L’École des Beaux-Arts : les femmes et leur histoire méritent mieux.

On peut à la fois trouver un livre scientifiquement à côté de la plaque ET rappeler que censurer ses passages sur #MeToo à l’École des Beaux-Arts de Paris est un abus de pouvoir. On peut trouver un livre mauvais car il invisibilise toute une partie de la recherche actuelle (et antérieure !) en histoire de l’art (pour les parties concernant le XIXe siècle et le début du XXe) ET apporter à son autrice un soutien face à une embrouille éditoriale qui veut imposer l’invisibilisation de #MeToo aux Beaux-Arts de Paris.

C’est en tout cas l’exercice d’équilibre que j’ai expérimenté en quelques mois depuis la sortie de ce livre jusqu’à son retrait temporaire des librairies, jusqu’à sa réédition tronquée.

Continuer la lecture de « L’École des Beaux-Arts : les femmes et leur histoire méritent mieux. »

En quête. Les femmes artistes retrouvées du Palais des Beaux-Arts de Lille.

Où sont les femmes ? Enquête sur les artistes femmes du musée, du 20 octobre 2023 au 11 mars 2024, Palais des Beaux-Arts de Lille.

Disons-le tout de suite : si son titre peut en hérisser plus d’un·e – moi y compris -, il s’agit pourtant de la meilleure exposition sur les femmes artistes du moment, par sa qualité et par sa réception médiatique positive largement méritée. Avec ce titre-blague qui reprend la chanson de Patrick Juvet (1977), on échappe bien à un titre-jeu de mots en “Elles”, mais on ne peut pas tout avoir.

Disons-le aussi tout de suite, j’ai écrit dans le catalogue, c’est-à-dire que je ne suis pas du tout objective – peut-on l’être ? J’ai trouvé le projet intéressant dès que les commissaires Alice Fleury (directrice des collections du Palais des Beaux-Arts de Lille) et Camille Belvèze (à l’époque conservatrice stagiaire, à présent conservatrice au musée Sainte-Croix à Poitiers) m’en ont parlé, et il a été particulièrement stimulant pour moi d’écrire dans la publication qui accompagne l’évènement.

Zéro objectivité donc.

Entrée du Palais des Beaux-Arts de Lille, janvier 2024 (c) Eva Belgherbi

Continuer la lecture de « En quête. Les femmes artistes retrouvées du Palais des Beaux-Arts de Lille. »

“Monsieur Edgar Degas” par Madeleine Zillhardt, 1932. Louise Breslau entre les lignes.

Lecture de texte court d’histoire de l’art, en passant l’été 2023.

Un billet au cœur de l’été, entre deux textes à écrire (dont un qui est évidemment la thèse), parce que je me pose la question de la lecture de textes d’histoire de l’art. Pour moi cette discipline passe d’abord par le mot, moins par l’image. C’est un point de vue personnel, qui n’a aucun fondement scientifique, qui est basé sur ma seul expérience individuelle, et non, ça ne veut pas dire qu’on doit nécessairement rejeter les œuvres (“On n’y voit rien !” comme écrivait Daniel Arasse, géniale voix radiophonique).

Louise Breslau, “La vie pensive” [Madeleine Zillhardt et Louise Breslau dans leur salon à Neuilly], 1908, huile sur toile, 175,7 x 160 cm, Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne (c) Wikimedia Commons.
Continuer la lecture de « “Monsieur Edgar Degas” par Madeleine Zillhardt, 1932. Louise Breslau entre les lignes. »

Sous le surréalisme battent les recouvertes

“Surréalisme au féminin ?” du 31 mars au 10 septembre 2023 au Musée de Montmartre, à Paris. 

