En quête. Les femmes artistes retrouvées du Palais des Beaux-Arts de Lille.

Où sont les femmes ? Enquête sur les artistes femmes du musée, du 20 octobre 2023 au 11 mars 2024, Palais des Beaux-Arts de Lille.

Disons-le tout de suite : si son titre peut en hérisser plus d’un·e – moi y compris -, il s’agit pourtant de la meilleure exposition sur les femmes artistes du moment, par sa qualité et par sa réception médiatique positive largement méritée. Avec ce titre-blague qui reprend la chanson de Patrick Juvet (1977), on échappe bien à un titre-jeu de mots en “Elles”, mais on ne peut pas tout avoir.

Disons-le aussi tout de suite, j’ai écrit dans le catalogue, c’est-à-dire que je ne suis pas du tout objective – peut-on l’être ? J’ai trouvé le projet intéressant dès que les commissaires Alice Fleury (directrice des collections du Palais des Beaux-Arts de Lille) et Camille Belvèze (à l’époque conservatrice stagiaire, à présent conservatrice au musée Sainte-Croix à Poitiers) m’en ont parlé, et il a été particulièrement stimulant pour moi d’écrire dans la publication qui accompagne l’évènement.

Zéro objectivité donc.

Entrée du Palais des Beaux-Arts de Lille, janvier 2024 (c) Eva Belgherbi

Présenté comme une enquête, il s’agit d’un travail qui s’appuie sur les collections du Palais des Beaux-Arts de Lille. Recensant des œuvres de femmes artistes (ou qui leur sont parfois attribuées), l’exposition (l’accrochage ?) s’étale du XVIIe siècle à nos jours et se découpe en trois grandes parties thématiques : Comment devient-on une artiste ?, Hiérarchie des genre/Hiérarchie de genre, Se faire un nom : réseaux et stratégies de diffusion. L’accrochage se déploie au niveau 1, dans la Galerie XXe et dans la Petite Galerie. La scénographie est sobre, rythmée par des pans de murs peints en violet, les espaces ne sont pas fermés, les femmes artistes sont rassemblées dans deux galeries ouvertes communiquant avec les autres espaces muséographiques du parcours permanent.

Sonia Delaunay (1885-1979), Rythme et couleurs 1076, 1939, huile sur toile, 154×158 cm, Dépôt de l’État, CNAP, 1966 (c) Eva Belgherbi
Travail de fond

Se concentrer sur les collections du musée n’est pas sans rappeler l’esprit de l’accrochage elles@centrepompidou (2009-2011), qui montrait aussi les oeuvres d’artistes femmes de ses collections. S’il s’en inspire, Où sont les femmes ? prend le temps de mener un travail auto-reflexif sur ses propres collections et de montrer au public les mécanismes des provenances, achats, dons et dépôts.

Une liste, non exhaustive, dresse un état des lieux : 135 œuvres par des femmes artistes sur près de 60 000 œuvres conservées au Palais des Beaux-arts de Lille et la présence de 80 artistes femmes1 au Palais des Beaux-Arts de Lille. Avant cette exposition-accrochage, peu d’œuvres de femmes artistes étaient présentées dans les salles du musée, une dizaine à peine.

L’accrochage organise les œuvres des artistes femmes de façon à les mettre sur le même pied d’égalité, sans tenir compte de leur notoriété actuelle. En effet, le même soin est accordé aux artistes locales moins connues du grand public, comme Jane-Agnès Chauleur-Ozeek ou Jacqueline Comerre-Paton, qu’à celles qui sont déjà superstar, telles Camille Claudel ou Sonia Delaunay. Chacune a son cartel développé, ainsi que son texte dans la catalogue-guide qui accompagne l’exposition-accrochage. Toutes à la même enseigne. On s’éloigne ainsi des rhétoriques des “pionnières” ou de la sur-valorisation des individualités “exceptionnelles”. Via cette démarche, le musée légitime aussi les œuvres de ces artistes moins connues – sans tomber dans le jugement de valeur des “chefs-d’œuvres” ou dans la chimère de la “qualité” – et habitue les visiteurs et visiteuses à ces œuvres qui ne sortent que rarement des réserves.

