Victime de la mode – chronique d’un sujet dit « à la mode »

Tel est son nom de code

L’utilisation de méthodologies issues des études de genre appliquées à l’histoire de l’art pour des périodes antérieures au XXe siècle est souvent réduite en France à la recherche sur les femmes artistes et perçue avec parfois – souvent – une certaine condescendance comme un phénomène nouveau, « à la mode ». Mais de quoi parle-t-on ?

Julie de Graag (1887-1924) « Slowworm », crayon, pinceau et stylo noir, Rijksmuseum

Continuer la lecture de « Victime de la mode – chronique d’un sujet dit « à la mode » »

Tristes notices. En finir avec les notices de femmes artistes.

À un moment de notre vie de chercheuse et chercheur nous avons toutes et tous eu l’occasion de nous essayer à la rédaction de notices de quelques signes (2000 ou 3000). L’exercice, s’il peut se révéler riche dans l’effort de synthèse qui nous est demandé, restreint l’écriture à de multiples contraintes. À quoi bon les notices ? Nous faisons face à un jeu d’équilibriste, coincé.e.s entre une volonté de faire connaitre à un public a priori non spécialiste le sujet dont nous sommes a priori spécialiste.

Pourtant ce format est un tiraillement pour ses rédacteurs et rédactrices, il n’est pas satisfaisant, encore moins lorsqu’il concerne des biographies de femmes artistes.

Plaidoyer pour qu’en 2021 on en finisse avec les notices de femmes artistes.

Anna Atkins (1799-1871), Chondrus crispus, vers 1843-1853, cyanotype, Rijksmuseum (source Rijksmuseum)

Continuer la lecture de « Tristes notices. En finir avec les notices de femmes artistes. »

Genre et histoire de l’art, quelques titres – vol. 1

Pour un sujet qui est censé être « à la mode » un paradoxe est cependant à noter : de nombreuses publications sortent chaque année sur les femmes artistes, pourtant très peu d’entre elles satisferont pleinement les étudiant.e.s en histoire de l’art qui souhaitent se pencher plus sérieusement sur les questions des études de genre et de l’histoire de l’art, que ce soit dans le cadre d’un travail de recherche ou par simple curiosité. Le risque de se retrouver noyé.e dans la masse d’ouvrages destinés à un public non spécialiste est bien réel, puisque le sujet du genre, des femmes artistes, de l’art féministe, sont peu, voire jamais, abordés dans les cours de licence en histoire de l’art, toutes formations confondues. Or, on constate que de plus en plus de masterant.e.s  s’intéressent à ces questions mais doivent se former seul.e.s à ces thématiques, parfois sans avoir les armes nécessaires pour entreprendre des recherches efficaces et aboutir à un travail solide et de qualité.

Romaine Brooks, « Una, Lady Troubridge », 1924, huile sur toile, Smithsonian American Art Museum, Gift of the artist, 1966.49.6 (c) Smithsonian

Continuer la lecture de « Genre et histoire de l’art, quelques titres – vol. 1 »