Valentine Hugo, Le Toucan, 27 janvier 1937, huile ou acrylique sur panneau de bois avec inclusion métallique, collection « Mony Vibescu », avril 2023 (c) Eva Belgherbi

Les femmes surréalistes ont été particulièrement présentes ces dernières années dans des expositions temporaires, parmi lesquelles on citera pêle-mêle et entre autres Toyen au musée d’Art moderne de la ville de Paris du 25 mars au 24 juillet 2022, Meret Oppenheim au LAM, du 14 février au 1 juin 2014 à Villeneuve d’Ascq, et Leonora Carrington à la Fondation Mapfre à Madrid du 11 février au 7 mai 2023. À Londres, en 2021, Phantoms of Surrealism à la Whitechapel Gallery explorait le rôle d’artistes telles que Ithell Colquhoun, Diana Brinton Lee et Sheila Legge dans la promotion du surréalisme en Grande-Bretagne. À Venise, lors de la Biennale de 2022, on a pu voir aussi ce regain d’interêt dans le titre The Milk of Dreams emprunté à un livre de Leonora Carrington, elle-même exposée au Pavillon Central avec de nombreuses autres femmes surréalistes.

Cette exposition “Surréalisme au féminin ?” au musée de Montmartre s’inscrit dans cette lignée.

Continuer la lecture de « Sous le surréalisme battent les recouvertes »

Contre-canons. Contre une histoire de l’art des héroïnes, pour une histoire de l’art des réseaux.

Conférence donnée lors de la table-ronde “Atlas, réseaux, constellations” aux côtés de Lyse Vancampenhoudt (université catholique de Louvain – Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique – FNRS), Apolline Vranken (Faculté d’architecture La Cambre-Horta – université libre de Bruxelles – FNRS), vendredi 31 mars 2023, à l’INHA, dans le cadre de Rotondes : 2e congrès des jeunes chercheurs et chercheuses en histoire de l’art et archéologie.
Linda Nochlin et Suzanne Valadon, La chambre bleue (1923) au Centre Pompidou en 2010

Bonjour à toutes et à tous,

Un grand merci aux doctorants et doctorantes chargées d’études et de recherches à l’INHA pour l’organisation de Rotondes et poor avoir eu la belle idée d’inclure ma proposition dans cette table-ronde. Il faut dire que nous nous connaissons toutes les trois; j’ai beaucoup d’admiration pour les travaux d’Apolline et Lyse ainsi que pour leur médiation au sein de l’association Architecture qui dégenre, organisatrice de visites du matrimoine belge auxquelles j’ai eu la chance d’assister, il y a quelques mois, à Bruxelles.

Continuer la lecture de « Contre-canons. Contre une histoire de l’art des héroïnes, pour une histoire de l’art des réseaux. »

Artistes femmes et les colonies de voyages (1880-1944)

“Artistes voyageuses, l’appel des lointains (1880-1944)”, au Palais Lumière d’Evian (du 11 décembre 2022 au 21 mai 2023).

L’exposition revient sur les voyages des artistes femmes entre la France métropolitaine et ses territoires colonisés (appelées ici pudiquement “lointains”) entre 1880 et 1944, avec une dernière salle dédiée à quelques artistes chinoises venues étudier en France à cette période. Elle est à voir à Evian jusqu’au 21 mai 2023 puis elle sera présentée au musée de Pont-Aven cet été. Le commissariat scientifique est assuré par Arielle Pélenc, le commissariat général est porté par William Saadé (à Evian) et Sophie Kervan assistée de Camille Armandary (à Pont-Aven).

Andrée Karpelès, “Maître et disciple, Bénarès” (détail), 1912, huile sur toile, 92 x 130 cm, collections du CNAP (c) Eva Belgherbi.

J’ai visité1 l’exposition il y a tout pile deux mois. Il m’a fallu un peu de temps pour absorber puis analyser ce que j’avais vu afin de mettre des mots sur ce que j’ai trouvé particulièrement réussi et ce qui m’a un peu plus surpris. Notamment il y a cette impression d’avoir trois ou quatre expositions en une seule, réparties en aires géographiques, au sein d’un parcours parfois chronologique, parfois thématique, illustrant un parti pris qui peut prêter à confusion mais révèle aussi la richesse de cette association : genre et voyages.