Madeleine Jouvray (1862-1935), Tête, La Douleur, 1886, marbre, 26x16x15,5 cm, Don d’Alphonse de Rothschild, 1887 (c) Eva Belgherbi

Parmi celles que l’on peut voir jusqu’au 11 mars – certaines vont rejoindre le parcours permanent après cette date – figurent des œuvres d’artistes sur lesquelles on dispose de peu d’information. Parfois même sont manquantes les dates de naissance et de mort, c’est le cas de la sculptrice lilloise Valérie Gautier, active à la fin du XIXe siècle. Mais (presque) tout est exposé, ainsi ce projet d’éventail d’après Jean-Honoré Fragonard, par une certaine Jeanne Guillemont (?-?) dont le mode et la date d’acquisition sont inconnus. Le public voit rarement les interrogations et les réflexions en cours exposées dans les musées, qui sont souvent encore perçus (à tort) comme des lieux figés, solennels et ayant la connaissance absolue. Spoiler, ça n’est pas le cas et c’est cette transparence envers les publics qui est appréciable au Palais des Beaux-Arts de Lille.

Le choix du visuel de l’affiche est intelligent, voire audacieux, même s’il n’en n’a pas l’air au premier abord. C’est une œuvre de Jacqueline Comerre-Paton (une artiste que je ne connaissais pas) qui n’appartient pas au canon “femmes-artistes” que participent à forger depuis des années des institutions et qui comprend Berthe Morisot, Suzanne Valadon, Camille Claudel, etc. Le musée aurait pu privilégier la facilité et mettre en affiche une des peintures de Marie Laurencin de ses collections, une peintre davantage identifiée par le public et estampillée “moderne”. Mais le choix s’est porté sur Comerre-Paton, dont le tableau académique correspond au goût des Salons du XIXe siècle.

Jacqueline Comer-Paton, Hollandaise, 1889, huile sur toile, 92 x 73 cm, envoi de l'Etat en 1889, transfert de propriété à la Ville de Lille en 2006 (c) Eva Belgherbi
Jacqueline Comerre-Paton, Hollandaise, 1889, huile sur toile, 92 x 73 cm, envoi de l’Etat en 1889, transfert de propriété à la Ville de Lille en 2006 (c) Eva Belgherbi

Cette œuvre de 1889 est un achat de l’État à la Ville de Lille qui transfère la propriété au musée en 2006. Elle est représentative de ce qui s’achète à cette époque au Salon des artistes français auquel Jacqueline Comerre-Paton participe régulièrement entre 1878 et 1896. La signature en haut de la composition à gauche, composée de son prénom, du nom de son mari, le peintre Léon Comerre, et de son nom de naissance, Paton, est un marqueur d’individualité fort. Cette peintre est à la fois peu connue du grand public et, bien que parisienne, pourtant associée à une figure locale puisque son mari originaire de Trélon s’est formé à la peinture à Lille avant de rejoindre les Beaux-Arts de Paris. La cohérence de l’affiche avec le propos de l’exposition portant sur les collections du musée, prend le contre-pied d’une communication facile ou téléphonée, et invite à la curiosité.

Dans les salles, la médiation donne des clefs de lecture des œuvres mais va plus loin en expliquant les mécanismes d’invisibilisation des femmes artistes. Le discours insiste aussi sur la provenance des œuvres. Ainsi, on comprend comment ces tableaux, sculptures, objets d’art, se sont retrouvés dans les collections du musées. Les dons de personnalités locales ou de proches des artistes côtoient des dépôts du Centre National des Arts Plastiques (CNAP), comme le grand tableau de Sonia Delaunay, déposé par le CNAP en 1966, qui donc n’appartient pas au musée mais est exposé dans ses salles.

