L’École des Beaux-Arts : les femmes et leur histoire méritent mieux.

On peut à la fois trouver un livre scientifiquement à côté de la plaque ET rappeler que censurer ses passages sur #MeToo à l’École des Beaux-Arts de Paris est un abus de pouvoir. On peut trouver un livre mauvais car il invisibilise toute une partie de la recherche actuelle (et antérieure !) en histoire de l’art (pour les parties concernant le XIXe siècle et le début du XXe) ET apporter à son autrice un soutien face à une embrouille éditoriale qui veut imposer l’invisibilisation de #MeToo aux Beaux-Arts de Paris.

C’est en tout cas l’exercice d’équilibre que j’ai expérimenté en quelques mois depuis la sortie de ce livre jusqu’à son retrait temporaire des librairies, jusqu’à sa réédition tronquée.

Dans un article de l’Hebdo du Quotidien de l’art du 7 mars 2024 (n°2784), “Censure : #MeToo supprimé d’un livre sur l’histoire des femmes aux Beaux-Arts de Paris” (en accès libre sur le site du QDA), Magali Lesauvage révélait l’affaire qui se déroule autour du livre d’Anaïd Demir, intitulé Les Suffragettes de l’Art, publié aux éditions des Beaux-Arts de Paris, sorti à la fin de l’année 2023. L’ouvrage ambitionne de montrer l’histoire des femmes à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, depuis le XIXe siècle jusqu’à nos jours. Il subit depuis quelques semaines une censure de la part de sa propre institution, comme l’explique dans son article Magali :

“Sur 2 000 exemplaires, 1 100 ont été envoyés au pilon. Il a été réimprimé… avec deux pages en moins : les sous-parties « Les années #MeToo » et « Une charte pour l’égalité hommes-femmes » ont disparu. Évacué notamment de la nouvelle version, ce passage sur Jean-Marc Bustamante, directeur de 2015 à 2018 : « Ces trois années de direction ne seront pas de tout repos pour le futur académicien, qui voit ressurgir les propos sexistes qu’il a tenus lors d’un entretien publié dans le catalogue de l’exposition ”Dionysiac”, au Centre Pompidou, en 2005 » (en réalité tirés de sa monographie publiée la même année). N’y sont mentionnés ni les cas de harcèlement sexuel à l’école (pourtant rapportés dans la presse, comme dans notre enquête d’octobre 2020), ni même l’épisode de l’enfarinage de l’artiste-directeur par des étudiants qui lui reprochaient d’ignorer les alertes, lui aussi abondamment relayé (y compris dans nos pages).”

Pourtant largement édulcorés, ces passages posent problème pour certaines personnes enseignant à ou étant à la direction de l’École des Beaux-Arts, comme l’indique toujours dans le même article Magali Lesauvage :

“Si le passage sur #MeToo n’avait pas suscité de réactions des parties prenantes, le livre aurait-il été censuré ? « Bien sûr que non », répond immédiatement Pascale Le Thorel, qui ajoute : « L’histoire immédiate a rallumé des feux encore trop vifs. On a senti revenir violemment un esprit de polémique pénible. Or Alexia Fabre et moi souhaitons retrouver la paix et la stabilité. Tant pis si notre erreur a un coût, la sérénité des étudiants et des professeurs est plus importante. »”

Le sens des priorités

Voilà pour l’affaire donc.

Du point de vue scientifique, pour la période de la fin du XIXe siècle au début du XXe siècle : le livre est nul. 220 pages, c’est énorme. Du XIXe siècle à nos jours, c’est énorme. Commander un tel travail à une seule personne, qui n’a jamais travaillé ni publié sur le sujet, devient un cadeau empoisonné tant la somme de recherche est impossible à absorber tout seul. Au lieu de privilégier la recherche collective et afin de correspondre à un certain esprit du temps (qu’on croit éphémère, de mode, il faut donc aller vite), tout se fait sans la moindre concertation avec des chercheuses ou chercheurs en histoire de l’art. D’après la page de remerciements, il y a bien eu des entretiens avec des artistes, mais le silence est fait sur les travaux menés avant 2023 sur la question de la présence des femmes à l’École des Beaux-Arts. C’est encore, à nouveau, une invisbilisation de la recherche en histoire de l’art.

Le titre choisi est purement décoratif – et sert uniquement d’accroche marketing puisque dans l’imaginaire collectif les suffragettes sont des militantes et on lie donc l’art au politique en associant les deux. Or, il ne renvoie à rien historiquement et crée une confusion puisque le mot “suffragette” est situé dans le temps et dans l’espace : il y a eu effectivement des suffragistes en France à la fin du XIXe siècle, derrière Hubertine Auclert, autrice d’ailleurs du Journal d’une suffragiste, revendiquant surtout l’accès aux urnes pour les femmes, mais le terme “suffragette” renvoie surtout aux Anglaises au début du XXe siècle, qui n’ont rien à voir (pas plus qu’Hubertine Auclert d’ailleurs), avec l’École des Beaux-Arts de Paris.

Pas de notes de bas de page, des thématiques parfois franchement hors sujets, des erreurs (dès la première page); les travaux de Marina Sauer (pourtant publiés aux mêmes éditions en 1991 !), ceux de Catherine Gonnard et d’autres chercheuses aux mémoires non publiés ou aux thèses en cours, sont invisibilisés.

