Inextricable “Elles font l’abstraction”

Centre Pompidou à Paris du 19 mai au 23 août 2021
sac de noeuds, mon parcours dans “Elles font l’abstraction” au Centre Pompidou à Paris, août 2021. (c) Eva Belgherbi

Il y a deux mois je visitais l’exposition Close-up. Berthe Morisot, Mary Cassatt, Paula Modersohn-Becker, Lotte Laserstein, Frida Kahlo, Alice Neel, Marlene Dumas, Cindy Sherman, Elizabeth Peyton à la Fondation Beyeler, à Bâle. A partir de cette exposition dont le seul propos était de réunir “neuf artistes qui ont en commun leur intérêt pour la représentation d’êtres humains, le portrait dans ses différentes déclinaisons et l’autoportrait1” pour montrer un petit échantillonnage des oeuvres de leur production respective. Une salle pour chaque artiste, où trônent de superbes prêts de collections publiques étrangères ou particulières, et sans jamais les mélanger. Il n’y avait aucune explication, les murs sont nus, seuls sont indiqués les cartels techniques des peintures. La dernière salle, sous forme de synthèse, présentait des panneaux biographiques – des notices biographiques illustrées et agrémentées de citations, donc – puis c’était la sortie. Sur la dernière cimaise était exposée la fameuse Académie Julian de Marie Bashkirtseff venue d’Ukraine (d’où il ne sort pratiquement jamais), arrivant comme un bijou sur la soupe.

Ça n’est pas de cette exposition dont il sera question dans ce billet, mais la scénographie et la méthodologie – peut-on vraiment parler de méthodologie ? – m’ont rappelé les écueils dans lesquels est tombé Elles font l’abstraction, l’exposition qui se tenait au Centre Pompidou à Paris du 19 mai au 23 août 2021.

Continuer la lecture de « Inextricable “Elles font l’abstraction” »

  1. Voir le site internet de la Fondation Beyeler. []

Vanessa Bell (1879-1961) – À propos d’une exposition restée dans l’œil

C’était en 2017, c’était le printemps.

Vanessa Bell, Nude with poppies, 1916, huile sur toile, Swindon Museum and Art Gallery (c)

De l’autre côté de la Manche, Vanessa Bell (1879-1961) est d’abord connue comme membre du Bloomsbury Group1 et soeur de Virginia Woolf (1882-1941). Sa maison de Charleston, qu’elle partagea avec le peintre Duncan Grant, donne un aperçu de ses collaborations artistiques mais ne permet finalement pas d’appréhender l’art de Bell indépendamment qui se retrouve noyé dans l’enchevêtrement artistique et intellectuel du groupe. C’est ce constat qui a été le point de départ des commissaires de l’exposition « Vanessa Bell » présentée à la Dulwich Picture Gallery en 2017.

Continuer la lecture de « Vanessa Bell (1879-1961) – À propos d’une exposition restée dans l’œil »

  1. À propos de l’histoire complexe de ce groupe, voir les ressources proposées sur le site de la Tate. []