“Monsieur Edgar Degas” par Madeleine Zillhardt, 1932. Louise Breslau entre les lignes.

Lecture de texte court d’histoire de l’art, en passant l’été 2023.

Un billet au cœur de l’été, entre deux textes à écrire (dont un qui est évidemment la thèse), parce que je me pose la question de la lecture de textes d’histoire de l’art. Pour moi cette discipline passe d’abord par le mot, moins par l’image. C’est un point de vue personnel, qui n’a aucun fondement scientifique, qui est basé sur ma seul expérience individuelle, et non, ça ne veut pas dire qu’on doit nécessairement rejeter les œuvres (“On n’y voit rien !” comme écrivait Daniel Arasse, géniale voix radiophonique).

Louise Breslau, “La vie pensive” [Madeleine Zillhardt et Louise Breslau dans leur salon à Neuilly], 1908, huile sur toile, 175,7 x 160 cm, Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne (c) Wikimedia Commons.

J’y pense parce que depuis quelque mois, je suis la chaîne Youtube un grain de lettres d’Azélie Fayolle, chercheuse et autrice d’un essai que j’ai dévoré (comprendre lu en moins d’un mois) : Des femmes et du style. Pour un “feminist gaze” (Divergences, 2023). Dévorer des livres ça qui ne m’arrive pas trop, n’ayant plus vraiment d’appétit pour le roman, la fiction, etc, la littérature quoi. Et pourtant dans le livre d’Azélie il n’y a que de la littérature (enfin c’est faux pas que, mais j’invite tout le monde à le lire). Déjà ça m’a fait rire, et ça m’a donné davantage qu’une envie de lire les oeuvres citées, ça m’a procuré directement une vue d’ensemble d’un champ, qui reste très loin de moi, à mon horizon, mais dont j’ai apprécié en comprendre les contours. Et je sais qu’un jour j’en lirai un ou deux de ces livres, quand j’aurais moins la tête dans le guidon (hmmm).

J’y pense donc, parce que lire des textes d’histoire de l’art c’est super, en tant qu’objet à étudier dans une perspective historiographique, ou juste pour le plaisir. Il y a des lectures lumineuses d’ouvrages d’historien·nes de l’art, j’avais déjà un peu évoqué le sujet lors de deux billets bibliographiques un peu plus académiques (tout est relatif), de part ce qu’elles analysent, et d’autres qui sont justes jubilatoires car on ignorait jusque là leur existence.

C’est un peu cet effet que produit sur moi ce texte de la peintre Madeleine Zillhardt (1863-1950). Elle rencontre en 1885 à l’Académie Julian celle qui sera sa compagne, son amante, sa famille, jusqu’à la mort, Louise Breslau (1856-1927), elle aussi peintre. En 1930, trois ans après la disparition de Breslau, Zillhardt donne au musée des beaux-arts de Dijon un fonds important de la peintre (plus d’une soixantaine d’œuvres, dont une sélection a été exposée en 2005) pour s’assurer de sa postérité. Dans la même optique, en décembre 1932, elle publie Louise-Catherine Breslau et ses amis, prenant en charge la transmission de la mémoire de l’artiste par les mots. La même année, deux mois avant, elle faisait paraître ce texte, “Monsieur Edgar Degas”, dans la Revue de Paris, en octobre 19321. Je l’ai découvert par hasard, je ne sais même plus où vraiment, mais le fait qu’il ait été de la main d’une femme peintre, que j’apprécie, a été le motif premier pour le lire. Pas vraiment un grand intérêt pour Degas, dont on a vu beaucoup (trop) d’expositions ces derniers temps.

L’ouvrage, qui fait en tout 47 pages, publié aux éditions L’Échoppe en 2015 rassemble trois textes (accompagnées d’un appareil de notes précieux pour comprendre le contexte) dont le fil rouge serait Degas, en apparence en tout cas :
– Madeleine Zillhardt, “Monsieur Edgar Degas”, dans la Revue de Paris, octobre 1932, n°20.
– Extraits de Louise-Catherine Breslau et ses amis, de Madeleine Zillhardt, Paris, Éditions des Portiques, 1932.
– Un court texte d’Élisabeth de Gramont, “Louise Catherine Breslau et Degas”, 1928.

(c) Eva Belgherbi

Ce qui m’a le plus intéressé c’est surtout le fait que Zillhardt, malgré le titre, ne parle pas que de Degas. Elle évoque surtout ses souvenirs à elle, déplace donc la focale du peintre sans doute plus célèbre qu’elle aujourd’hui, et en profite pour évoquer Louise Breslau. D’ailleurs son texte s’ouvre sur une œuvre d’elle : “Parmi ses contemporains, les deux peintres qu’elle a le plus aimés et admirés sont Fantin-Latour et Degas […] Degas avait remarqué le portrait du poète Davidson par Louise Breslau, qui fut exposé au cercle de la rue Vivienne en 1880, et c’est Forain qui réunit les deux artistes”.