À l’argument – et ça n’en n’est pas vraiment un en réalité – qu’il s’agit d’un livre “grand public” qui se passerait de tout l’appareil scientifique, je répondrais qu’on méprise le grand public et le sujet des femmes. Parce qu’écrire un livre de médiation, “vulgarisateur”, sur l’histoire des femmes artistes aux Beaux-Arts pose plusieurs questions : mais que vulgariser ? les travaux des autres ? alors il faut les citer !

Se pose aussi la question de la temporalité : comment faire aussi quand les recherches sont encore en cours ? Si les ouvrages scientifiques ne sont – eux – pas déjà publiés ?1. De là part souvent la confusion auprès du grand public, et j’en profite pour le rappeler : une visibilité sur Instagram, dans les médias mainstream, publier un livre qui va être distribué partout dans les shops de musées n’équivaut pas systématiquement à une expertise, et entretenir la confusion continue à invisibiliser les chercheuses en histoire de l’art. Sinon, et c’est malheureusement le cas pour Suffragettes de l’Art, les lecteurs et lectrices non averti·es (à savoir la majorité du lectorat de cette publication) seront amené·es à penser que l’autrice Anaïd Demir est la découvreuse de tout ces savoirs, est la productrice de ces réflexions. C’est évidemment faux, et pour la période que j’essaie de maitriser à savoir la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, on peut relever des passages largement inspirés de travaux de chercheuses, non cités.

Les Suffragettes de l’art aurait mérité d’être un ouvrage collectif, avec chacun·e sa spécialité, sa période de prédilection. À un moment il faut faire appel à des personnes qui font de l’histoire de l’art. La possibilité d’un tel ouvrage collectif et scientifique semble désormais bien loin, et je le regrette profondément tant son utilité aurait été colossale. Et c’est peut-être bien de la part de l’École des Beaux-Arts qu’on attend le support, le financement, d’un tel ouvrage. On pourrait aussi s’attendre à ce qu’elle fasse travailler sur sa propre histoire. Il y a bien le séminaire Reg’Arts qui s’intéresse à l’histoire des élèves des Beaux-Arts, dont l’activité scientifique consiste à inviter des chercheurs et chercheuses qui traitent de près ou de loin de l’École des Beaux-Arts dans leurs travaux. Mais cet espace de discussions semble bien éloigné des éditions des Beaux-Arts.

L’absence d’appareil de notes, de bibliographie, et de relecture scientifique pour corriger les erreurs, les confusions, est inquiétante, d’autant plus que deux bourses ont financé cette publication et qu’elle bénéficie du soutien du ministère de la Culture, comme on peut le lire sur la couverture.

Pour revenir à l’affaire évoquée dans l’article de Magali Lesauvage, il est intéressant de lire que le problème perçu par les personnes ayant validé d’abord l’ouvrage puis l’ayant réduit de quelques passages, est #MeToo. Pour ces mêmes personnes, le problème n’est pas d’avoir donné si peu de valeur scientifique à un livre sur l’histoire des femmes à l’Ecole des Beaux-Arts, un sujet qui mérite qu’on le prenne au sérieux.

Cette affaire, montre aussi l’ordre des priorités de l’École des Beaux-Arts : publier un livre sur sa propre histoire sans chercher des spécialistes ou à minima des personnes ayant déjà travaillé sur une partie du sujet ? ok ! adopter une ligne éditoriale qui exclut les notes de bas de pages et la bibliographie, et invisibilise ainsi les chercheuses du champ ? pas de soucis. Mais inclure un passage sur #MeToo – des faits qui ont déjà été rendus publics comme l’indique Magali Lesauvage dans son article – c’est apparement le grand drame de ce livre. En procédant ainsi, les éditions et la direction des Beaux-Arts envoient un signal : la valeur donnée à ce sujet des femmes aux Beaux-Arts de Paris (jusqu’à son histoire la plus récente récente) est bien moindre par rapport à l’importance donnée aux décisions de celles et ceux qui préfèrent contenir ces signalements et revendications (ne pas faire de vagues).

Exclure #MeToo aurait été une erreur de jugement, l’autrice le savait et son ouvrage ne méritait pas la violence de cette coupe. D’autant plus que toutes les actions évoquées par Anaïd Demir ont été rendues publiques depuis plusieurs années. Qu’on (qu’ils) le veuille ou non, #MeToo fait aussi partie de l’histoire de l’École des Beaux-Arts, et les revendications féministes continueront à s’y faire entendre – comme au sein de nombreuses structures et corps de métiers de la culture – tant qu’il le faudra

  1. Je m’explique, c’est une digression que je me permets car les enjeux me semblent plus faciles à comprendre en prenant cet exemple : publier un livre “vulgarisateur” sur Poussin c’est possible car il y a la matière, les spécialistes ont des postes et ont une visibilité, sont parfois même supporté par des institutions (genre le Louvre), et sont identifiés à travers des publications, auprès d’un public large, font des commissariats d’expositions. Pour les femmes artistes en France ça n’est pas le cas. La très majorité des chercheuses (j’emploie l’accord majoritaire à dessein) n’est, dans sa grande majorité, pas financée, ni n’a accès à la publication, ni n’est supportée par les institutions (pour l’instant, même si je constate quelques éclaircies) enfin []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Eva Belgherbi (3 avril 2024). L’École des Beaux-Arts : les femmes et leur histoire méritent mieux. un carnet genre et histoire de l'art. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5n5


Auteur/autrice : Eva Belgherbi

Doctorante en histoire de l'art

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search