Un pas en avant, trois pas en Pionnières

C’est la politique de l’empouvoirement
“Pionnières. Artistes dans le Paris des Années Folles”. Du 2 mars au 10 juillet 2022, Paris, musée du Luxembourg.

Plaquer des schémas rébarbatifs à base de “pionnières, premières, combattantes, l’émancipation, la diversité [sic]” et considérer que “femmes artistes” désignerait un groupe homogène, stable à travers les âges, en faisant fi des contextes sociaux, de l’entre-gens de ces artistes et de la mixité de l’histoire de l’art, c’est à nouveau les travers dans lesquels tombe cette exposition présentée au musée du Luxembourg ce printemps à Paris, jusqu’au 10 juillet 2022.

Tamara de Lempicka, ‘Perspective’ ou ‘Les deux amies’ (détail), 1923, huile sur toile, 130 x 160 cm, Genève, Association du Petit Palais (c) Eva Belgherbi

Continuer la lecture de « Un pas en avant, trois pas en Pionnières »

4# billet d’humeur – percer l’abcès : influences et recherches dans la culture

Ce texte a été rédigé à quatre mains avec Marion Cazaux, doctorante en histoire de l’art contemporain à l’université de Pau, sur sa proposition, puis mis en ligne sur Instagram par ses soins.

Percer l’abcès : influences et recherches dans la culture

Continuer la lecture de « 4# billet d’humeur – percer l’abcès : influences et recherches dans la culture »

Inextricable “Elles font l’abstraction”

Centre Pompidou à Paris du 19 mai au 23 août 2021
sac de noeuds, mon parcours dans “Elles font l’abstraction” au Centre Pompidou à Paris, août 2021. (c) Eva Belgherbi

Il y a deux mois je visitais l’exposition Close-up. Berthe Morisot, Mary Cassatt, Paula Modersohn-Becker, Lotte Laserstein, Frida Kahlo, Alice Neel, Marlene Dumas, Cindy Sherman, Elizabeth Peyton à la Fondation Beyeler, à Bâle. A partir de cette exposition dont le seul propos était de réunir “neuf artistes qui ont en commun leur intérêt pour la représentation d’êtres humains, le portrait dans ses différentes déclinaisons et l’autoportrait1” pour montrer un petit échantillonnage des oeuvres de leur production respective. Une salle pour chaque artiste, où trônent de superbes prêts de collections publiques étrangères ou particulières, et sans jamais les mélanger. Il n’y avait aucune explication, les murs sont nus, seuls sont indiqués les cartels techniques des peintures. La dernière salle, sous forme de synthèse, présentait des panneaux biographiques – des notices biographiques illustrées et agrémentées de citations, donc – puis c’était la sortie. Sur la dernière cimaise était exposée la fameuse Académie Julian de Marie Bashkirtseff venue d’Ukraine (d’où il ne sort pratiquement jamais), arrivant comme un bijou sur la soupe.

Ça n’est pas de cette exposition dont il sera question dans ce billet, mais la scénographie et la méthodologie – peut-on vraiment parler de méthodologie ? – m’ont rappelé les écueils dans lesquels est tombé Elles font l’abstraction, l’exposition qui se tenait au Centre Pompidou à Paris du 19 mai au 23 août 2021.

Continuer la lecture de « Inextricable “Elles font l’abstraction” »

  1. Voir le site internet de la Fondation Beyeler. []

À pas de Brou : brillante exposition “Suzanne Valadon et ses contemporaines (1880-1940)”

On en a parlé des expositions parisiennes de femmes artistes – Peintres femmes, 1780 – 1830. Naissance d’un combat au musée du Luxembourg et Elles font l’abstraction au Centre Pompidou qui vient de se terminer – mais on a peu vu un tel battage médiatique pour les autres. Pourtant il y en a. Concernant les expositions collectives on peut citer Amazones du Pop au MAMAC de Nice ou encore Sans réserve. XXELLES au musée des Beaux-arts de Tours, les deux se finissant respectivement le 29 et 30 août, et surtout Valadon et ses contemporaines, peintres et sculptrices 1880-1940, d’abord présentée au musée des Beaux-arts de Limoges et visible au monastère royal de Brou jusqu’au 5 septembre1.