Continuer la lecture de « Artistes femmes et les colonies de voyages (1880-1944) »

  1. Cette exposition a été vue dans le cadre d’une visite presse, à l’invitation de la commissaire scientifique et critique d’art Arielle Pélenc que je remercie chaleureusement pour son accueil. []

En regardant Ergy Landau, une histoire de photos

Ergy Landau (1896-1967), du 22 septembre 2022 au 8 janvier 2023, Maison de la Photographie – Robert Doisneau, Gentilly.

Prolongée jusqu’au 26 février 2023, l’exposition Ergy Landau (1896 – 1967) est visible à la Maison de la Photographie – Robert Doisneau, à Gentilly. Elle est gratuite et propose de retracer la carrière de cette photographe hongroise. Le commissariat est assuré par Kathleen Grosset, Laurence Le Guen et David Martens1, avec la collaboration de l’Association des Amis d’Ergy Landau. Un fonds important de tirages originaux et d’archives personnelles de Landau a été récemment exhumé.

Ergy Landau, L’Art Vivant, 1933, n.p., (c) Gallica.

Continuer la lecture de « En regardant Ergy Landau, une histoire de photos »

  1. David Martens a eu la gentillesse de me faire parvenir le catalogue de l’exposition, je le remercie très sincèrement d’avoir attiré mon attention sur Ergy Landau. []

Françoise Pétrovitch, matières sensibles

“Françoise Pétrovitch. Derrière les paupières”, une exposition du 18 octobre 2022 au 29 janvier 2023, à la BnF, site François-Mitterrand.

Depuis les travaux de la salle Labrouste/salle Ovale sur le site Richelieu, j’ai pris mes quartiers de recherche-rédaction de thèse à la BnF François-Mitterrand, et je n’ai vu aucune des expositions qui étaient présentées cet été. Alors que je passe devant les espaces d’exposition presque tous les jours de la semaine. Manque de temps (sans aucun doute), manque d’intérêt (peut-être) ? J’avais entendu parler du travail de Françoise Pétrovitch (née en 1964) l’an dernier lorsque le Fonds Hélène & Édouard Leclerc a organisé une rétrospective de son travail à Landerneau, mais je ne l’ai pas vue. Ici à Paris, la BnF opère une mise en valeur de l’estampe contemporaine présente dans ses collections publiques. En effet, l’institution conserve depuis le début de la carrière de Françoise Pétrovitch ses oeuvres, via le dépôt légal qui concerne “des documents de toute nature édités, importés ou diffusés en France”. C’est donc l’occasion de se concentrer sur l’oeuvre sur papier, sans toile, ni installation. Il y a bien quelques céramiques pour rythmer l’accrochage et offrir une caisse de résonance aux dessins et estampes. C’est dans son choix d’oeuvres exposées – 75 estampes  (gravures, sérigraphies, lithographies) et 17 livres d’artiste, beaucoup appartenant à l’artiste, à la BnF ou à la galerie Semiose qui la représente – que cette exposition à la BnF trouve sa cohérence.

Françoise Pétrovitch, “Dans mes mains”, 2022, lavis d’encre sur papier, 240 × 320 cm, Galerie Semiose, Paris (c) Eva Belgherbi

Continuer la lecture de « Françoise Pétrovitch, matières sensibles »

À tue-tête de Fernande Olivier. Poser les mots

“Nous avons choisi d’écrire deux textes distincts, assemblés en un seul article afin de compléter nos points de vue en fonction de nos intérêts respectifs. Nous avons visité ensemble l’exposition Fernande Olivier au musée de Montmartre à Paris1 et nos échanges dans les salles ont nourri nos réflexions individuelles. Les voici, en espérant qu’elles vous intéresseront”.
E. B. et A. D.

Fernande Olivier et Pablo Picasso, dans l’intimité du Bateau-Lavoir présentée au musée de Montmartre (jusqu’au 19 février 2023) n’est pas une exposition Picasso. Même si elle ouvre officiellement les festivités en commémoration des 50 ans de la mort de Pablo Picasso. Même si dans son titre elle porte le lourd (pica)sceau du peintre qui partage sa vie de 1904 à 1912.

