, mise à jour et étude analytique d’un corpus éditorial européen et américain, des années 1860 à aujourd’hui”, soutenue en 2019 à Rennes 2. []
  6. Kathleen Grosset, “Postface”, cat. exp. Ergy Landau, une vie de photographe (1897-1967), Marseille, Le Bec en l’Air, 2022, p. 123. []
  7. David Martens, Laurence Le Guen, cat. exp. Ergy Landau, une vie de photographe (1897-1967), Marseille, Le Bec en l’Air, 2022, p. 6. []
  8. Idem []
  9. Id. []
  10. Jacques Guenne, “Ergy Landau ou le miracle de la lumière”, L’Art vivant, revue bi-mensuelle, décembre 1933, n°179, p. 484, en ligne. C’est moi qui souligne. []
  11. Juliette Lavie a soutenu en 2013 sa thèse “Emmanuel Sougez (1889-1972) : un photographe en prise avec son temps”. []
  12. Juliette Lavie, “Ergy Landau : le portrait photographique d’enfants, 1928-1937”, Histoire de l’art, n°63, 2008, pp. 67-75, p. 71, en ligne. []
  13. David Martens, Laurence Le Guen, cat. exp., op. cit., p. 95. []
  14. Ibid., p. 121. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Eva Belgherbi (19 novembre 2022). En regardant Ergy Landau, une histoire de photos. un carnet genre et histoire de l'art. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p1no


Auteur/autrice : Eva Belgherbi

Doctorante en histoire de l'art

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search