Louise Breslau,”Henry Davison”, 1880, huile sur toile, 87 x 46,0 cm, don Madeleine Zillhardt, 1929, (c) RMN-Grand Palais (Musée d’Orsay)/Hervé Lewandowski

On entr’aperçoit aussi le rapport qu’entretenait Degas avec ses contemporaines : “Je ne me suis jamais aperçu que Degas détestât notre sexe ; je croirais plutôt qu’il l’avait trop aimé. Je l’ai toujours trouvé plein d’égards et de prévenances pour nous”. Comprendre entre les lignes : il n’avait pas été odieux avec le couple d’artistes – c’est sans doute ce que désigne ce “nous” – qu’il pouvait voir comme ses égales, ses consoeurs, tout comme il estimait Mary Cassatt. On peut cependant légitiment douter qu’il ait en été de même avec des modèles, des danseuses, etc. D’ailleurs, cette remarque témoigne qu’au début des années 1930, treize ans après sa mort, Degas trainait, à raison, une réputation de misogyne encore bien présente dans les esprits de celles et ceux qui l’avaient côtoyé2. Zillhardt ne fait pas de mystère du nationalisme de Degas et de ses opinions férocement anti-Dreyfusardes3, “Il emboitait le pas aux régiments qu’il rencontrait dans la rue”.

Louise Breslau, “Les amies (Contre-jour)” [Louise Breslau et Madeleine Zillhardt], 1883, musée des Beaux-Arts de Berne (c) Wikimédia Commons
Pour en revenir à “Monsieur Edgar Degas”, Madeleine Zillhardt y dépeint ses souvenirs communs avec Louise Breslau, notamment des visites à l’atelier de Degas : “Quand nous venions le voir, mon amie, à qui Degas inspirait une admiration mêlée de crainte, me poussait en avant, car elle savait qu’il me faisait toujours bon accueil. Il sentait la grande et sincère amitié que j’avais pour lui. Jamais il ne m’a fait peur.”

“C’est moi, M. Degas, mademoiselle Zillhardt et son amie, mademoiselle Breslau.
– Entrez, disait-il, mais j’espère que vous ne portez pas ces horribles épingles que les femmes mettent à leur chapeau pour crever les yeux et les toiles !”

Dans le reste du récit, elle raconte un Degas vieillissant presque sénile, angoissé, redoutant la mort. “Il a vécu orgueilleux et solitaire, mais la solitude est parfois une amère compagne […]”. On sent une certaine compassion pour l’artiste, mais c’est peut-être dans les extraits de Louise Catherine Breslau et ses amis, qu’on perçoit un Degas plus vivant, bien que toujours aussi peu aimable. Dans ce livre, Zillhardt reconnait : “Si c’est à tort que l’on a accusé Degas de détester les femmes, il faut reconnaitre qu’il ne paraissait pas avoir une très haute opinion de leur bon sens ni de leur jugement”. Elle raconte cette anecdote, qui confirme l’obsession de Degas pour le costume féminin et le goût de la pique *un peu* crasse :

“Un jour que je remontais chercher mon portefeuille, oublié sur un tabouret de son atelier, il me demanda avec étonnement :
– Vous n’avez donc pas de poche ?
– Non, monsieur Degas.
– Oh ! ces femmes, s’exclama-t-il en levant les bras au ciel, elles veulent maintenant être des hommes et n’ont seulement pas de poche.
Puis, ouvrant son veston :
-Voyez, j’en ai une, deux, trois, quatre ! Que voulez-vous faire dans la vie sans poche ?”

Louise Breslau, Portrait de Madeleine Zillhardt, pierre noire sur papier, 24 x 29 cm, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques (c)

Élisabeth de Gramont (1875-1954), femme de lettres, amante de Nathalie Barney, socialiste, quant à elle, y va franchement dans son texte de 1928 sur Louise Breslau et Edgar Degas. Elle qualifie le peintre de “réactionnaire [qui] n’appréciait pas son époque”, “farouchement antisémite”, et “naturellement misogyne”. Elle se souvient aussi d’un échange de la même nature que celui de Zillhardt avec Degas, celui-ci apparaissant à nouveau en total décalage avec ses interlocutrices et, dans une certaine mesure, avec son temps. Elle lui demanda à la fin d’un dîner :

“Pourquoi faites-vous toujours les femmes si laides, monsieur Degas ?
– Parce qu’elles sont laides, madame.
Et il se moquait de ces personnes qui veulent diriger le monde. Le féminisme commençait.
– Elles n’ont même pas une poche dans leurs vêtements, et leurs épingles à chapeau crèvent l’œil des voisins”.

