Tristes notices. En finir avec les notices de femmes artistes.

À un moment de notre vie de chercheuse et chercheur nous avons toutes et tous eu l’occasion de nous essayer à la rédaction de notices de quelques signes (2000 ou 3000). L’exercice, s’il peut se révéler riche dans l’effort de synthèse qui nous est demandé, restreint l’écriture à de multiples contraintes. À quoi bon les notices ? Nous faisons face à un jeu d’équilibriste, coincé.e.s entre une volonté de faire connaitre à un public a priori non spécialiste le sujet dont nous sommes a priori spécialiste.

Pourtant ce format est un tiraillement pour ses rédacteurs et rédactrices, il n’est pas satisfaisant, encore moins lorsqu’il concerne des biographies de femmes artistes.

Plaidoyer pour qu’en 2021 on en finisse avec les notices de femmes artistes.

Anna Atkins (1799-1871), Chondrus crispus, vers 1843-1853, cyanotype, Rijksmuseum (source Rijksmuseum)

Continuer la lecture de « Tristes notices. En finir avec les notices de femmes artistes. »

En regardant le film sur l’Union des Femmes Peintres et Sculpteurs (UFPS) réalisé par Catherine Gonnard et Anne-Marie Gourier (2007)

Samedi soir dans le cadre du colloque organisé par Les Jaseuses intitulé « Constellations créatrices : héritages et réseaux féminins / queer » (dont la troisième et dernière partie se déroulera samedi 6 février en ligne, accompagnée par l’expo « Retracer notre ciel » de l’Atelier Corps, genre et arts), les participant.e.s ont eu l’occasion de visionner le film de Catherine Gonnard et Anne-Marie Gourier sur l’Union des Femmes Peintres et Sculpteurs (UFPS) (2007) grâce à la mise à disposition du lien par Nicole Fernandez Ferrer du Centre Simone de Beauvoir.

Hélène Bertaux travaillant au modèle de la fontaine Herbet, photographiée par Étienne Carjat en 1864, Paris, Bibliothèque nationale de France (source Wikipédia)

Il faut absolument le voir.

Continuer la lecture de « En regardant le film sur l’Union des Femmes Peintres et Sculpteurs (UFPS) réalisé par Catherine Gonnard et Anne-Marie Gourier (2007) »