Louise De Hem (1866-1922), Nature morte aux champignons (détail), années 1890, huile sur toile, 33x46cm, Don de Jules Duthil, 1935 (c) Eva Belgherbi

Très concrètement, cet accrochage-expo utilise le caractère (voire le prétexte) évènementiel de l’exposition pour ancrer dans le temps long des recherches menées sur les œuvres de femmes artistes. Certaines ont été sorties des réserves, mais pas dans n’importes quelles conditions, puisqu’avant d’être montrées, quelques-une ont été restaurées pour l’occasion. Parmi elles, une nature morte aux champignon de Louise de Hem peinte dans les années 1890. Cette intervention qui peut paraître anecdotique et banale (après tout c’est le rôle du musée de prendre soin de ses collections) ne l’est absolument pas. C’est une décision qui témoigne d’un investissement financier2 sur cette œuvre afin de la valoriser, de la rendre montrable. Enfin, on investit pour les femmes artistes, on dégage du budget et du temps puisqu’on mobilise les équipes du musée sur ce projet pendant des mois.

Locales

Au premier abord, ce corpus trans-chonologique peut sembler trop éclectique pour pouvoir dégager des grands axes. Pourtant se dessine une tendance, qui est celle d’un fort ancrage régional. Au Palais des Beaux-Arts de Lille, il n’y a plus qu’un seul dénominateur commun qui serait que ces artistes sont toutes des femmes. À ceci s’ajoute le fait que ces œuvres des collections – et ça n’est sans doute pas le monopole des artistes femmes – du musée ont pour beaucoup un lien avec la région Nord, avec Lille et ses environs. C’est par exemple le cas de la peintre Jane-Agnès Chauleur-Ozeel, née à Lille, formée dans l’atelier de Pharaon de Winter à l’école des Beaux-arts de Lille, qui emménage avec son mari, peintre, dans une cité d’artistes à Lille – “Villa Médicis” de Lille3. Le réseau local est aussi abordé dans la carrière de Thérèse Delfortrie, originaire de Croix. La galeriste Josée Courtier à Roubaix la prend sous son aile et l’expose à sa galerie Dujardin, lui faisant bénéficier de ses connaissances et appuis dans la région4.

Jane-Agnès Chauleur-Ozeel, Méditations, 1945, huile sur toile, 147 x 113 cm, collection ville de Lille, dépôt au PBA en 1989 (c) Eva Belgherbi

On relève aussi la présence d’artistes belges, telles Louise de Hem évoquée plus haut qui est originaire d’Ypres, se forme à Paris, mais revient habiter et travailler à Ypres, puis à Forest (Bruxelles) où elle installe son atelier. L’œuvre du Palais des Beaux-Arts est un don de Jules Duthil, rédacteur en chef de La Dépêche, un journal lillois5. Le cas de de Jenny Montigny illustre aussi cette histoire transnationale des collections. Artiste belge née à Gand, elle peint en 1906 un verger en fleurs, acheté par Henri de Rothschild puis donné au Palais des Beaux-Arts de Lille (comme La Douleur de Madeleine Jouvray en 1887). Elle est l’élève d’Emil Claus, dont un tableau au sujet similaire est accroché à quelques mètres, dans une galerie parallèle. Son œuvre à elle est présentée en majesté sur une cimaise violet profond.

Jenny Montgny, Verger en fleurs, vers 1906, huile sur toile, 62 x 70 cm, Don d’Henri de Rothschild, 1908, au PBA. (c) Eva Belgherbi

Il est aussi possible d’envisager ce corpus par affinités formelles ou sous l’angle des réseaux et d’ainsi ajouter un niveau supplémentaire de lecture de cette scénographie. Pour le XIXe siècle, il y a des élèves de Rodin, les sculptrices Madeleine Jouvray et Camille Claudel, qui bien que contemporaines, ne se lient pas vraiment d’amitié. C’est surtout la dimension réseau de femmes artistes qui m’intéresse et dans l’exposition on retrouve Virginie Demont-Breton, fille et épouse d’artistes, qui entretient des relations avec le Nord. Figure emblématique de l’Union des femmes peintres et sculpteur (UFPS) qu’elle préside en 1894, elle est particulièrement bien représentée dans les musées d’Arras ou de Boulogne-sur-Mer. Elle s’installe en effet à Wissant où elle peint la vie de ses habitants et des paysages de la Côte d’Opale.