Suzanne Valadon (1865-1938), “La chambre bleue”, 1923, huile sur toile, 90 x 113 cm, MNAM-Centre Pompidou, Paris, en dépôt au musée des Beaux-arts de Limoges (achat de l’Etat, 1924), (c) Eva Belgherbi

Continuer la lecture de « À pas de Brou : brillante exposition “Suzanne Valadon et ses contemporaines (1880-1940)” »

  1. Exposition organisée en partenariat avec le BAL – Musée des Beaux-Arts de Limoges et produite par la Ville de Bourg-en-Bresse et le Centre des monuments nationaux []

“Peintres femmes, naissance d’un combat (1780-1830)” – quand les œuvres ne suffisent plus

Dans chaque exposition – et c’est bien là l’intérêt – il y a autant de niveaux de lecture que d’individus. Nous sommes libres de visiter un parcours en lisant tous les cartels ou en zappant tout dispositif de médiation. On a le droit de rester mille ans devant une œuvre ou de consacrer 5 secondes à chaque tableau. “Peintres femmes, naissance d’un combat (1780-1830)” présentée au musée du Luxembourg (qui n’a pas de collections permanentes, fait appel à un commissariat extérieur et est géré par la RMN depuis 2010) ne déroge pas à cette règle. On n’est pas obligé de ressortir en ayant “appris quelque chose” ni d’avoir été émue par un seul de ces tableaux. On peut juste avoir passé un moment agréable en compagnie d’ami.e.s, entourée de toiles de la fin du XVIIIe – début du XIXe siècle, sans avoir prêté attention à ces trois grandes salles.

Dans une exposition, on peut se contenter des œuvres.

Mais on peut aussi ne pas avoir envie de s’en contenter.

Continuer la lecture de « “Peintres femmes, naissance d’un combat (1780-1830)” – quand les œuvres ne suffisent plus »

Vanessa Bell (1879-1961) – À propos d’une exposition restée dans l’œil

C’était en 2017, c’était le printemps.

Vanessa Bell, Nude with poppies, 1916, huile sur toile, Swindon Museum and Art Gallery (c)

De l’autre côté de la Manche, Vanessa Bell (1879-1961) est d’abord connue comme membre du Bloomsbury Group1 et soeur de Virginia Woolf (1882-1941). Sa maison de Charleston, qu’elle partagea avec le peintre Duncan Grant, donne un aperçu de ses collaborations artistiques mais ne permet finalement pas d’appréhender l’art de Bell indépendamment qui se retrouve noyé dans l’enchevêtrement artistique et intellectuel du groupe. C’est ce constat qui a été le point de départ des commissaires de l’exposition « Vanessa Bell » présentée à la Dulwich Picture Gallery en 2017.

Continuer la lecture de « Vanessa Bell (1879-1961) – À propos d’une exposition restée dans l’œil »

  1. À propos de l’histoire complexe de ce groupe, voir les ressources proposées sur le site de la Tate. []

Victime de la mode – chronique d’un sujet dit “à la mode”

Tel est son nom de code

L’utilisation de méthodologies issues des études de genre appliquées à l’histoire de l’art pour des périodes antérieures au XXe siècle est souvent réduite en France à la recherche sur les femmes artistes et perçue avec parfois – souvent – une certaine condescendance comme un phénomène nouveau, « à la mode ». Mais de quoi parle-t-on ?

Julie de Graag (1887-1924) “Slowworm”, crayon, pinceau et stylo noir, Rijksmuseum

Continuer la lecture de « Victime de la mode – chronique d’un sujet dit “à la mode” »

Expositions de femmes artistes en France : stop ou encore ?

Plusieurs expositions plus ou moins en rapport avec ce thème – en est-ce vraiment un ? – devraient ouvrir bientôt (🤞) à Paris (Elles font l’abstraction et Peintres femmes. Naissance d’un combat 1780-1830), à Nice (Les Amazones du POP 1961-1973), à Bourg-en-Bresse (Suzanne Valadon et ses contemporaines, peintres et sculptrices 1880-1940), à Poitiers (L’amour fou ? Intimité et création, 1910-1940). Les deux dernières ont fait d’abord étape respectivement à Limoges et à Quimper. Compte tenu de la crise sanitaire et de la fermeture des musées (une situation qui dure depuis le 30 octobre 2020), la première n’a pas été ouverte au public et la seconde a tenu deux semaines.

photo personnelle, 2007, Eva Belgherbi (c)

En attendant de pouvoir remettre les pieds dans une salle d’exposition, j’ai tenté un bilan – “calmement” – sur les expositions d’artistes femmes, surtout celles qui concernent la période avant les années 1960, beaucoup plus rares.

Continuer la lecture de « Expositions de femmes artistes en France : stop ou encore ? »

Tristes notices. En finir avec les notices de femmes artistes.