Détail d’un fac-similé d’une contretype de Pablo Picasso, Portrait de Fernande Olivier, 1908.

Continuer la lecture de « À tue-tête de Fernande Olivier. Poser les mots »

  1. Le musée est privé, les tarifs pratiqués sont à l’image de ceux proposés par d’autres lieux parisiens tels que le musée du Luxembourg ou le musée Jacquemart André, par exemple. []

Pleins feux (de joie) sur les sculptrices suédoises au Nationalmuseum de Stockholm – part. 1

‘What joy to be a sculptor !’ Swedish Women Artists 1880–1920

Une exposition du Nationalmuseum de Stockholm, du 17 mars au 11 septembre 2022, sous la direction de Linda Hinners, docteure en histoire de l’art et conservatrice au Nationalmuseum de Stockholm.

Ill. 1. William Blair Bruce, “Femme sculpteur” (Carolina Benedicks-Bruce), 1891, huile sur toile, Konstnärshemmet Brucebo, Själsö (c) Eva Belgherbi

C’est toujours une joie d’écrire sur une exposition qu’on aime et sur des commissaires dont on admire le travail scientifique. C’est aussi une souffrance d’écrire sur une exposition qu’on aime, tant il y a dire et à montrer. Souffrance parce que la peur de ne pas être à la hauteur de l’esprit de l’exposition, de ne pas être capable de transmettre toute son intelligence, immobilise. Enfin, c’est un espoir d’écrire sur ce qui m’apparaît comme un modèle pour qui s’intéresse aux artistes femmes.

C’est pourquoi ce compte-rendu d’exposition se fera en deux parties, afin d’être plus digeste :

part. 1 : comment se positionne cette exposition dans le paysage des expositions de femmes artistes actuellement, la fabrique de l’exposition, quelques thématiques et œuvres.

part. 2 : histoire sociale et transnationale de la sculpture, la politique d’acquisitions du Nationalmuseum, recension du catalogue.

Continuer la lecture de « Pleins feux (de joie) sur les sculptrices suédoises au Nationalmuseum de Stockholm – part. 1 »

Un pas en avant, trois pas en Pionnières

C’est la politique de l’empouvoirement
“Pionnières. Artistes dans le Paris des Années Folles”. Du 2 mars au 10 juillet 2022, Paris, musée du Luxembourg.

Plaquer des schémas rébarbatifs à base de “pionnières, premières, combattantes, l’émancipation, la diversité [sic]” et considérer que “femmes artistes” désignerait un groupe homogène, stable à travers les âges, en faisant fi des contextes sociaux, de l’entre-gens de ces artistes et de la mixité de l’histoire de l’art, c’est à nouveau les travers dans lesquels tombe cette exposition présentée au musée du Luxembourg ce printemps à Paris, jusqu’au 10 juillet 2022.

Tamara de Lempicka, ‘Perspective’ ou ‘Les deux amies’ (détail), 1923, huile sur toile, 130 x 160 cm, Genève, Association du Petit Palais (c) Eva Belgherbi

Continuer la lecture de « Un pas en avant, trois pas en Pionnières »

4# billet d’humeur – percer l’abcès : influences et recherches dans la culture

Ce texte a été rédigé à quatre mains avec Marion Cazaux, doctorante en histoire de l’art contemporain à l’université de Pau, sur sa proposition, puis mis en ligne sur Instagram par ses soins.

Percer l’abcès : influences et recherches dans la culture

Continuer la lecture de « 4# billet d’humeur – percer l’abcès : influences et recherches dans la culture »

Inextricable “Elles font l’abstraction”

Centre Pompidou à Paris du 19 mai au 23 août 2021
sac de noeuds, mon parcours dans “Elles font l’abstraction” au Centre Pompidou à Paris, août 2021. (c) Eva Belgherbi