Virginie Demont-Breton (1859-1935), Les Tourmentés, vers 1905, huile sur toile, 141x212cm, Don d’Adrien Demont-Breton (c) Eva Belgherbi
Des pistes

Aucune autoflagellation inutile ici, mais une réflexion dont se fait le reflet l’ouvrage publié pour l’occasion, qui démontre aussi une volonté de pérennisation des connaissances à un instant T et un investissement financier. C’est la première fois qu’un livre de ce type est publié en France, même si des musées, surtout des musées territoriaux pour l’instant, comme le musée Sainte-Croix de Poitiers, s’efforcent de développer un travail en interne et dans la médiation sur les femmes artistes. Le catalogue est à la fois un outil, un guide des collections, qui apporte des informations sur l’histoire des artistes et de leurs oeuvres, mais aussi un état des lieux de la recherche telle qu’elle se présente en 2023. Depuis le début de l’expo-accrochage, ces connaissances ont déjà du s’accroitre, c’est normal. Car exposer ces oeuvres sur lesquelles on dispose d’informations très lacunaires invite au partage des informations avec les publics. Cela s’inscrit dans une réciprocité où le musée montre aussi qu’il ne sait pas tout (car c’est impossible), même sur ses propres collections. Le but de cette exposition, tel que je l’identifie, est de lancer des pistes, de susciter des travaux futurs sur ces artistes femmes. À la fin de l’ouvrage est publiée une liste des œuvres de femmes artistes des collections qui n’ont pas été exposées, une bibliographie générale ainsi qu’une bibliographie par artistes6 qui est une “liste non exhaustive, privilégiant les sources françaises et les publications récentes. Les sources ne citent pas nécessairement directement l’œuvre ou l’artiste mentionnée, mais peuvent la concerner indirectement. L’idée est d’orienter les chercheuses et chercheurs souhaitant approfondir les recherches sur les artistes et/ou ces objets”7. C’est une démarche qui va au-delà de la simple visibilisation, elle annule la formule paresseuse – et erronée – des “artistes femmes oubliées” puisqu’on constate bien dans cette liste que d’autres personnes ont déjà travaillé sur ces artistes.

C’est une amorce pour le futur.

Vue du catalogue de l’exposition-accrochage (c) Eva Belgherbi

 

 

 

 

  1. Alice Fleury et Camille Belvèze, “Exposer le matrimoine: les artistes femmes dans les collections du Palais des Beaux-Arts de Lille”, cat. exp., Où sont les femmes ? Enquête sur les artistes femmes du musée, Alice Fleury et Camille Belvèze (dir.), Lille, Palais des Beaux-arts Lille/éditions invenit, 2023, p. 13-17, p. 13 []
  2. Puisqu’aux dernières nouvelles les œuvres ne s’entretenant pas toutes seules, il faut faire appel à des professionnel·les qualifié·es. []
  3. Camille Belvèze, Notice “Jane-Agnès Chaulieu-Ozeel”, Où sont les femmes ? Enquête sur les artistes femmes du musée, Alice Fleury et Camille Belvèze (dir.), Lille, Palais des Beaux-arts Lille/éditions invenit, 2023, p. 42. []
  4. Lou Haegelin, Notice “Thérèse Delfortrie”, Où sont les femmes ? Enquête sur les artistes femmes du musée, Alice Fleury et Camille Belvèze (dir.), Lille, Palais des Beaux-arts Lille/éditions invenit, 2023, p. 136. []
  5. Camille Belvèze, Notice “Louise de Hem”, Où sont les femmes ? Enquête sur les artistes femmes du musée, Alice Fleury et Camille Belvèze (dir.), Lille, Palais des Beaux-arts Lille/éditions invenit, 2023, p. 39 []
  6. Un système particulièrement utile, déjà utilisé dans Catherine Gonnard et Elisabeth Lebovici, Femmes artistes, artistes femmes : Paris, de 1880 à nos jours, Paris, Hazan, 2007. []
  7. “Bibliographie”, Où sont les femmes ? Enquête sur les artistes femmes du musée, Alice Fleury et Camille Belvèze (dir.), Lille, Palais des Beaux-arts Lille/éditions invenit, 2023, p. 149. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Eva Belgherbi (24 février 2024). En quête. Les femmes artistes retrouvées du Palais des Beaux-Arts de Lille. un carnet genre et histoire de l'art. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwgx


Auteur/autrice : Eva Belgherbi

Doctorante en histoire de l'art

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search