À un moment de notre vie de chercheuse et chercheur nous avons toutes et tous eu l’occasion de nous essayer à la rédaction de notices de quelques signes (2000 ou 3000). L’exercice, s’il peut se révéler riche dans l’effort de synthèse qui nous est demandé, restreint l’écriture à de multiples contraintes. À quoi bon les notices ? Nous faisons face à un jeu d’équilibriste, coincé.e.s entre une volonté de faire connaitre à un public a priori non spécialiste le sujet dont nous sommes a priori spécialiste.

Pourtant ce format est un tiraillement pour ses rédacteurs et rédactrices, il n’est pas satisfaisant, encore moins lorsqu’il concerne des biographies de femmes artistes.

Plaidoyer pour qu’en 2021 on en finisse avec les notices de femmes artistes.

Anna Atkins (1799-1871), Chondrus crispus, vers 1843-1853, cyanotype, Rijksmuseum (source Rijksmuseum)

Continuer la lecture de « Tristes notices. En finir avec les notices de femmes artistes. »

En regardant le film sur l’Union des Femmes Peintres et Sculpteurs (UFPS) réalisé par Catherine Gonnard et Anne-Marie Gourier (2007)

Samedi soir dans le cadre du colloque organisé par Les Jaseuses intitulé « Constellations créatrices : héritages et réseaux féminins / queer » (dont la troisième et dernière partie se déroulera samedi 6 février en ligne, accompagnée par l’expo “Retracer notre ciel” de l’Atelier Corps, genre et arts), les participant.e.s ont eu l’occasion de visionner le film de Catherine Gonnard et Anne-Marie Gourier sur l’Union des Femmes Peintres et Sculpteurs (UFPS) (2007) grâce à la mise à disposition du lien par Nicole Fernandez Ferrer du Centre Simone de Beauvoir.

Hélène Bertaux travaillant au modèle de la fontaine Herbet, photographiée par Étienne Carjat en 1864, Paris, Bibliothèque nationale de France (source Wikipédia)

Il faut absolument le voir.

Continuer la lecture de « En regardant le film sur l’Union des Femmes Peintres et Sculpteurs (UFPS) réalisé par Catherine Gonnard et Anne-Marie Gourier (2007) »

Une année de femmes artistes (2019-2020)

Dans des expositions, dans les accrochages des collections permanentes, dans un atelier-maison : compilation d’une sélection non-exhaustive et subjective des œuvres de femmes artistes vues d’octobre 2019 à octobre 2020.

Käthe Kollwitz, At the Church Wall (An der Kirchenmauer) (détail), 1893, (photo personnelle)

Continuer la lecture de « Une année de femmes artistes (2019-2020) »

Genre et histoire de l’art, quelques titres – vol. 2

*Suite de la série de billets bibliographiques. Le vol. 1 est ici*

J’ai découvert assez tard dans mon cursus en histoire de l’art le texte de Nochlin de 1971, en première année de Master lors d’un cours d’historiographie. J’y ai véritablement adhéré et saisi toute la richesse de texte, l’année suivante quand j’en ai eu besoin pour mon mémoire. C’est vraiment là, en 2015 que j’ai lu “Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grands artistes femmes”.

 

Romaine Brooks, “Peter (A Young English Girl)”, 1923-1924, oil on canvas, Smithsonian American Art Museum, Gift of the artist, 1970.70 (c)

Continuer la lecture de « Genre et histoire de l’art, quelques titres – vol. 2 »

Genre et histoire de l’art, quelques titres – vol. 1

Pour un sujet qui est censé être “à la mode” un paradoxe est cependant à noter : de nombreuses publications sortent chaque année sur les femmes artistes, pourtant très peu d’entre elles satisferont pleinement les étudiant.e.s en histoire de l’art qui souhaitent se pencher plus sérieusement sur les questions des études de genre et de l’histoire de l’art, que ce soit dans le cadre d’un travail de recherche ou par simple curiosité. Le risque de se retrouver noyé.e dans la masse d’ouvrages destinés à un public non spécialiste est bien réel, puisque le sujet du genre, des femmes artistes, de l’art féministe, sont peu, voire jamais, abordés dans les cours de licence en histoire de l’art, toutes formations confondues. Or, on constate que de plus en plus de masterant.e.s  s’intéressent à ces questions mais doivent se former seul.e.s à ces thématiques, parfois sans avoir les armes nécessaires pour entreprendre des recherches efficaces et aboutir à un travail solide et de qualité.

Romaine Brooks, “Una, Lady Troubridge”, 1924, huile sur toile, Smithsonian American Art Museum, Gift of the artist, 1966.49.6 (c) Smithsonian

Continuer la lecture de « Genre et histoire de l’art, quelques titres – vol. 1 »