Il y a deux mois je visitais l’exposition Close-up. Berthe Morisot, Mary Cassatt, Paula Modersohn-Becker, Lotte Laserstein, Frida Kahlo, Alice Neel, Marlene Dumas, Cindy Sherman, Elizabeth Peyton à la Fondation Beyeler, à Bâle. A partir de cette exposition dont le seul propos était de réunir “neuf artistes qui ont en commun leur intérêt pour la représentation d’êtres humains, le portrait dans ses différentes déclinaisons et l’autoportrait1” pour montrer un petit échantillonnage des oeuvres de leur production respective. Une salle pour chaque artiste, où trônent de superbes prêts de collections publiques étrangères ou particulières, et sans jamais les mélanger. Il n’y avait aucune explication, les murs sont nus, seuls sont indiqués les cartels techniques des peintures. La dernière salle, sous forme de synthèse, présentait des panneaux biographiques – des notices biographiques illustrées et agrémentées de citations, donc – puis c’était la sortie. Sur la dernière cimaise était exposée la fameuse Académie Julian de Marie Bashkirtseff venue d’Ukraine (d’où il ne sort pratiquement jamais), arrivant comme un bijou sur la soupe.

Ça n’est pas de cette exposition dont il sera question dans ce billet, mais la scénographie et la méthodologie – peut-on vraiment parler de méthodologie ? – m’ont rappelé les écueils dans lesquels est tombée Elles font l’abstraction, l’exposition qui se tenait au Centre Pompidou à Paris du 19 mai au 23 août 2021.

Continuer la lecture de « Inextricable “Elles font l’abstraction” »

  1. Voir le site internet de la Fondation Beyeler. []

À pas de Brou : brillante exposition “Suzanne Valadon et ses contemporaines (1880-1940)”

On en a parlé des expositions parisiennes de femmes artistes – Peintres femmes, 1780 – 1830. Naissance d’un combat au musée du Luxembourg et Elles font l’abstraction au Centre Pompidou qui vient de se terminer – mais on a peu vu un tel battage médiatique pour les autres. Pourtant il y en a. Concernant les expositions collectives on peut citer Amazones du Pop au MAMAC de Nice ou encore Sans réserve. XXELLES au musée des Beaux-arts de Tours, les deux se finissant respectivement le 29 et 30 août, et surtout Valadon et ses contemporaines, peintres et sculptrices 1880-1940, d’abord présentée au musée des Beaux-arts de Limoges et visible au monastère royal de Brou jusqu’au 5 septembre1.

Suzanne Valadon (1865-1938), “La chambre bleue”, 1923, huile sur toile, 90 x 113 cm, MNAM-Centre Pompidou, Paris, en dépôt au musée des Beaux-arts de Limoges (achat de l’Etat, 1924), (c) Eva Belgherbi

Continuer la lecture de « À pas de Brou : brillante exposition “Suzanne Valadon et ses contemporaines (1880-1940)” »

  1. Exposition organisée en partenariat avec le BAL – Musée des Beaux-Arts de Limoges et produite par la Ville de Bourg-en-Bresse et le Centre des monuments nationaux []

“Peintres femmes, naissance d’un combat (1780-1830)” – quand les œuvres ne suffisent plus

Dans chaque exposition – et c’est bien là l’intérêt – il y a autant de niveaux de lecture que d’individus. Nous sommes libres de visiter un parcours en lisant tous les cartels ou en zappant tout dispositif de médiation. On a le droit de rester mille ans devant une œuvre ou de consacrer 5 secondes à chaque tableau. “Peintres femmes, naissance d’un combat (1780-1830)” présentée au musée du Luxembourg (qui n’a pas de collections permanentes, fait appel à un commissariat extérieur et est géré par la RMN depuis 2010) ne déroge pas à cette règle. On n’est pas obligé de ressortir en ayant “appris quelque chose” ni d’avoir été émue par un seul de ces tableaux. On peut juste avoir passé un moment agréable en compagnie d’ami.e.s, entourée de toiles de la fin du XVIIIe – début du XIXe siècle, sans avoir prêté attention à ces trois grandes salles.

Dans une exposition, on peut se contenter des œuvres.

Mais on peut aussi ne pas avoir envie de s’en contenter.

Continuer la lecture de « “Peintres femmes, naissance d’un combat (1780-1830)” – quand les œuvres ne suffisent plus »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search