Romaine Brooks, “Portrait d’Élisabeth de Gramont (1875-1954), duchesse de Clermont-Tonnerre”, 1932, huile sur toile, musée Carnavalet, Paris (c)

En dehors de ce genre de situation qui laisse légèrement perplexe – et qui rappelle l’importance du pouvoir émancipateur des poches4, même selon Degas -, Zillhardt transmettait surtout dans son ouvrage Louise-Catherine Breslau et ses amis le souvenir de Breslau, celui de ses confrères mais aussi celui de ses consoeurs. En effet, Breslau qui fut élève à l’Académie Julian aux côtés de Zillhardt a souvent été présentée comme la principale rivale de Marie Bashkirtseff fréquentant le même cours. Au delà de cette supposée rivalité – il faut dire que Bashkirtseff n’est pas tendre avec Breslau dans son Journal – Breslau entretenait de bons rapports avec des femmes artistes qui fréquentait aussi le cercle de Degas et des impressionnistes.

“Breslau professait pour le talent plein de force et de virilité de miss Cassatt, le seul être au monde, je crois, à qui Degas consentit à donner des conseils de peinture, la plus vive et la plus sincère admiration. Elle aimait aussi l’art charmant, subtil, délicat et si parisien de Mme Berthe Morisot, qui peignait, ainsi que disait, en plaisantant Degas, ‘comme elle aurait fait des chapeaux'”.

Zillhardt cite aussi des artistes moins connues : la sculptrice et peintre Marie Cazin et Marie Bracquemond, toutes deux épouses d’artistes, le mariage consistant un obstacle à la reconnaissance de Bracquemond selon Breslau. Morisot et Cassatt étaient appréciées de Degas et une exposition de 2014 a montré les liens d’amitié et de travail tissés par le peintre et cette dernière5, mais on connait moins les rapports qu’ont entretenu entre elles ces artistes femmes6, toutes contemporaines.

On aurait donc tout intérêt à se pencher sur ces textes écrits par des femmes artistes. Leur analyse réserve de nombreuses surprises, une richesse, des sous-textes, qu’un billet de blog ne saurait qu’en donner un vague aperçu.

Louise Breslau dans son atelier en 1912, photographie de l’agence Rol (c) Wikimedia Commons

 

  1. P. C., “Note liminaire”, Madeleine Zillhardt, Monsieur Edgar Degas [1932], Paris, L’Échoppe, 2015, p. 7-8. []
  2. Sur ce sujet voir (suggestions non-exhaustives) : Norma Broude, “Degas’s ‘Misogyny'”, The Art Bulletin, mars 1977, vol. LIX, n°1, p.  95-107; Charles Bernheimer, “Degas’s Brothels: Voyeurism and Ideology”, Representations, No. 20, Special Issue: Misogyny, Misandry, and Misanthropy (Autumn, 1987), p. 158-186; Richard Kendall et Griselda Pollock, Dealing with Degas : representations of women and the politics of vision, Londres, Pandora, 1992. []
  3. Sur ce sujet voir Linda Nochlin, “Degas et l’affaire Dreyfus : portrait de l’artiste en antisémite”, chapitre VIII, dans Les politiques de la vision. Art, société et politique au XIXe siècle, traduit de l’anglais par Oristelle Bonis, Nîmes, Editions Jacqueline Chambon, 1989, p. 201-239. []
  4. Sur les poches, on renvoie à cet ouvrage : Barbara Burman et Arianne Fennetaux, The Pocket: A Hidden History of Women’s Lives, 1660-1900, New Haven, Londres, Yale University Press, 2019. []
  5. Degas, Cassatt, Kimberly A. Jones (dir.), Washington, National Gallery of Art ; Munich ; London ; New York, DelMonico – Prestel, 2014. []
  6. Le catalogue de l’exposition Women impressionists. Berthe Morisot, Mary Cassatt, Eva Gonzalès, Marie Bracquemond, (Ingrid Pfeiffer, Max Hollein (dir.), Frankfurt, Schirn Kunsthalle ; Ostfildern, Hatje Cantz, 2008) contient une partie “Seven unpublished letters from Mary Cassatt to Berthe Morisot and her daughter, Julie Manet” commentées par Hugues Wilhelm qui déplore la perte, souvent par la vente ou la destruction, de lettres échangées entre Morisot et Cassatt. L’échantillon réunit et publié dans le catalogue montre une proximité et une relation qu’il est nécessaire de prendre en compte pour comprendre les réseaux impressionnistes. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Eva Belgherbi (2 août 2023). “Monsieur Edgar Degas” par Madeleine Zillhardt, 1932. Louise Breslau entre les lignes. un carnet genre et histoire de l'art. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p1ns


Auteur/autrice : Eva Belgherbi

Doctorante en histoire de l'art

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search